Archive for the ‘Humour’ Category

Californication

2016/02/26

Californication :
1) « Western society’s pop culture and media encroachment and spread all over the world. In particular, the negative aspects of media and culture originating from within the United States’ 31st State: California. »
2) « The spread and influence of western memes and culture, esp. that of California, across the world. Especially focusing on the selling of sex. Made of the words « California » and « fornication »

Ce qui est amusant avec ce mot, construit à partir de : Californie et Fornication, c’est qu’il y avait déjà un lien entre ces deux mots avant même qu’ils soient accolés pour en créer un nouveau : Californication.

La Californie est caractérisée par des sources liées à la tectonique locale et qui sont « chaudes comme un four » (cali = chaud, fornia = four) ou encore comme des « fourneaux chauds » (caliente fornalia en espagnol). Une autre origine du nom pourrait être calida fornax, « climat chaud », en latin.

Fornication vient du latin fornix, qui signifie voûte. À l’époque romaine, les prostituées se tenaient ou exerçaient leur métier sous des voûtes : « Le nom latin de fornicatio a été donné par les écrivains de l’Eglise latine aux relations avec les prostituées, parce qu’on appelait à Rome et à Pompéi fornices (de fornix, voûte, chambre voûtée) les chambres où on descendait de la rue et qui servaient de lieux de prostitution. Art. fornix, dans le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Darenberg et Saglio, Paris, 1896, t. II, p. 1264, et dans Real Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft de Pauly-Wissowa, Stuttgart, 1910, t. VII, col. 11. »

C’est de fornix aussi que vient le mot « four », en français et en espagnol donc, à cause de la forme voûtée des fours à pain.

On voit donc que les mots Californie et Fornication sont reliés non seulement par un son commun « forni » mais aussi par une origine latine commune : fornix = voûte. Bref, la Californie était destinée à être un lieu de dépravation ! Les températures clémentes et les eaux chaudes poussant au crime sexuel !

Le diable se cache dans les détails ! 😉

Publicités

Bruce Lee et « Le charme discret de l’intestin »

2015/10/08

Dans l’un de ses films (que j’ai dû voir entre 1975 et 1978), Bruce Lee se moque des anglais, conquérants d’une partie de la Chine. Devant manger dans un restaurant dont il est incapable de lire la carte, il prend des plats au hasard qui se révèlent être des soupes… Celles-ci l’amènent à devoir obéir à un besoin urgent. Mais, dans ce restaurant (ou ailleurs, je ne sais plus), il n’y a que des toilettes « modernes », c’est-à-dire des WC avec sièges, comme tout bon européen dispose chez lui et pense que c’est l’idéal pour … déféquer. Mais, comme il a mal fermé la porte et qu’un olibrius ouvre la porte (avant l’étape critique, je vous rassure), on peut voir que Bruce Lee, en train de défaire sa ceinture, se prépare à utiliser les toilettes d’une façon … particulière : perché sur le rebord de la cuvette. Dans cette scène, Bruce Lee voulait se moquer des anglais et de leurs manières stupides. Car, chier assis, ce n’est pas bon pour son organisme, ainsi que le décrit « Le charme discret de l’intestin (tout sur un organe mal aimé) » de Giulia Enders, publié l’an passé en Allemagne. Le Docteur Enders explique que, dans la position assise, un certain angle dans nos tripes n’est pas suffisamment « ouvert » pour permettre une défécation « idéale ». Se mettre en position acacassounée (comme on dit dans le midi, c’est-à-dire accroupi et les jambes pliées sous soi) est LA bonne façon pour déféquer, qui ouvre complètement cet angle et rend la défécation bien plus facile. Elle recommande donc de placer un petit banc (genre pour enfant) sous ses pieds, pour recréer cette angle. Sinon, si vous êtes constipé, vous avez peut-être là l’explication…

En conclusion : « Il est des circonstances dans la vie où l’homme, quel qu’il soit, obtempère à des raisons qui, bien qu’aléatoires, n’en sont pas moins intrinsèques et absolues », comme disait vers 1978 mon ami Alain. Bref, quand le corps l’exige, il faut foncer aux toilettes ! Mais en utilisant la méthode Enders ! Ha ha ha !

Sinon, n’hésitez pas à lire le livre de Giulia, pour chier moins sots. C’est le livre idéal à laisser traîner aux toilettes ! Mais, je vous rassure, le livre parle de TOUT le système digestif, de la bouche à l’anus. Et il est toujours bon d’apprendre un peu plus sur comment on « fonctionne ».

Que fait Onfray ?

2015/10/03

Onfray remue la merde qui stagne au fond des cerveaux des Français, comme la vénération stupide envers Freud, Lacan, et la psychanalyse. À force, une fois un peu liquéfiée, toute cette merde s’évacuera peut-être plus rapidement.

Humour

2015/09/11

Lors d’une soirée entre collègues organisée par une grande entreprise lors du lancement d’une nouvelle gamme de produits, un homme de quarante ans s’intéresse manifestement à une jeune embauchée de 15 ans sa cadette. Celle-ci, flattée de l’intéresser, mais réalisant au fur et à mesure de la discussion de la différence d’âge qui les sépare, et s’en inquiétant un peu, voire de plus en plus, finit par lui lancer maladroitement : « Mais, vous savez, vous pourriez être mon père ! » et s’entend répondre : « Non, non ! Ce n’est pas possible. J’ai vérifié. Aucune de mes amies d’avant mes douze ans n’a eu d’enfant de moi. »

L’hiver et les femmes

2015/01/05

Je n’aime pas l’hiver. Les femmes sont trop habillées.

Et pendant ce temps…

2014/07/04

Et, pendant que j’écris ces lignes, il paraît qu’il y a un match de foot à la télé. 1-0 ai-je entendu (malgré moi) à la radio.

Alors, rien de tel que de lire ou d’écouter Desproges disant tout le mal qu’il pensait du foot : À mort le foot, À mort le foot !.

Bref, je n’aime pas le foot.

Combien de temps ?

2014/02/24

Sachant qu’il faut, en moyenne, vingt minutes d' »échauffement » à une femme avant de pouvoir atteindre l’orgasme, et seulement trois minutes pour un homme, et sachant que les hommes pouvant éjaculer trois fois en dix minutes sont extrêmement rares, combien d’hommes « moyens » à la suite faut-il à une femme pour qu’elle prenne son pied ?

Dit autrement, combien d’années d’apprentissage faut-il à un homme pour : 1) remarquer que sa compagne ne jouit pas mais fait semblant (avec la grimace), 2) en déduire qu’il lui faut retenir l’acmé de son propre plaisir plus longtemps qu’il ne le souhaiterait, 3) découvrir qu’il y a certaines positions de sa « très chère et tendre » qui l’amènent (elle ! pas lui) bien plus vite à l’orgasme (et ce n’est pas la « missionnaire »…), et 4) réussir à gérer son plaisir pour attendre que Madame soit en plein plaisir pour lui envoyer la purée ?

Combien de temps ? Comme aurait dit Bourvil : « Un certain temps »…
Disons : 30 à 40 ans. C’est-à-dire que, en commençant à se masturber à 12-13 ans, les hommes sont « mûrs » et commencent à être délicieux à consommer vers environ 40-50 ans. Mais pas tous ! Enlevons les croyants, qui ne se masturbent pas ; enlevons tous ceux qui, à force de matchs de foot (à la télé) et de bière, en arrivent à avoir besoin d’un chausse-pied pour s’immiscer dans l’intimité de leur moitié, à moitié justement, par faute d’une avancée stomacale imposante ; enlevons également tous ceux qui croient que la voiture est une extension de leur corps et qui, à force de laisser dégénérer celui-ci, et face à une petite montée, mais rien à voir avec une « femme trop molle » (comme dirait Pierre D.), s’essoufflent en moins de cinq minutes et ne sont donc plus capables de tenir la durée. Bref, il n’en reste pas beaucoup. Dont moi. 😉 Je suggère donc d’ajouter une nouvelle discipline olympique pour les jeux d’été… Une discipline à pratiquer en couple, bien sûr ! Quand même, il faut respecter une « certaine » morale !

D’ailleurs, les chercheurs cherchent à améliorer les records, et trouvent ! Après le point G (Grafenberg), à 8-10 centimètres de l’entrée de la grotte miraculeuse, des chercheurs viennent de découvrir le point U, plus près de l’entrée, mais toujours sur la paroi antérieure. Allez ! Je parie qu’il y a encore d’autres points à trouver ! Au boulot !

Conclusion : l’humanité manque d’hommes oblatifs ! D’ailleurs, même le Pape est d’accord !

Ha ha ha !!!!!!!!!!!

Méditation

2014/02/06

Dossier intéressant sur le cerveau dans Le Point de ce mois-ci. Par exemple, Matthieu Ricard y parle des études faites sur des méditants, dont le cerveau montre des activités exceptionnelles dans les réseaux cérébraux liés à l’empathie et à la compassion. Mais à quel prix ! Car il parle de méditants expérimentés ayant 10,000 à 60,000 heures de méditation derrière eux ! Cela fait, en imaginant qu’ils aient consacré 40 heures par semaine à la méditation pendant toute l’année, 5 à 29 années consacrées à la méditation ! Franchement, peut-être bien que ça marche, la méditation, mais ça a une très faible productivité ! Vous vous imaginez, pendant 5 longues années, diviser votre vie en trois : 8h de sommeil, 8h de travail, 8h de méditation ??? De la folie !

Question idiote

2014/02/04

Une question idiote, voire stupide, que je me pose, ne trouve pas de réponse.

Imaginons que je gagne au Loto (non, ce n’est pas le cas. C’est juste une supposition), est-ce que j’en fais profiter mes enfants ? ou pas. Si, pour quelques misérables milliers d’€uros, la question ne se pose pas (je touche tout et je leur fais de beaux cadeaux), la question se pose pour des sommes plus conséquentes, qu’il serait utiles de partager à la source. Laissons de côté les « petites sommes » et imaginons que je gagne plus qu’il ne faudrait pour me permettre d’arrêter de travailler tout en vivant aussi bien, sinon mieux, que maintenant, et ce jusqu’à mes 100 ans. Soit un montant supérieur à 2-4 millions d’€uros. À partir de quelques millions d’€uros, n’importe qui de raisonnable (et l’âge et tout ce qu’on a déjà vécu comme malheurs rendent raisonnable et donnent une vision claire de la simplicité (relative) du bonheur) peut s’arrêter de travailler, s’installer dans une belle maison dans un bel endroit, et vivre en alternant la douce vie dans ce beau lieu tranquille, voyager et visiter le monde. Bon. Mais, au-delà ? Lorsqu’on touche (allez, rêvons à €uroMillions) plusieurs fois de quoi vivre ainsi tranquille, on peut en faire profiter ses enfants et leur permettre, à eux-aussi, de se la couler douce. Mais, le faut-il vraiment ? Car, pour des jeunes de 25-30 ans qui se lancent dans la vie, comment prendraient-ils une si « épouvantable » nouvelle ? Car, lorsqu’on n’a plus à travailler, lorsqu’on est coupé net dans son élan pour « construire sa vie », lorsqu’on peut assouvir tous les rêves « raisonnables » qu’on avait jusque là, quel sens donner ensuite à sa vie, arrêtée net dans son élan laborieux, toutes évidences détruites ? Comment se remettre, une fois passé le flot de Champagne, et trouver un nouveau sens à sa vie ? Surtout si ces jeunes sont en couple. A-t-on le droit de bouleverser ainsi leur vie et, peut-être, de faire exploser leur couple, voire de les entraîner dans le gouffre profond de la dépression qu’entraîne la disparition de la nécessité de travailler pour subvenir à ses besoins essentiels (et même un peu plus). Il faut une formation pour savoir vivre tranquillement sans avoir à travailler. Toute une éducation ! 😉 C’est d’ailleurs pour cela que les gens riches (comme Bill Gates : 50 milliards de dollars) ne distribuent pas leur fortune, afin de protéger les pauvres de l’horreur du vide entraîné par l’absence du travail et de la nécessité de se lever tous les matins pour « gagner sa croûte ». 😉

Epicure n’eut jamais à se poser la question car il n’eut pas d’enfants, pour autant qu’on le sache. Mais il sut se tenir à une vie simple, dans un « Jardin » qu’il avait pu acheter avec ses économies. Mais c’était dans un temps très lointain… à 2300 ans d’ici, à une époque où l’on était quand même pas mal épargné de la publicité et de tentations de plaisir qu’il n’aurait jamais pu imaginer ! 😉
Epicurien, entre hédoniste et stoïcien. Les amis. La Nature. La connaissance du monde. Parler. Et ne pas se casser la tête avec les affres de la famille…

Alors, oui, je me demande ce que je devrais faire…

Mais, bon, c’est purement théorique ! Et, demain, je retourne bien au boulot ! 😦 😉 Mais, bon, au cas où, je vais reprendre un billet de Loto. On ne sait jamais ! 😉 Ha ha ha !!

Blogum habeo, ergo sum ?!?

2013/10/26

« Blogum habeo, ergo sum ?!? » (J’ai un Blog, donc je suis ?!?).
De la même façon que « Je panse, donc j’essuie », ne faut-il pas se poser la question de savoir si, sans Blog, sans Tweet, sans page FaceBook, et sans SmartPhone, on n’est pas un peu mort ? Puisque qu’exister seul ne nous suffit évidemment plus, plus nous sommes connecté avec les autres, plus nous sommes !?! Et donc, si FaceBook est en panne, ou si la personne à qui je tiens beaucoup me supprime de ses amis, est-ce que je meure ? même virtuellement ? Cette addiction à la virtualité, ce n’est donc pas seulement un besoin de zapping, de toujours s’exciter le cerveau avec de la nouveauté ; c’est aussi/surtout un besoin d’être avec les autres, et d’être vu par les autres, d’une certaine façon… puisqu’il nous manque alors l’essentiel : la présence physique, sinon le contact. Finalement, les séances d’épouillage, comme le faisaient nos ancêtres primates, et que nos ancêtres hominidés ont arrêté, c’est bien ce qui nous manque : sentir notre réalité, nous sentir vivre, par le regard et le contact physique des autres. À quand la VRAIE réalité virtuelle, quand nous pourrons nous toucher à distance ?!!! 😉 😉