Archive for the ‘Ecole’ Category

Tirer le meilleur de chaque enfant

2013/10/06

L’Ecole d’aujourd’hui, c’est le nivellement par le bas. Pour satisfaire à une lubie de justice sociale, on impose à tous les enfants un même parcours, un même rythme. Or tous les enfants sont différents. Et certains enfants, à force de s’ennuyer à écouter des cours qu’ils maîtrisent déjà ou qu’ils comprennent sans effort, finissent par perdre toute capacité, toute envie : ils s’étiolent. Sans même parler d’enfants avec autisme, certains enfants sont intéressés, voire passionnés, par des sujets : histoire, français, mathématiques, etc, et n’ont aucun goût pour d’autres matières. « Passion » : le mot est lâché : lorsqu’on est passionné, on peut (presque) tout. Certes, il ne faut pas oublier la « culture générale » et toutes les matières qui permettront à chacun de trouver sa place dans la société, mais l’éducation devrait s’adapter aux enfants et leur permettre d’évoluer à leur rythme, rapide pour certaines matières, et lent pour d’autres. Mais aller lentement ne veut pas dire qu’on n’ira pas en haut de la montagne. Bien sûr, il faut aussi contraindre les enfants à dépasser leur paresse et à se battre contre les tentations de l’époque (zappings divers), mais la passion et l’envie devrait être au coeur de l’éducation. Sauf que… c’est pas facile. Cela voudrait dire que chaque professeur s’intéresse à chaque élève et établisse un « vrai » contact avec lui, lui permettant de comprendre les freins qui le bloquent parfois pour certaines matières. Cela voudrait dire d’établir des classes homogènes dans des collèges/lycées hétérogènes (au lieu de l’inverse actuellement…). Cela voudrait dire beaucoup de changements ! Or la France a peur de bouger, de changer.Et, surtout, jamais elle ne va voir ce qui se passe ailleurs, à l’étranger. Car, bien sûr, nous Français, nous sommes supérieurs aux autres ! Mais bien sûr ! Ha ha ha !! Notre « glorieux » passé est … bien passé. Nous ne sommes plus qu’une goutte d’eau dans le monde. Certes, nos mathématiciens sont parmi les meilleurs au monde, et nous sommes riches de nombreux fromages ! Mais y’a pas que ça dans la vie !
Allez, bon dimanche après-midi !

Etudiants, si vous saviez…

2010/01/08

Ce matin, en prenant le tram, je me suis assis près d’une femme qui … corrigeait des copies. En regardant un peu mieux, il s’agissait de copies de l’UJF (Université Joseph Fourrier), probablement de la littérature, de l’histoire ou de la philosophie, bref 4 pages au moins de bla-bla. La dame à côté de moi bouillait d’énervement et ne tarda pas à m’en expliquer la raison : la prof (est-ce vraiment le bon mot ?) avait commencé à corriger une copie au moment où j’entrais dans le tram et … elle avait fini assez vite pour lui permettre de descendre à la station suivante. 2-3 minutes par copie de 4 pages, un record peut-être ?!

Etudiants, si vous saviez à quoi tient votre réussite…

Collège Inique

2009/12/16

La colère gronde autour du « Collège Inique ».

L’association « Lire Écrire » lance une opération de prise de conscience de l’échec du Collège Unique et parle de : « … cette folie du collège unique qui, sous prétexte de réussite pour tous, produit un nombre incalculable d’échecs. »

J’apprécie particulièrement cette phrase : « … convaincre l’Education Nationale de ne plus rassembler en un même lieu des élèves très faibles et des élèves qui, bien que dotés de fortes capacités, n’atteindront jamais les niveaux d’étude qui leur étaient promis. »
C’est ce que je ressens devant ce qu’ont subi mes enfants. L’une, exceptionnelle, a profondément souffert de l’ostracisme des autres élèves face à sa « différence », du racisme des élèves ayant perdu pied envers l’élève toujours première. Même si elle a obtenu un diplôme prestigieux, elle est pour longtemps marquée dans son âme par cette souffrance subie au Collège, en 3ème particulièrement où le mot « intello » y était une insulte. Le garçon, plutôt que de mettre à profit ses dons, a préféré se fondre dans la masse, ne pas trop dépasser, s’intégrant dans le groupe, utilisant ses capacités et sa paresse naturelles pour aller jusqu’au BAC sans jamais rechercher ses limites, ne recevant pas non plus toute l’éducation qu’il aurait méritée, bref ne découvrant ni ne développant son potentiel.
Il est certain que, si le Collège Unique avait existé dans les années 70, je n’aurais pas pu aller aussi loin dans les études que je ne l’ai fait…

Un sentiment de gâchis.

Nos enfants sont tous différents. L’essentiel est d’aider chacun d’entre eux à avoir envie d’apprendre, de découvrir, et de se dépasser, chacun à sa mesure. Tous ne peuvent pas être exceptionnels, mais le gâchis d’intelligence est monstrueux. Pire, les bases pour vivre en société (la maîtrise du langage ! pour exprimer clairement ses idées et comprendre l’autre) ne sont pas acquises, faisant de nos enfants de futurs handicapés de la société, incapables de bien penser leur vie, en souffrance et en proie aux échecs, à la facilité, et au désespoir.

Les enfants sont différents. À eux, à leurs parents, et à leurs enseignants de bien le comprendre, de l’accepter, et de faire en sorte que chaque enfant progresse, à son rythme et selon ses capacités. À condition d’aller chercher un peu ces limites, de pousser chaque enfant à aller un petit peu plus loin : imposer l’effort du travail à tous. Mais en ayant bien en tête l’essentiel : préserver chez chacun l’optimisme et la joie de vivre.