Archive for février 2015

Blasphémateur !

2015/02/28

« Blasphémateur ! », livre de Waleed Al-Husseini, chez Grasset, jeune palestinien qui a goûté aux geôles de son pays parce qu’il a créé et animé de nombreux blogs analysant et critiquant l’Islam. Musulman, il est devenu athée. Rien n’est plus intéressant à lire que l’analyse de celui qui met en lumière toutes les contradictions de la religion qui lui a été imposée, par sa famille, mais surtout par sa société. Ayant compris l’absurdité et la dangerosité de l’Islam, il s’est fait athée. Son livre, dont je viens juste de dépasser la moitié, permet de comprendre ces contradictions et l’utilisation qui est faite de l’Islam par des dictatures, nombreuses au Moyen-Orient.
Ce livre est à lire, pour mieux comprendre de l’intérieur la folie et l’absurdité qui règnent dans ces pays, où des gens croient dur comme fer à des idées … qu’ils n’ont jamais analysées et faites leurs, mais qu’ils ont acceptées telles quelles, ou qu’on leur a imposées, sans possibilité ni volonté de les décortiquer de les mettre à plat, et de les critiquer. C’est le propre d’une dictature d’imposer des idées et d’interdire de les critiquer. Dans ces pays, la religion n’est qu’un outil pour tenir le peuple dans l’ignorance et l’obéissance.

Non-Dieu merci pour Waleed, les prisons de Palestine ont un certain respect des personnes. Et, s’il a été torturé, ses bourreaux ont bien pris soin de choisir des méthodes n’entraînant aucune séquelle physique grave (peut-être aussi sous la pression de la peur de perdre des soutiens financiers occidentaux). Cela témoigne d’un certain niveau de respect de la personne humaine, bien mieux en tout cas que la bastonnade ou la décapitation au sabre en place publique pratiquée dans ce merveilleux pays qu’est l’Arabie Saoudite. Mais, d’après Wikipedia, il fut de nouveau torturé plus tard.

Par rapport à mon précédent billet, je pense que Waleed Al-Husseini a pris comme titre « blasphémateur » pour son livre parce que c’est ainsi qu’il était vu par les gens de son pays. Mais un athée ne blasphème pas ! Il ne fait que donner son opinion et oser critiquer. À l’autre de se boucher les oreilles ou d’ouvrir enfin les yeux grâce à cette lumière douloureuse sur ses croyances illusoires et mortifères.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Waleed_Al-Husseini
Mais ce texte de Wikipedia n’est pas entièrement conforme à ce que j’ai déjà lu.

Waleed aurait dit que toutes les religions étaient constituées d’« un fatras de légendes hallucinantes et de bêtises, toutes en compétition pour le podium de la stupidité ». J’aime bien ! 😉

Sa page Facebook:
https://www.facebook.com/Exmuslims.of.France

Liberté d’expression et caricatures

2015/02/25

Lors de l’émission « Le téléphone sonne » sur France Inter le mercredi 25 février 2015, dont le sujet était « La liberté d’expression et le droit à la caricature religieuse », des arguments pour défendre le droit à la liberté d’expression et le droit à la caricature n’ont pas été évoqués.

Tout d’abord, la France compte environ 30% d’athées, bien plus que tous les croyants de toutes les religions établies en France. Alors, en critiquant et en caricaturant les religions, « Charlie-Hebdo » se fait donc le porte-parole de tous ces français qui considèrent que les religions, TOUTES les religions, ne sont qu’un ramassis de conneries. Pour s’en convaincre pour l’Islam, il suffit de lire le livre « Blasphémateur » de Waleed Al-Husseini, qui vient de sortir en janvier, et où il démolit et vomit la religion qui lui a été imposée par le hasard de sa naissance. En fait, savoir que les religions ne sont qu’un ramassis de conneries est une certitude partagée par des millions de Français mais qui est tue, et que le « politiquement correct » habituel empêche de dire haut et fort, en particulier à la radio, à la télévision, et dans les journaux, sauf par certains qui essayent courageusement de remuer la boue qui empêche beaucoup de Français de voir et de penser véritablement. Bref, des millions de Français se retiennent de dire à voix haute ce qu’ils pensent sous prétexte que cela choquerait les fous qui croient encore à des balivernes, à des stupidités mortifères, telles que Dieu, le Paradis, et l’Enfer. Pour croire en Dieu, il faut être soit stupide, soit désespéré, soit mentalement déficient, soit trop paresseux pour faire du ménage dans son stock de conneries mentales. Quant à ceux qui tuent au nom d’un Dieu, ils ne croient pas en Dieu mais dans le nihilisme et l’horreur, qui les amusent et leur donnent une raison stupide de vivre (et de tuer et de mourir) ; ils utilisent une religion pour dominer et asservir les autres, mais aussi pour violer et tuer afin de satisfaire leur besoin de plaisirs sadiques.

Ensuite, la loi de 1905 décrète que l’État Français est laïque et qu’il garantit à chacun la pratique de sa religion. Cette loi institue donc une « sphère publique », a-religieuse, laïque, et des « sphères privées », intimes et religieuses. Dans ce contexte, le délit de blasphème a été supprimé du droit français (comme dans 43 autres pays sur 198). Mais aujourd’hui en France on entend encore des gens crier au scandale parce que certains, comme « Charlie-Hebdo », se moquent ouvertement de leur religion et de ses symboles. Cette « indignation » est bien pratique à ces religions pour rappeler leur existence et tenter encore et encore de s’imposer aux Français, alors qu’elles ne représentent qu’une minorité, et pour déborder de leur « sphère religieuse privée » pour entrer dans la « sphère publique laïque ». Il est donc insupportable d’entendre à la radio des représentants des différentes religions se plaindre que des méchants blasphèment, voire même promettre des coups de poings (avant des balles en plomb ?) pour de simples paroles. Or, par définition, le blasphème est « toute parole de malédiction, reproche ou irrespect prononcé contre Dieu » ou encore « une parole ou discours qui outrage la divinité, la religion ou ce qui est considéré comme respectable ou sacré » . Bref, le blasphème n’a de sens que pour ceux qui croient en ce Dieu, attaqué par ces paroles, et au « sacré » qui lui est attaché. Pour celui qui croit en un autre Dieu, ou qui ne croit pas, ces paroles ne constituent donc pas un blasphème. Or, comme la République, laïque, ne croit en aucun Dieu ni à rien de ce qui est spécifiquement sacré pour ces religions, le blasphème n’a pas de sens pour la République : donc, en République, le blasphème n’existe pas. Mieux, « crier au blasphème » consiste à faire passer des concepts normalement circonscrits à la « sphère privée religieuse » de certains dans la « sphère publique », par définition laïque. Le mot « blasphème » n’a de sens qu’à l’intérieur d’une « sphère privée religieuse ». Et celui qui « crie au blasphème » contrevient donc à la loi de 1905. Il me semble donc logique de : 1) ne PLUS utiliser le mot «  blasphème » dans la « sphère publique », mais plutôt : « critique », et 2) créer un délit de « cri au blasphème ». Celui qui, choqué stupidement par des mots ou des images qui critiquent sa religion, n’a pas le droit de crier au blasphème (qui n’a pas de sens pour l’auteur de cette critique, à supposé qu’il n’appartienne pas à la même « sphère religieuse privée ») et doit donc être puni par la loi. En effet, se plaindre de ce qu’il appelle « blasphème » ne respecte pas ce qui est éminemment sacré pour des millions de Français : la liberté d’expression. Cette « liberté d’expression » a été douloureusement acquise par nos ancêtres, afin de montrer le monde sous un éclairage différent, ce qui déplaît fortement à certains qui n’aiment pas que l’on montre le côté noir de leurs pensées, de leurs actes, et de leurs religions.

Bref, Dieu est mort, et qu’on le laisse pourrir en paix, et qu’on nous laisse railler tous les débiles qui ne sont pas sortis du Moyen-Âge.

Mort à Apple !!!

2015/02/11

Ce soir, je suis passé à la FNAC pour enquêter sur l’achat d’une tablette me permettant, en voyage, de lire mon mail, les news, et taper du texte. Bien sûr, Apple, vus les prix débiles pratiqués, n’est pas une option, même si j’ai les moyens. Parmi les questions que j’ai posées : le temps de chargement, le temps d’utilisation avant de recharger, la durée de vie de la batterie, le changement de la batterie ! Et, là, j’ai appris que, pour imiter Apple, tous les constructeurs rendent impossible le changement de la batterie, lorsqu’elle n’en peut plus. Lorsque la batterie est usée, impossible d’ouvrir la bête, sinon en risquant de casser l’écran. Bref, alors que tout marche bien encore sauf la batterie, qui – tout à fait normalement – a une durée de vie limitée, il faudrait changer de tablette ! Et tout ça pour imiter le modèle économique de ces cons d’Apple ! Déjà qu’Apple nous vend (cher) des solutions à des problèmes que nous n’avions pas avant. Déjà qu’Apple fait 30% de marge sur ses produits. Déjà qu’Apple optimise ses impôts en enculant nos Etats. Déjà qu’Apple accélère le renouvellement (inutile) de produits (inutiles) par un marketing super-efficace sur le cerveau à 80 de Q.I. de tous ces débiles qui ne peuvent qu’acheter Apple, voilà-t-y pas que, en plus de programmer l’obsolescence de leurs merdes à plus de 600€ minimum sinon le double, ils imposent à tous leurs concurrents d’accélérer le gaspillage des ressources naturelles et d’accélérer le massacre écologique pour produire tous les matériaux rares et coûteux qui composent un ordinateur ! Et sans même organiser la collecte et la récupération de tous ces téléphones et tablettes que les gens stockent ou jettent dans leur poubelle ! Connard d’Apple ! Mort à Apple !!!
Pour me calmer, je vais me passer un CD (acheté il y a 20 ans) sur ma chaîne HiFi, dont l’amplificateur (Luxman) et les enceintes (Cabasse) ont été achetés (en promo) il y a … 31 ans et qui marchent toujours parfaitement bien. Na !

« Les identités meurtrières »

2015/02/06

Ce billet est pour ceux qui n’auraient pas eu le courage de lire le billet précédant jusqu’au bout.

Suite au massacre de « Charlie Hebdo » d’il y a presqu’un mois, je recommande la lecture de : « Les identités meurtrières » d’Amin Maalouf, qui analyse ce qu’identité et appartenance veulent dire, et leurs conséquences. Histoire de mieux comprendre le monde d’aujourd’hui, et la France d’aujourd’hui, et les autres et nous-mêmes.

Être ou ne pas être (Charlie)

2015/02/06

Un mois demain que le massacre a eu lieu. « Charlie » est toujours dans les esprits, mais la Terre a continué à tourner et, également, des dizaines de milliers d’autres personnes sont mortes prématurément et souvent brutalement, tragiquement, dans le monde, relativisant ce qui est arrivé à Charlie. D’ailleurs, tout le monde n’a pas « été Charlie » et il y a eu de nombreuses façons d' »être Charlie ».
J’ai acheté le numéro 1178, en deux exemplaires même, et je l’ai lu, consciencieusement. (Probablement que je l’avais déjà lu, voire même acheté, dans le passé, mais probablement une seule fois, comme la majorité des français.) Mais je n’ai pas lu que ça. J’ai lu tout ce que je pouvais de tous les témoignages et analyses qui ont été publiées, essentiellement sur le Web, mais aussi en papier, du « Canard Enchaîné » à « Valeurs actuelles », en passant par Libération, le Nouvel Obs (L’Obs ! pardon), et le Monde. Un nombre impressionnant d’experts (de véritables experts) ont été invités à s’exprimer, permettant de mieux comprendre l’Islam. Enfin… LES Islams. Celui de Daech ou celui du paysan tranquille. Et leur histoire, complexe, pleine de mensonges et de trahisons. Finalement, comme pour le Christianisme, l’Islam d’origine n’a certainement rien à voir avec ses différentes formes actuelles, même les plus extrêmes ou celles qui s’en réclament. Car, dès la mort de Mohammed, il a été récupéré et utilisé par des dictateurs de l’époque, voire même les descendants de ceux qui l’avaient combattu, pour asseoir leur emprise sur leur population et pour justifier les conquêtes. Bref, si Jésus n’a pas existé (son personnage fut probablement créé à partir de plusieurs personnes et beaucoup d’imagination), le prophète Mohammed a bien existé, mais son histoire véritable restera à jamais inconnue de tous, y compris de tous les « soi-disant » experts musulmans qui ne font que lire et relire toujours les mêmes livres écrits des centaines d’années après sa mort, et qui n’imaginent pas combien les recherches archéologiques révèlent sur la vérité historique (ainsi, bien peu de choses de la Thora sont prouvées par la véritable histoire et par l’archéologie). Mohammed et l’Islam sont des mythes, des inventions. Et on tue pour cela… Ou, plutôt, on utilise une histoire pour justifier sa haine, sa colère, sa volonté de tuer et de détruire, pour… pour rien. Tant de sang versé pour rien. Femmes violées puis crucifiées, femmes enceintes éviscérées, enfants enterrés vivants, pilotes brûlés vifs, prisonniers décapités, etc. L’horreur. Qui nous rappelle la St-Barthélémy qui a vu les « bons » Catholique massacrer les « mauvais » Protestants, hommes, femmes, enfants, vieillards. L’Islam, les Islams, sont en retard. Ou, plutôt, ils sont structurés autrement, de façon tribale, anarchique, dans des pays où l’analphabétisme est roi : ceux qui disent venger le Coran ne l’ont jamais lu, ils n’ont fait qu’entendre des prêches de moins illettrés qu’eux et qui n’ont lu et compris qu’une partie des textes, bien souvent les Haddiths, et n’en ont pris que ce qui soutenait leurs idées… Il y a de tout dans le Coran : de l’amour, du meurtre, et des guerres. Chacun y prend ce qui l’attire.
Bref, l’Homme reste bien un sauvage. Seule l’éducation peut lui permettre de mieux comprendre ce qu’est le monde.
J’ai beaucoup lu. Peut-être en ferai-je un chapitre d’un livre, sur un sujet différent : l’athéisme. Mais, bon, il y a loin de prendre des notes de ses idées, de recueillir les analyses des experts de tous bords, et d’en faire un livre promouvant une autre voie : l’athéisme. On verra bien. J’ai si peu de temps…

En attendant, s’il y a un livre à lire pour comprendre ce qui peut pousser de jeunes français d’origine musulmane à tuer et mourir pour des stupidités, c’est celui d’Amin Maalouf : « Les identités meurtrières ». Ce livre, écrit par un arabe chrétien du Liban, parlant l’arabe, naturalisé français, écrivain français, lui-même riche de nombreuses appartenances, est éclairant sur la complexité et la difficulté de nos vies, à tous, tous migrants, tous devant nous adapter soit à un autre pays, soit à une autre région de ce pays, soit à un pays qui a plus changé en 30 ans qu’en plusieurs générations. Notre « identité », nos « appartenances », qui font de nous des personnes écartelées entre différents mondes : le pays étranger que nous avons quitté, le pays de notre enfance qui a radicalement changé, et ce pays d’aujourd’hui, complexe et varié. Mais, bon, s’adapter au changement, c’est une preuve d’intelligence et de jeunesse ! Et c’est le propre de l’Homme. Le brassage des Hommes et des idées devrait amener à un nouveau monde, meilleur. Un jour peut-être… Mais pas sûr ! Vraiment pas sûr ! Car il y a d’autre dangers que les religions qui menacent les Hommes et notre planète. Il y a d’autres idéologies mortifères. Il y a plein d’autres façons de détruire la paix et la beauté. L’Homme est tellement inventif ! Demander donc aux Ukrainiens ce qu’ils pensent de Poutine, qui met de l’huile sur le feu sur un pays pour… pour quoi ? Occuper les russes pour qu’ils oublient qu’ils sont en dictature ? pour garder le pouvoir ? pour satisfaire à un rêve idiot : toujours plus ! Une Russie plus grande et plus forte ! Mieux vaudrait laisser les gens essayer d’être heureux… Déjà que, même sans guerre, nous arrivons à ne pas être heureux… Que les français qui se sentent malheureux en France (tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter un iPhone ! par exemple) aillent voir ailleurs ! 😉 Il y a des paysans qui, alors qu’ils ne pourront jamais se payer un médecin ou des médicaments, alors que leur vie est VRAIMENT dure, sont heureux malgré tout.

Je suis Charlie ! (mais… lequel ?)