Gilgamesh

Hasard ? Hier soir sur France Inter, un écrivain parle de son livre qui reprend l’épopée de Gilgamesh. Et, ce midi, en feuilletant « Le Monde des Religions » (et oui, pour bien combattre l’ennemi, il faut bien le comprendre), je tombe sur trois pages sur cette épopée sumérienne (Mésopotamie) composée puis écrite entre 4500 et 3500 ans avant aujourd’hui. C’est pas jeune ! Et, déjà, la préoccupation de l’immortalité chez Gilgamesh, roi un peu dieu, puissant, mauvais (il use de son droit de cuissage pour violer les mariées la veille de leurs noces), mais à qui manque l’immortalité. Ce que j’ai lu et écouté me laisse penser qu’il y a dans ce texte bien des choses reprises dans la Bible, comme le Déluge, comme l’Homme Sauvage rendu civilisé par le désir d’une femme et le sexe (croquer la pomme !), ou une quête. Mais, même si ces textes sont plein de religiosité, la morale de cette histoire, c’est que l’immortalité est réservée aux Dieux (sauf UN homme), et que les Hommes sont nés pour mourir. Et, à la fin de la quête infructueuse de Gilgamesh (le seul Homme immortel le convainc que les Dieux ne réitéreront pas ce don fait à un humain), de retour chez lui, une femme lui dit qu’il n’a qu’une chose à faire : trouver une femme, et la chérir, et chérir ses enfants. Après un tour dans les rêves d’immortalité, le héros revient à la réalité des Hommes : vivre puis mourir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :