Prisoners

« Prisoners », c’est un thriller, un bon thriller qui vous tient en haleine : Les retrouveront-ils ? vivantes ? Trouveront-ils le coupable ? La recherche éperdue du père tournera-t-elle à l’horreur inutile ?
Le film est très efficace, et ses 2h33 se digèrent sans aucun problème. L’idée est bien sûr assez simple au départ, mais la complexité y nait facilement, et il n’y a qu’aux USA qu’on puisse imaginer que de telles horreurs soient possibles. Et moi qui ai visité Boston 4 fois, aux 4 saisons, je n’ai rien reconnu de Boston dans cette lointaine banlieue qui me fait plus penser au Canada qu’à cette vieille ville de l’Est.
Le film est angoissant, la mort rôde, et les personnes sensibles feraient bien d’être accompagnées, ou d’aller le voir tôt dans l’après-midi. Quant au dénouement… vous verrez bien ! Ha ha ha ! En tout cas, c’est super bien joué. On est surpris de voir que le flic soit toujours seul dans son enquête… mais, bon, c’est une petite banlieue qui n’a pas de grands moyens… Tout le film sent une certaine pauvreté, une certaine misère cachée, où les maisons en bois sont inquiétantes, un pays où je n’aimerais pas vivre. Mais, bon, Boston au printemps et à l’automne, c’est magnifique !!!
Un film intense, qui ne fait pas dans le spectacle mais dans l’émotion, la peur, les rebondissements, l’efficacité. À voir !

Publicités

Étiquettes : ,

13 Réponses to “Prisoners”

  1. Jane Says:

    J’adore ton extrême précision « 33 » !

    • trex58 Says:

      C’est ma mémoire des chiffres et des nombres. Je viens de vérifier : c’est bien 2h33mn.
      33 = non-âge de Jésus (puisqu’il n’a pas existé)
      33 = 2^5+1

  2. Jane Says:

    Je reconnais le scientifique !

  3. trex58 Says:

    Voire le vieux con ! 😉

    • Jane Says:

      Non. Ni vieux, ni con !

    • trex58 Says:

      Mouais… Moins con que d’autres, alors ! Mais, bon, pas suffisamment exceptionnel quand même… C’est dur de se situer entre la moyenne et les hauteurs, sans briller au firmament, sans être en haut de l’affiche ! Ha ha ha !!

  4. Jane Says:

    Dans quelques minutes je verrai le film. Fatiguée, un peu déprimée, après la prise de mon médicament. J’espère que cet état ne va pas perdurer.
    Et toi Tony, tu prépares ton WE ?

    • trex58 Says:

      Bon. On verra ce que tu en penses. Pour une fois, je n’ai RIEN divulgué. Sinon qu’on est bien surpris (sauf pour ceux qui ont l’habitude des « ressorts » de ce genre de films

      Oui. Je prépare mon WE. Et, donc, je serai silencieux quelques jours, avant un plus long silence encore.

  5. Jane Says:

    Je suis allée seule au cinéma. Peu de monde dans la salle, mais je me suis déplacée deux fois pour m’éloigner des mangeurs de popcorn, des bavards et des pieds posés sur le dossier du siège voisin.

    Ce n’est pas le genre de film que je regarde d’habitude. Je crois que j’éviterai de renouveler l’expérience à l’avenir. J’avoue que la deuxième partie du film, avec les scènes de torture, d’intrusion du présumé coupable dans la maison de Keller, les colères de Keller,.. a installé un malaise en moi, elle m’a angoissée, et parfois mise en colère, mais je n’ai pas eu peur. J’ai encore le mal de ventre.
    Quand à la fin, j’aurais préféré un complet happy end.
    Je suis trop sensible pour ce type de film.

    Tu vas me manquer Tony, et je penserai à toi.
    J’essaye de voir le bon côté des choses. Je dois me remettre au travail les prochaines semaines. Je serai donc très occupée et ton silence me pèsera moins. Et puis j’ai quelques belles sorties de prévues.

    Je ne me souviens plus de la date de ton départ en voyage !

    • trex58 Says:

      Il faut savoir s’habituer à toutes sortes de films. Celui-ci est « remuant », et il a remué les tripes de mon ami. Moi, j’ai « survolé » les horreurs du film sans qu’elles m’atteignent, et j’ai très bien dormi. Peut-être que je j’avais trop conscience que c’était un film et pas la réalité. Finalement, la réalité peut être pire qu’un tel film ! 😉 Et puis, quand on se relève d’un AVC (même petit et transitoire), et donc qu’on a senti souffler (même doucement et rapidement) le souffle de la déchéance, on est peut-être moins sensible. Les hommes, donc, peuvent être des monstres, mais nous le savions déjà, même si nous avons tendance à l’oublier, dans cette « douce » France.

      La morale du film ? Quand Dieu nous prend ceux qu’on aime, on devient fou. Mieux vaut voir la réalité en face.

      « Happy end » ? Je me souviens d’un livre de Dan Simmons, où il zigouille le personnage principal au bout des 2/3 du bouquin : j’aurais aimé frapper Simmons de nous avoir fait si mal !

      La vie n’est pas que devant un écran de PC. Elle est surtout dehors, dans l’action du corps, ou dans la lecture. Samedi matin, sur France Inter, j’ai entendu que le roman, bien plus que les nouvelles des journaux, développe notre empathie. Le roman nous permet de vivre des choses.

      Mon voyage ? Très bientôt !

      • Jane Says:

        Oui je l’ai écoutée cette émission dont tu parles. Et je me suis dit que j’avais certainement trop lu de romans littéraires.
        Mais paradoxalement, j’ai retrouvé le goût de lire ce week-end. J’ai continué le livre commencé il y a quelques semaines.

  6. Jane Says:

    Tu me feras un bisou avant ton départ Tony ?
    Bon weekend-end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :