Prostitution

Je lis que des femmes de gauche ont le désir d’interdire la prostitution et de pénaliser les clients. J’ai déjà abordé ici ce sujet, disant qu’il ne peut y avoir qu’un compromis à trouver, entre l’horreur de femmes transformées en esclaves sexuelles et l’horreur d’hommes en manque et violant autour d’eux. Le besoin des hommes de copuler est plus fort que celui des femmes, même s’ils sont proches. C’est un besoin universel pour tous les mâles animaux, un besoin créé par la Nature : le mâle disperse sa semence, meilleure façon pour disperser ses gènes. D’où un besoin intense, exacerbé par un mécanisme interne nécessitant d’évacuer ce que le corps produit. Une femme fonctionne autrement. Son désir et son besoin de pratiquer le sexe peut être très fort, mais il n’est pas motivé par les mêmes manques et besoins. Alors, plutôt que draguer les femmes des amis, les voisines, et reluquer, voire violer, les gamines, il vaut peut-être mieux, d’abord chercher une compagne, ou une maîtresse, ou – en dernier lieu – une femme permettant de soulager pour un temps ce besoin de chair contre chair. La masturbation, longtemps prohibée par le renouveau pudibond en France au XIXème siècle, est d’une tristesse infinie, plus encore que le sexe rétribué. Et puis, on nous rebat les oreilles sur les bénéfices d’une bonne sexualité sur notre santé, voire même d’une protection de la prostate contre le cancer. Alors, s’il faut faire comprendre à ceux qui ont la paresse ou l’incapacité d’avoir une relation amoureuse avec une personne de l’autre sexe qu’ils pourraient faire des efforts (être moins cons !) avant d’aller payer pour ça, il faut aussi penser à ceux qui n’ont guère le choix : ceux qui sont moches, tordus, maladivement timides, voire handicapés, ou vieux. Je veux dire qu’il n’est pas possible d’interdire au veuf de 60-70 ans de trouver une prostituée pour se permettre, encore une fois, peut-être la dernière, de toucher la chair intime, douce et veloutée d’une femme. Il me semble que des prostitués ont parfois, d’après ce que j’ai pu en lire, le sentiment de remplir un rôle dans la société, de soulager une certaine misère sexuelle dont on parle peu. Mais, hélas, pour une qui accueille un homme qui, sinon, ne pourrait plus faire l' »amour », il y en a dix ou cent qui ont été enlevées de leur pays, par la contrainte, par la ruse, ou par la force brutale, pour satisfaire les désirs et fantasmes de mâles non pas privés de sexe, mais ne se satisfaisant pas de leur compagne, ou incapable de faire les efforts nécessaires pour séduire une femme. D’ailleurs, il est probablement de plus en plus difficile aujourd’hui de « séduire » une femme, tant celles-ci sont devenues plus indépendantes, plus volontaires et décideuses de leur vie, sexuelle ou générale. D’où une perte de repère pour les hommes les moins aptes à s’adapter. Bref, la prostitution me semble devoir être tolérée, mais contrôlée, en interdisant et punissant sévèrement le proxénétisme et le mal fait à ces femmes. Et, dans un monde idéal, nulle femme ne devrait se sentir obligée (manque d’argent, impossibilité de trouver un travail) de se prostituer. Mais ce monde n’est pas idéal… Avant, me semble-t-il, il existait des prostitués « de quartier ». Aujourd’hui, avec la voiture, il y a des supermarchés du sexe, comme au bois de Boulogne. Existe-t-il des femmes qui aiment se prostituer ? Il me semble que c’est possible, pour soulager la misère sexuelle d’hommes, ou parce qu’elles y trouvent, en plus de l’argent, un certain pouvoir sur les hommes ; mais c’est certainement l’exception. Enfin, les temps ont changés : on peut se protéger des MSTs, et les soigner, alors qu’on en mourait autrefois, dans d’atroces souffrances. C’est un sujet complexe, et il faut avoir conscience de ceux qui souffrent de misère sexuelle, et il faut que les femmes (surtout celles qui veulent créer des lois) prennent bien conscience de la différence dans les origines des pulsions sexuelles, chez les hommes et les femmes. Hommes et femmes ne seront jamais égaux dans ce domaine. Tant mieux, d’une certaine façon, car c’est cette différence qui attire la majorité des hommes et des femmes vers l’autre sexe : le plaisir et le bonheur de permettre à notre corps de faire ce pour quoi il est fait, dont le plaisir du sexe.

Publicités

73 Réponses to “Prostitution”

  1. Jane Says:

    Cela n’a jamais été un fantasme pour moi la prostitution, je n’en ai jamais rêvé. Je ne suis pas contre à condition que la prostituée soit libre et indépendante. Or d’après les statistiques, la très grande majorité est sous la domination d’un homme. Il faut dont s’attaquer à ces derniers et démanteler tous les réseaux de prostitution. Il faut mettre tous les moyens pour les arrêter.
    Est-ce que la prostitution empêche ou diminue les viols par descendance, les viols, non ! Là aussi, il y a un vrai travail de prévention à mettre en place.
    Récemment un homme a été accusé de viols sur sa femme qu’il battait. Il pensait qu’elle était consentante pendant l’acte. Il se fout du monde !
    Un autre profite de son statut d’ex-kiné de stars pour violer ses clientes qu’il traite de « folle ». Lui a les moyens de payer pour satisfaire ses besoins.
    Ces hommes s’en prennent toujours aux femmes et abusent de leur faiblesse sans jamais le reconnaître. La peine doit être maximale !

    • trex58 Says:

      Oui : punir les proxénètes, qui frappent, violent, enferment.

      Quant aux viols en famille, il faudrait demander leur avis à des spécialistes. Quand on n’a pas d’argent, quand on a « hérité » ça de son père, etc, on n’ira pas voir une prostituée.

      Il faut un rééquilibrage entre hommes et femmes. Et, bien sûr, ça passera d’abord par un déséquilibre et des prises de position trop dures pour les hommes, qui ne savent plus très bien ce qu’est leur « genre »? Bouleversement des rôles. Ca bouge, c’est l’essentiel !

      • Jane Says:

        Un jour j’ai rencontré un jeune 18 ou 19 ans issu d’un milieu très défavorisé. Ce gamin a été placé pour je ne sais quelle raison en foyer où il a été abusé sexuellement. Personne dans son entourage ne l’a cru. Il faisait des études pour être cuisinier et était le premier de la classe, étant considéré comme un garçon gentil et sans problème. Sa révolte a été de se convertir à l’islam et s’est rapproché du milieu islamiste. Sa mère l’a dénoncé. Quand je l’ai entendu raconté son histoire, j’étais révoltée, écœurée par ces adultes incapables d’entendre et de croire leur propre enfant. Peut-être que pour eux il était devenu la honte de la famille. J’avais les larmes aux yeux.
        Beaucoup d’enfants subissent de la maltraitance et ne sont pas écoutés. Il faut que cela change.

        Pourquoi ne pas faire de la prévention contre l’inceste à la télé, à la radio. Informer les enfants à l’école.

        « Bouleversement des rôles » je dirais qu’il faut l’égalité et c’est tout !

      • trex58 Says:

        Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour réduire l’inceste, à part faire en sorte que les enfants arrivent à 18 ans avec un psychisme stable, ce qui est bien compliqué… surtout quand les parents démissionnent ou quand le malheur se transmet, comme dans le film où joue Alain Bashung : « L’ombre du doute ». C’est un sujet complexe, mais différent de la prostitution.

        Quant à l’égalité, il nous faut aussi nous libérer de notre pensée judéo-chrétienne, qui fait de la femme l’inférieure de l’homme, et qui rend fou.

      • Jane Says:

        Impossible de regarder ce film en streaming, pourtant j’ai cherché. Tant pis !

      • trex58 Says:

        http://www.myskreen.com/film/drames/1303432-l-ombre-du-doute/

        Ha ben non. C’est juste 2 minutes…

  2. Jane Says:

    Merde ! Mon médecin m’a appelée en fin de matinée. Cela est confirmé, les taux d’hormones de la thyroïde sont encore mauvais. Je vais devoir faire des examens complémentaires et rapidement. Cela me déprime. C’est certain je vais crever avant tout le monde !

    • trex58 Says:

      Aïe ! Désolé pour toi. Quant à mourir, on ne sait jamais quand « vient son tour ». Bats-toi ! Bises.

      • Jane Says:

        Merci Tony. Mais je crois que mon inconscient est plus fort que moi !

    • Une femme libre Says:

      Mais non, on ne meurt pas d’hypothyroïdie! Dès que le dosage du médicament va être adéquat, vous serez comme neuve au contraire! Les hormones thyroïdiennes de synthèse sont très bien tolérées. J’en prends depuis 25 ans avec certains ajustements nécessaires de temps en temps selon le résultat des tests de sang annuels, rien de plus.

      • Jane Says:

        Merci vous me rassurez. Ce que je n’aime pas c’est la prise régulière et peut-être à vie, de médicaments.

    • Une femme libre Says:

      Oui, c’est à vie mais c’est un bien petit prix à payer pour se sentir bien, en santé et pleine d’énergie!

      • jane Says:

        J’ai l’impression que je vieillis à vitesse grand V. Je n’ai pas qu’un problème de thyroïde. Je vais faire un scanner prochainement.

    • trex58 Says:

      Oui, j’ai une amie qui a aussi des problème de thyroïde : c’est gérable, me semble-t-il. Et puis, finalement, j’ai pris de l’avance pour la course au tombeau ! Je roule à tombeau ouvert ! 😉 (mieux vaut rire que pleurer… surtout que j’ai pas mal pleuré aujourd’hui, aux urgences…)

      • Jane Says:

        Tu pleures vraiment !

      • Jane Says:

        Je ne tiens pas à prendre le départ de cette course Tony !
        Je reste optimiste pour toi et pour moi.

      • trex58 Says:

        Ben, oui, j’ai pleuré. Faut dire que j’ai de l’entraînement ! 8 mois à pleurer tous les jours après les 5 mois de maladie de mon épouse, pendant lesquels j’ai aussi pleuré tous les jours. Je suis un pro ! Mais, bon, je commençais à perdre mon entraînement… alors, ça n’a pas duré trop longtemps, zut ! 😉

      • Jane Says:

        J’ai dû voir 2 fois un homme pleurer. C’est tout. Vous vous cachez pendant ces moments-là ? Quant à moi je suis une « pleurnicheuse » depuis toujours.

      • trex58 Says:

        On éduque les garçons en leur faisant croire qu’ils ne doivent pas pleurer… alors que, bien sûr, non seulement ils ont le droit de pleurer, mais ils le doivent ! Même si les larmes ne sont pas le propre de l’homme (les grands singes pleurent, paraît-il), c’est un moyen fondamental pour exprimer notre douleur, nos angoisses, etc. Se retenir de pleurer, c’est malsain.
        Alors, oui, je pleure, parfois. Et, si je ne me cache pas, j’essaye quand même de ne pas trop envahir l’espace : on n’aime guère voir pleurer quelqu’un, car c’est un sentiment qui nous remue, de voir la douleur des autres. Mais, montrer sa douleur, c’est permettre aux autres de comprendre la gravité de ce qui se passe…

      • trex58 Says:

        Bien sûr qu’il faut rester optimiste ! Il faut néanmoins être réaliste : nos problèmes de santé vont s’accumuler, s’aggraver, avec de longs et bons répis. Mais, non, nous n’avons plus 20 ans !!! Donc, il faut vivre intensément (reste à définir ce qu’intense signifie pour soi…).

  3. Jane Says:

    Le verdict est tombé pour l’ex-kiné : 10 ans de prison. Il est marié. Pourquoi n’assouvissait-il pas ses besoins sexuels avec sa femme qui l’a soutenu tout au long du procès ainsi que ses 4 enfants ? Pourquoi n’a t-il pas payé une prostituée de luxe ?
    Pourquoi n’avait-il pas une maîtresse ? Il devait en avoir lorsqu’il était célèbre et avant son cancer de la prostate. Avait-il honte de son impuissance ?
    La séduction d’un homme ne se limite pas à ses capacités érectiles.

    • trex58 Says:

      Je n’ai pas suivi cette affaire. Va savoir quelle souffrance et obsession le poussait à ses actes… C’est triste pour sa famille… mais ses victimes vont pouvoir passer à autre chose, rebondir, revivre.

  4. Une femme libre Says:

    Les abus sexuels ont peu à voir avec un besoin insatiable de sexualité mais bien avec la violence d’un invidivu. Le violeur soumet une autre personne à sa volonté. Pendant la guerre, les soldats violent les femmes de l’ennemi pour assujétir le peuple conquis.

    Pour ce qui est de l’inceste, on aurait beau fournir des prostituées au père incestueux, c’est sa fille qu’il veut.

    La prostitution n’est un remède ni au viol ni à l’inceste.

    C’est assez triste et réducteur de croire qu’un homme, au nom de ses supposées puissantes pulsions sexuelles, n’ait d’autre avenue que de soumettre une femme à ses désirs de gré ou de force si on ne lui fournit pas l’exutoire de la prostitution.

    D’ailleurs, si on suit votre raisonnement, la prostitution devrait être payée par l’état, comme un service public, étant donné que ce ne sont pas tous les hommes qui ont les moyens de se payer de leur poche une prostituée. Je serais davantage pour le paiement étatique d’une castration obligatoire pour les hommes qui ne peuvent s’empêcher d’agresser des femmes au nom de leur libido.

    • trex58 Says:

      Je ne sais pas bien pourquoi je me suis lancé sur ce sujet… Moi qui aurais bien du mal à faire du mal à une femme… et qui ne maîtrise pas le sujet (au sens théorique, mais pratique aussi). Mon sentiment, c’est que l’interdiction de la prostitution, d’une façon ou d’une autre, ne peut qu’engendrer plus de souffrance. C’est un phénomène qu’on ne peut pas éradiquer, ne serait-ce que pour permettre aux vieux veufs de se soulager une ou deux fois par an.

      Ne pas confondre le viol de guerre, conçu à la fois pour soulager le soldat loin de son épouse, et pour blesser encore plus l’ennemi, comme il a été pratiqué au Kosovo, avec le viol « commun » fait en temps de paix.

      Je crains que les femmes aient bien du mal à comprendre tout ce qui se passe dans la tête (et la queue) d’un mâle. Et réciproquement.

      La prostitution a longtemps été considérée comme « un moindre mal ». Et les prostituées, au Moyen Âge, étaient reconnues comme rendant un service à la société, pour canaliser les désirs inassouvis. Mais, bien sûr, le monde a changé… et le sexe étalé partout sur nos murs peut générer des désirs qui n’auraient pas existé avant.

      Quant à la castration, c’est comme la peine de mort : une punition sans retour, inacceptable puisque l’erreur judiciaire est toujours possible.

      La prostitution, effectivement, a été parfois organisée par des Etats… Mais ne déformez pas mes paroles. La misère sexuelle existera toujours, chez les hommes et chez les femmes, mais les hommes surtout n’arrivent pas toujours à la supporter. Et, pour ceux qui ont mal grandi, qui considèrent les femmes comme des objets sexuels, et qui ne maîtrisent pas leurs pulsions, souvent augmentées par l’alcool, le viol est une solution évidente et facile pour eux… Il me semble que, dans de nombreuses sociétés, pour éviter la déstabilisation de la société, la prostitution a été « organisée » pour minimiser les souffrances. Bien sûr, nous voudrions tous faire disparaître TOUTES les souffrances. Mais il y a encore bien du travail avant d’y arriver…

      Sinon, j’attends de lire une étude analysant l’impacte des religions mono-théistes (où la femme est inférieure à l’homme) sur le nombre de viols et le nombre de prostituées, par rapport à d’autres sociétés.

  5. prinsessan Fluflu Says:

    @ Une femme libre
    Merci pour votre commentaire!
    Au moins vous, vous avez compris!

    • trex58 Says:

      Mais que les femmes sont dures parfois…

      Par hasard, cette aprèm sur France Inter, il y avait une interview sur ce sujet. Je n’ai écouté que quelques minutes. C’est un sujet compliqué… Et, parfois, il y a des femmes qui ont choisi ce « travail »… C’est moins fatiguant que travailler « normalement ». En choisissant bien ses « clients », on peut avoir un sentiment de domination sur eux, ou réduire la misère humaine. Mais, bon, nous sommes très pollués par tous les films et émissions qui parlent du sujet sans donner de statistiques. Sur 100 prostitués, combien sont satisfaites de leur sort ? 5 ? 1 ?

      Pour conclure sur ce sujet, mon idée est qu’il est à la fois impossible et illusoire d’interdire la prostitution.

      Tiens, mercredi, j’ai rencontré un jeune autiste Asperger que je connais, dans le centre de Grenoble. Au moment de le quitter, un groupe de 3 filles est passé, et il les a regardées… Comment fera-t-il sa première expérience sexuelle ? lui qui, même pour moi qui suis habitué, a une façon de discuter TRÈS particulière. Comment fera-t-il pour draguer une fille ? Qui lui expliquera ce que ressent une femme ? Sera-t-il obligé, toute sa vie, de se masturber ? s’il n’est pas capable, comme d’autres autistes Asperger, de trouver une épouse ? Ne lui laisser aucune solution, c’est le faire souffrir.

    • trex58 Says:

      Je me souviens avoir lu un article sur le lien entre prostitution et liberté des moeurs (femmes mariées ayant la possibilité d’avoir un amant) en Thaïlande : la prostitution y avait baissé parce que les femmes mariées sont plus libres.

      Voir aussi : http://www.planetoscope.com/Criminalite/1497-nombre-de-viols-en-france.html

      http://www.planetoscope.com/Criminalite/1202-nombre-de-viols-commis-dans-le-monde.html

      La Suède est le 2ème pays au monde où la proportion de viols est la plus grande !!!

      Et pourtant, ici, on parle ici de « réussite suédoise » pour la prostitution :

      http://www.slate.fr/tribune/47207/prostitution-abolition

      On y dit que le taux de viols y est resté stable… Oui, mais, il était déjà au plus haut.

    • trex58 Says:

      À lire : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/596198-5-idees-recues-sur-la-prostitution.html

  6. Jane Says:

    Oui je suis d’accord pour la castration chimique dès le premier viol.

    • trex58 Says:

      Oui. Pour une durée limitée avec obligation de soins psychiques et contrôle ensuite. On doit être puni pour ses crimes, mais pas à vie (même si, hélas, la récidive est courante…).

  7. allosophia Says:

    « une femme libre » a parfaitement résumé mon point de vue! 😉

    Pour plus d’infos, je vous invite, entre autres, à lire l’ouvrage « Le plus vieux « métier » du monde? » écrit par la journaliste Claudine Legardinier, à aller faire un tour sur la page facebook de la campagne « Un orgasme ça n’a pas de prix. Je ne suis pas client de la prostitution » où se trouve une mine importante d’informations à ce sujet (livres, témoignages…), et sur le site du « Mouvement du Nid », association d’aide aux prostituées où vous trouverez des témoignages dans la rubrique « nos actions »…
    Cela aide à se rendre compte que les belles idées préconçues sur la misère sexuelle, les besoins irrépressibles des hommes, la prévention des viols, et le bonheur d’être utile de la prostituée sont loin, très loin, de la réalité.

    • trex58 Says:

      Et bien, à moi d’améliorer ma connaissance du sujet… et réviser mes vagues idées. Surtout que, maintenant, j’ai du temps devant moi…

      • Jane Says:

        Tu vas passer à la pratique ?

      • trex58 Says:

        Ha ha ha !!! Non !
        Je veux dire que, ses idées « générales » sur un sujet, il faut savoir les confronter avec ce qu’en pensent les autres, ceux de l’autre « bord », ou ceux qui ont vraiment consacré du temps à observer et réfléchir.

  8. prinsessan Fluflu Says:

    http://lesjeunespourlabolition.fr/

    Si seulement cela pouvez faire réflaichir les naïfs!

    • trex58 Says:

      Pourquoi la Suède, où la prostitution est « abolie », a-t-elle encore un tel record de viols ? 2ème au monde, après le Congo, ai-je lu.

      • prinsessan Fluflu Says:

        La prostitution´est pas « abolie » !!! ????

        Il est interdit d´acheter un  » service » mais pas d´en « vendre » un.
        On a le droit de faire ce que l´on veut avec son corps, mais pas de faire ce que l´on veut du corps des autres.

        « ….a-t-elle encore un tel record de viols ?
        2ème au monde, après le Congo, ai-je lu. »

        Je doute vraiment !!!!!!!!!!!!!!!!
        La seule explication que je pourrais donner si c´est vrai, c´est que la définition du viol est à un autre niveau que dans bien d´autres pays. Par ex, un mari/copain etc… qui ne comprend pas un « NON » (parce que un NON, c´est NON, quelque soit la relation entre les deux personnes.) Cela peut donc donner un chiffre plus grand.

        Dans l´ensemble, les hommes en Scandinavie, qui ont reçu une éducation scandinave, sont respectueux des femmes.
        -Les filles et les garçons sont élevés avec les même règles.
        -L´interdiction des punitions corporelles
        -Pas de guerre depuis longtemps
        sont des choses, par ex, qui ont contribué à ce respect.

        La Suède n´est pas parfaite, mais croyez-moi, en tant que femme, on y est certainement plus libre, en sécurité qu´au Congo !

      • trex58 Says:

        http://www.planetoscope.com/Criminalite/1202-nombre-de-viols-commis-dans-le-monde.html :

        la Suède serait le 2ème pays au monde où il y a le plus de viols, après le Congo !

        Le Conseil Suédois pour la Prévention du Crime (Brottsförebyggande rådet, ou BRÅ) a déterminé que seulement 5 à 10% des viols étaient reportés à la police, par peur de représailles. La Suède enregistre 60 000 viols par an, soit environ 5000 viols par mois, soit 164 viols par jour. C’est 20 fois plus que dans les autres pays européens. Le nombre de viols a augmenté de 12% entre 2009 et 2010. Le Human Right Service révèle que les viols en réunion ont augmenté de 377% entre 1995 et 2006. Les viols commis en extérieur ont augmenté de 300% entre 1975 et 2007.

        Selon un sondage du quotidien Aftonbladet, 82% des femmes ont peur de sortir le soir. La situation est telle qu’un groupe d’adolescentes suédoises a créé une sorte de ceinture de chasteté, que seul le porteur a le moyen d’enlever, et à l’aide de ses deux mains. (source : //irreductiblegauloise.wordpress.com)

  9. Jane Says:

    Très amusant ce film ! Ce matin j’ai entendu le témoignage d’une prostituée sans mac. Elle dit avoir un rôle social comme dans le film, elle permet aux hommes de se décharger de leur violence. J’espère qu’il ne lui font pas trop mal ! Elle travaille dans un monospace, a de moins en moins de clients avec la crise depuis quelques années et ces tarifs ne sont vraiment pas élevés. Elle cotise à la sécurité sociale et pour la retraite qu’elle prendra dans trois ans (je ne savais pas que cela était possible).
    Elle a choisi son « activité » et dit d’avoir échapper à la clochardisation. Pourquoi empêcher ces femmes de travailler ? Tant qu’elles sont respectées. Mais je ne les comprends pas pour autant. Je préfèrerais être psy !!! Elle dit que ses clients sont de tous les milieux, journalistes, avocats, maçons… Ne me dîtes pas que ces messieurs ne peuvent pas rencontrer sans payer une femme, en plus près de l’âge de la retraite. Combien de femmes de plus de cinquante ans seules cherchent un homme pour les combler de temps en temps !
    Et puis je me dis que lorsqu’elle rentre chez elle, elle ne doit plus avoir envie de relations sexuelles avec son bien aimé !

    En revanche il faut protéger les filles immigrées et prostituées malgré elles en traquant les proxénètes.

  10. Jane Says:

    Je me dis que je n’aimerais pas que mon mari aille voir une prostituée, je préférerais qu’il ait une maîtresse. C’est moins sordide.

    • trex58 Says:

      Pour cela, il faut plus de liberté pour les femmes… Qu’elles aussi, lorsqu’elles ne sont pas satisfaites de leur mari, elles arrivent à prendre un amant, avant de divorcer (si elles sont autonomes financièrement…).

      Plus de « souplesse » permet à chacun de « trouver chaussure à son pied ». Mais, bon, encore faut-il accepter l’idée que son conjoint aille voir ailleurs de temps en temps… Pas évident. La morale judéo-chrétienne est pesante. Et les MST sont prégnantes…

  11. Jane Says:

    Oui c’est vrai il y a les MST. J’ai dû faire l’amour une seule fois avec un préservatif et j’avoue que je n’aime pas cela. Et plus jeune j’ai été imprudente !

    • trex58 Says:

      Les préservatifs… Jamais utilisé je crois avant de me marier… C’est pour ça que j’ai vérifié que je n’avais pas eu d’autres enfants ! 😉

      Oui, le préservatif, c’est pas agréable, pour l’homme et pour la femme. C’est une raison de plus pour ne pas avoir d’aventure ou ne pas voir de prostituée. Il faut des relations stables, permettant à la confiance de s’installer (après tests VIH…) et de ne plus mettre de chaussette. Mais, bon, après, les femmes (non-ménopausées) se plaignent de la pilule…

      Les MST, c’est pour les deux sexes.
      Les enfants, c’est surtout pour la femme… Jamais hommes et femmes seront égaux.

  12. trex58 Says:

    Nous ne parlons pas de la même chose.
    Vous parlez de ceux qui ont déjà du sexe, et qui en veulent plus. Alors que je parle de ceux qui n’en ont pas.
    Il faut faire comprendre aux premiers qu’ils ont suffisamment, et il faut aider les seconds à en avoir un peu, dans la mesure d’un équilibre des souffrances, dans une vision « utilitaire », comme la philosophie du même nom. Sauf que, bien sûr, il n’existe pas d’échelle universelle de la souffrance… et que celle-ci est souvent cachée et invisible.

    Bref, c’est un casse-tête indémerdable. Et, la prochaine fois que je publie un billet sur un sujet aussi difficile et polémique, et sensible par la division des sexes, je l’efface aussitôt ! 😉

  13. Une femme libre Says:

    Aller voir une personne qui ne nous aime pas, qui nous demande de l’argent et qui a hâte qu’on en ait fini au plus vite, éjaculer et repartir, est-ce bien là la fin de la souffrance? Cette souffrance extrême que semble constituer pour vous l’absence de relations sexuelles avec une autre personne. Car la sexualité est tout aussi présente et réelle dans la fantasmagorie et la masturbation.

    L’absence de relations authentiques avec d’autres êtres humains peut en être une souffrance, car l’être humain est un individu social en général, mais là encore, certains supportent bien la solitude. Peut-on qualifier une relation sexuelle payante de contact humain authentique? Peut-être bien, peut-être pas. En fait, plusieurs hommes en sortent déprimés et plus déprimés qu’avant la relation en question, et si pas déprimés. certainement plus pauvres monétairement. Et c’est à recommencer en plus.

    Votre jeune autiste aura-t-il des relations sexuelles épanouissantes sans payer? Peut-être que oui, peut-être que non. Vous irez voir le film « Gabrielle », qui traite en partie de ce sujet mais chez des personnes ayant une déficience intellectuelle.

    Les relations sexuelles sont-elles un droit pour tous?

    Qui vous dit que les femmes qui n’ont pas de relations sexuelles ne « souffrent » pas autant que les hommes? Parce qu’elles ne vont pas voir de prostitués? Ça ne veut rien dire.

    Comment quantifier la souffrance et surtout celle des autres?

    Je le trouve super intéressant votre sujet et J’espère bien que vous n’effacerez pas votre prochain billet polémique, eheh!

    • trex58 Says:

      Dans l’acte sexuel, il y a aussi le fait de toucher/caresser et d’être touché/caressé. Réduire l’acte à l’éjaculation est une simplification extrême, voire extrémiste. Mais, bien sûr, il y a une majorité d’hommes qui se foutent du contact humain lorsqu’ils payent une prostituée.

      Quant à la masturbation, je ne la connais que trop bien, et c’est une grande tristesse, juste un soulagement. Vous ignorez la compassion qu’une femme peut avoir pour un homme qui n’a plus de vie sexuelle. Une femme a eu cette compassion pour moi. Et je l’ai aimée. Elle m’avait aidé à retrouver un équilibre, à pouvoir recommencer à aborder d’autres femmes.

      « certains supportent bien la solitude » : qu’en savez-vous ? Ceux qui vivent seuls l’ont-ils vraiment choisi ? Ne font-ils pas croire qu’ils sont très bien ainsi ? aux autres et à eux-mêmes ?

      Il y a un débat sans fin entre hommes et femmes sur la différence possible du manque sexuelle pour l’un ou l’autre sexe. Ce débat est loin d’être terminé… et il faudra sans doute des études solides pour y voir clair. Mais, de mon point-de-vue, vous vous trompez. De la même façon qu’il y a un déséquilibre dans le plaisir entre hommes et femmes (un rapport de 1 à 10…), il y a une différence fondamentale dans le manque sexuel chez un homme par rapport à une femme: c’est physiologique, c’est un mécanisme général chez les mâles mammifères. Bien sûr, chez de nombreuses espèces (comme les loups), seul le mâle dominant a le droit de se reproduire, et la sexualité des dominés est inhibée par des hormones. Mais nous ne sommes pas des loups… Nous sommes quelque part entre les chimpanzés et les bonobos…
      Bien sûr, aux XIXème et XXème siècles, les hommes avaient inventé l’hystérie pour nommer le manque de sexe vécu par certaines femmes… et ils les soignaient en les masturbant… mais c’était à une époque où les femmes étaient considérées comme des sous-hommes, totalement tenues comme inférieures à l’homme, au mâle. Et, parfois, leur souffrance générale, et sexuelle, s’exprimait dans ce qui a été appelé « hystérie », juste le mal-être de l’esclave…

      Pour le manque de contact, le manque de douceur, le manque d’être touché/caressé avec tendresse, etc, nous sommes, hommes et femmes, égaux.
      Mais, pour le besoin de l’acte sexuel, nous sommes différents. Et, pour un homme, se masturber et copuler sont deux choses bien différentes, ne serait-ce qu’au niveau des sensations. Mais, bon, il faudrait une vraie étude scientifique pour tirer cela au clair… Car jamais un homme ne comprendra comment jouit une femme, et réciproquement… 😉

      « Comment quantifier la souffrance » ? Grâce à l’empathie. Hélas, pour ressentir ce que vit l’autre, il faut lui être semblable… et un homme est différent d’une femme pour certaines choses… (et réciproquement). Jamais un homme (même obèse) ne saura ce que c’est que d’avoir des seins… Jamais une femme ne saura ce que c’est que d’avoir une paire de testicules et une verge, même au repos ! Mais, bon, on peut essayer d’en parler… sauf que c’est tabou, intime, gênant, etc.

      • allosophia Says:

        A mon avis la question n’est pas celle des envies ou besoins sexuels d’un sexe ou de l’autre. La question est la marchandisation d’un corps. Dès lors qu’une personne paye pour utiliser le corps de quelqu’un d’autre, il y a, selon moi, un gros soucis!!
        Un corps n’est pas un objet, c’est ce que nous avons de plus personnel, il fait partie intégrante de nous. Et par cet échange d’argent, la personne prostituée (homme ou femme) est dépossédée de son corps. Quelqu’en soient les raisons.
        Que des femmes aient envie de satisfaire les besoins des personnes en misère sexuelle, ou aiment le sexe avec des inconnus, pas de problème!! Mais dès que l’argent entre en jeu, il y a une relation client/prestataire qui fausse tout, et fait de la « prestataire » un jouet dans les mains du client. Et des brûlures de cigarettes, des coups sur le corps, ou un vagin déchiré se remplacent et se réparent beaucoup moins bien qu’un four à micro-onde. Sans parler de la douleur psychologique.
        Je pense qu’il faut aller lire et écouter les témoignages des personnes prostituées et des clients pour comprendre que c’est plus un « jeu » de domination/soumission que la vision romantique du malheureux allant se faire consoler par un gros calin chez la gentille dame contre quelques sous.
        Et concernant les personnes en misère sexuelle, le mieux est d’essayer de résoudre leur problème pour qu’ils puissent avoir une vie sexuelle épanouissante plutôt qu’avoir à payer pour une simulation de rapport humain, non?

      • trex58 Says:

        Les Bonobos sont nos cousins. Pour une femelle Bonobos, échanger son corps contre une banane ne lui fait aucun souci psychologique. Pour le maintien d’un bon équilibre dans sa tribu, et pour son propre bénéfice, elle vend volontiers son corps. Bien sûr, chez eux, le sexe, c’est facile, c’est simple, c’est pas la prise de tête. Quant à savoir si elle le fait seulement pour la nourriture, pour y prendre du plaisir, pour s’amuser de contrôler les mâles et avoir la faveur des plus dominants, ou pour contribuer au bien-être social du groupe, il faudra le lui demander ! ou demander leur avis aux spécialistes.

        Quant à nous, homo sapiens sapiens, nous sommes presque comme eux… 😉

        Alors, si je vends mon corps, en suis-je dépossédé ? Je n’ai jamais vendu mon corps… mais je l’ai donné ! Je l’ai volontiers donné à Ariane, amoureuse de moi, il y a quelques années. Je lui donnais caresses, jouissances, plaisir, discussions. Pour rien. Je ne l’aimais pas comme elle m’aimait, mais nous échangions ces moments. Mais le vendre contre de l’argent, est-ce « mal » ? J’achète pourtant le corps de femmes, qui posent nues pour moi, photographe. Je le paye parfois assez cher, sans jamais le toucher. Sont-elles dépossédées ? Non, il ne me semble pas, elles repartent contentes, heureuses de gagner un peu d’argent et heureuses que je fasse de belles photos.

        Ce que tu décris comme extrêmes, comme clients abusant du contrat conclus, ce n’est pas le plus courant, c’est probablement rare. Mais les chiffres me manquent, et cela ne devrait pas arriver, bien sûr.

        Alors ? « jeu de domination/soumission » ou « vision romantique du gros câlin » ? Les deux sans doute. Reste à rendre le premier impossible si les deux parties ne sont pas d’accord. Reste à fournir la protection aux prostituées et de punir les actes répréhensibles et les coups et autres souffrances incacceptables. Et, tant que cela se fera dans des coins perdus, loin de la société, ce ne sera guère possible de les protéger par la certitude d’une punition par la société.

        En ce qui concerne les personnes ayant un fonctionnement psychique limité ou incomplet, il est illusoire d’espérer les voir résoudre leur « problème », rapidement ou jamais. J’ai écouté le témoignage d’autistes Asperger de 50 et 55 ans qui disent le temps qu’il leur a fallu pour acquérir certaines choses évidentes pour nous autres : 30 ans. Pourtant, ces hommes ou femmes sont BAC+5… La subtilité des échanges lors de tentatives de séduction est trop grande pour eux : ils sont incapables de comprendre pourquoi des gens disent quelque chose et font l’inverse, alors que ce n’est que de l’humour souvent. Quant on prend les mots et les phrases à la lettre, quand on a une « théorie de l’esprit » balbutiante, incomplète, on est incapable de draguer, d’essayer de séduire, de passer les petites étapes indispensables pour créer de la confiance et un sentiment chez l’autre, ou bien c’est extrêmement difficile, ou bien on n’y arrive qu’avec d’autres personnes ayant les mêmes problèmes. Une femme Asperger a ainsi dit qu’elle s’était mariée, qu’elle avait eu un enfant, etc, parce que c’est que fait tout le monde… Elle l’avait fait sans percevoir tout ce que cela implique. Ne comprenant pas le monde dans lequel elle vit, elle a vécu en imitant les autres, sans comprendre ni ressentir les raisons de ses actes, copiés-collés. Nous autres, homo sapiens sapiens neurotypiques ou simplement en pleine possession des capacités intellectuelles standards d’un être humain, nous avons bien des difficultés à comprendre pourquoi d’autres n’arrivent pas à faire/comprendre ce qui nous est évident depuis… l’enfance.

      • Jane Says:

        Tu sembles l’aimer encore cette femme. C’est touchant !

      • allosophia Says:

        Concernant l’acte sexuel, j’ai sans doute une vision un peu plus « métaphysique » des choses 😉
        Et oui, nous sommes « presque » comme les Bonobos… Donc il y a des différences et c’en est peut-être une? héhé!

        Lorsque tu parles de « donner » ton corps, oui!! Ce n’est pas être dépossédé, car c’est un don libre, sans attentes, à une personne que l’on respecte et qui nous respecte (ou du moins on le suppose ou l’espère). Mais le vendre à longueur de journée à des hommes qui ne te plaisent pas, qui ne t’excitent pas, qui ne te respectent pas obligatoirement… c’est autre chose.

        Et pour ce qui est de la photo… et bien cela dépend! Dans certaines cultures, prendre une photo de quelqu’un est voler son âme (je me souviens d’un « Voyage en Terre Inconnue » où c’était le cas)! ;)) Blague à part (même si en plus c’est vrai), cela dépend encore une fois du respect avec lequel tu photographies ces femmes, mais je ne doute pas qu’il soit présent.

        Donc sans tomber dans les cas extrêmes, je pense que le maître mot dans les rapports humains, quels qu’ils soient, doit être le respect de l’autre, et l’échange d’argent dans le cadre d’une relation sexuelle me paraît le compromettre. J’ai beaucoup de tendresse pour la nature humaine et je crois que l’homme, au fond (parfois en fouillant très très profondément ;p) est bon, mais pour moi il est naïf de croire qu’on peut vendre son corps (intimité, pénétration…) tout en étant respectée, surtout dans une société comme la nôtre. Je t’invite vraiment à aller consulter les liens que j’ai donné dans mon précédent commentaire, c’est édifiant… Comme ce tumblr de commentaires de clients récoltés sur les sites « spécialisés » (âmes sensibles s’abstenir) : http://prostitueurs.tumblr.com/
        Concernant également le choix et le sourire de certaines, celles qui ont témoignées par des livres après être sorties de la prostitution expliquent bien que c’est bien souvent le fait d’un jeu d’actrice, d’une façade, d’un masque, ou d’une bonne dose de drogue…

        Sans compter qu’en tant que femme, j’ai l’impression que tant que la prostitution sera vue comme étant « normale » ou « un mal nécessaire », certains hommes penseront que toutes les femmes sont vénales et qu’elles ont toutes un prix, qu’ils n’ont pas besoin de faire le moindre effort et n’ont qu’à sortir le porte-monnaie pour les avoir.

        Et je (re)plussoie « une femme libre » : c’est bien les posts polémiques comme ça, où chacun peut exposer ses points de vue en étant respecté par les autres, c’est tellement rare qu’il ne faut surtout pas les supprimer! 😉

      • trex58 Says:

        Ce n’est que très récemment que des chercheurs ont pu mettre en évidence ce que l’Homme refusait d’admettre : les grands primates nous sont quasiment semblables : empathie, théorie de l’esprit, rire, pleur, conscience de la mort, etc. Bien sûr, nous sommes différents ; mais pas tant que ça…

        « vendre son corps à longueur de journée » : le problème est aussi dans la « quantité ». Si on a un proxénète qui prend une part, voire la plus grande part, de ce qu’on « gagne », le nombre de « passes » devient infernal. Foutre les macs en prison est une absolue priorité.

        Le « respect » de l’autre… C’est une question d’éducation. Je suis allé sur le site que tu indiques (prosti tueurs). C’est ignoble effectivement. Et ça me rappelle aussi des statistiques sur les hommes qui font de la prison : leur niveau intellectuel et sensible est au plus bas… Pour eux, une femme, c’est juste un trou où fourrer leur queue. Ils sont une preuve de l’incapacité de notre société d’éduquer correctement tous les enfants… malgré leurs parents.

        Un jour, peut-être, je serai seul et incapable de séduire une femme qui m’attire suffisamment. Alors, sans doute que je serai obligé de payer les services d’une prostitué. Mais, là, je m’en sentirais incapable. D’ailleurs, ces hommes qui brutalisent des prostitués, ils se vengent peut-être sur elles de leur honte et frustration de ne pas pouvoir conquérir des femmes « normales », de ne pas avoir de vie « normale ».

        Il y a un autre domaine où des femmes vendent leur corps pour être pénétrées : dans les films pornos. Pas de doute pour moi que, pour la très grande majorité d’entre elle, c’est une grossière erreur qui les a menées là. Mais il y en a aussi qui savent prendre le dessus et en faire un « métier », temporairement…

        Pour les commentaires postés sur ce site, il faut aussi se rappeler que ces hommes aiment à se vanter d’exploits… Ca fait partie de leur « plaisir »… Mais, bon, ces hommes sont déjà des personnes très abîmées, qui n’ont plus guère de respect pour grand chose.

        Bon… ce sujet de la prostitution commence à me donner la nausée. Car, dans le petit monde bien tranquille où je vis, on ne fait pas de mal à une femme, une femme n’est pas un objet. BAC+5, j’ignore beaucoup de la noirceur humaine, c’est certain. Et je ne parlais que d’hommes « normaux ».

        Aussi, notre société est polluée par notre culture judéo-chrétienne, qui rabaisse les femmes, et qui fait souffrir femmes et hommes. Ces hommes qui font des actes barbares sur des femmes se vengent de ce qu’ils sont devenus, ils écrasent plus faible qu’eux. Ils sont perdus pour notre société.

        Tiens, ça me rappelle le livre de Henri Miller que j’avais lu, où il parlais de prostitués, me semble-t-il. Mais c’est loin et vague… Il nous faudrait l’aide d’un historien pour éclairer notre lanterne sur l’évolution de la prostitution dans le monde : est-ce pire qu’avant ? Je le crains…

        Oui. Si on peut payer des femmes pour « la bagatelle », alors toutes les femmes sont suspectes d’être achetables…
        D’ailleurs, ça me rappelle un sketch. Un homme demande à une amie : L: « Dis, tu ferais l’amour avec moi pour 1 million de dollars ? ». Réponse : E: « Oui ! Bien sûr ! ». Réponse : L: « Bon, et pour 100 dollars ? ». E: « Mais, tu prends pour une prostituée ?!!! » L: « Sur ce point, c’est clair. Reste maintenant à trouver le prix… ». C’est méchant, c’est nul. Mais il y a bien des femmes qui se donnent pour être épousées par un homme riche, non ?

        Mais, bon, le problème, c’est que je suis incapable de me mettre à la place d’un homme qui frapperait une femme, la violerait, et lui ferait du mal… Pour moi, il doit y avoir du respect, de la douceur, de la réciprocité, etc. Sinon… sinon autant se branler devant un porno. D’ailleurs, ça me rappelle que j’ai appris longtemps après que mon prof de TaeKwonDo frappait son épouse Thaïlandaise… Et je me rappelle aussi que la femme laotienne de mon ami B. a vendu leur maison pour jouer à des jeux d’argent. Et qu’une Thaïlandaise a foutu à la rue son mari américain pour lui piquer sa baraque. Les femmes, ce ne sont pas toutes des saintes ! Et elles profitent parfois de leurs appâts pour rouler de pauvres hommes… 😉

        Bon, pour le prochain billet polémique, je vais attendre de me remettre totalement de mon AVC ! 😉

  14. Jane Says:

    Tous les mêmes ?

  15. Jane Says:

    Et que dire de la misère sexuelle de nombreux couples !

  16. trex58 Says:

    Oui. Mais là, il s’agit plus d’un blocage de deux personnes qui pourraient se séparer et trouver quelqu’un d’autre, mais qui sont coincés par : des enfants, la peur de l’inconnu, le manque de moyens financiers, etc. Pour eux, la solution, c’est l’amant, la maîtresse. Et on peut aussi continuer à vivre ensemble tout en ayant sa vie sexuelle à l’extérieur… Il suffit que cela soit clair, qu’il y ait eu discussion et acceptation (bref, c’est pas facile !!!).

  17. Jane Says:

    J’ai lu les commentaires des « prostitueurs ». Pauvres types ! Ils baisent des filles qui les dégoûtent mais c’est leur propre personne qui les dégoûte. Je ne comprends pas leur violence à l’égard de ces femmes.

    Autre chose. Combien de fois ai-je entendu au travail qu’une femme, sans être prostituée, qui se laisse enculer est une salope. En réalité, c’est leur fantasme, ils sont frustrés. Pourquoi n’enculent-ils pas leur femme ? Je ne les supporte plus tous ces types coincés à l’esprit étriqué !

  18. trex58 Says:

    Oui, on peut dire que ces hommes sont des êtres ignobles. Bien sûr, la plupart ont exagéré dans le sordide et dans le vocabulaire ignoble ; mais le fond de leurs pensées est sale, répugnant. Et tu as raison : ils aimeraient bien, au fond d’eux, pouvoir aimer « normalement », mais ils en sont bien incapables. Aussi, on peut se demander si l’influence de toutes les vidéos pornos sur le Web ne les pousse pas à vouloir faire toujours plus dans l’abject. Mais, sûrement, ils ont un terreau pourri pour dire (et faire) les horreurs qu’ils décrivent. Plus que le manque de sexe, c’est bien un besoin de faire du mal aux autres pour se venger d’un mal-être qu’ils ne comprennent même pas. J’ai, bien sûr, téléchargé un certain nombre de vidéos pornos ; mais mes choix vont vers la simulation ou vers quelque chose qui semble « naturel » : dans les pays de l’Est, nombre de jeunes couples semblent avoir essayé de gagner de l’argent en filmant leur propre sexualité, « normale » et respectueuse de l’autre. Pour être attiré par les brutalités, il faut avoir été déjà bien abîmé, et ces prostitueurs sont déjà des êtres immondes et dangereux, entretenant leur brutalité.

    La sodomie… Difficile sujet à propos duquel je me sens bien désarmé, ne l’ayant jamais pratiqué, ni dans un sens ni dans l’autre. Je n’en ressens pas le désir. Je n’en vois pas l’intérêt. Enfin, si, un peu : des sensations plus fortes pour l’homme, plus proches de la masturbation que d’un rapport sexuel « normal » avec une femme. Il y a aussi probablement des vagins qui se sont distendus à cause des grossesses… Mais, bon, les risques de transmission de maladies sont plus grands, on risque d’être « chocolat », cet « organe » n’est pas conçu pour être pénétré et s’abîme à force d’être sollicité, il faut un lubrifiant et se protéger, la pénétration est délicate, voire douloureuse… Bref, rien de naturel, rien de comparable avec un vagin accueillant dans lequel on se glisse avec délices et sans artifices… 😉 On lit, de ci, de là, que, pour la femme aussi, il y aurait des sensations agréables, voire jouissive… Par contrecoup peut-être. Peut-être. Mais, bon, sans être culculcatho, l’idée ne plaît pas, ni dans un sens ni dans l’autre…

    Comme tu le dis, il y a probablement aussi, chez ces hommes, un désir de salir et avilir la femme, de l’abaisser encore, en plus de vouloir pratiquer un acte qu’ils jugent pourtant sale et dégradant, puisque souvent ce sont les mêmes qui disent des horreurs sur les homosexuels hommes… Dans la Nature, l’homosexualité animale existe, sous de nombreuses formes, ainsi que la sodomie, mais essentiellement entre mâles me semble-t-il avoir lu. Alors, on ne peut même pas qualifier cet acte, réalisé par un homme sur une femme, de bestialité… Non, cela me semble propre à l’Homme. Mais, bon, les chercheurs n’ont pas encore fini d’observer et la Nature est pleine de curiosités, comme une espèce de chauve-souris qui allaite et nombre de chauve-souris qui pratiquent également… la fellation.

    Sinon, la lecture de Wikipedia montre des statistiques intéressantes sur la pratique… qui n’est pas si rare que cela, même si les hommes disent plus la pratiquer que les femmes.

    Et, pour finir, j’imagine que la plupart des femmes qui acceptent d’être sodomisées par leur amant le font essentiellement pour lui « faire plaisir », alors que, pour lui, réaliser ce fantasme risque donc bien de rabaisser sa maîtresse dans son estime…

  19. Jane Says:

    Je suis surprise par la fin de ton commentaire. Tu imagines mal, d’ailleurs on imagine mal ce que l’on n’a jamais vécu.
    Alors je me lâche. J’ai déjà offert mon petit cul à un homme. Je l’ai fait parce que j’en avais envie et lui aussi. Est-ce que cela a rabaissé l’estime qu’il a de moi. Non. Nous le désirions tous les deux. « Un lubrifiant » ! Et si l’homme sait exciter la femme, elle n’a pas besoin de lubrifiant. Et certains hommes sont très doués pour cela. « S’abîme » pourquoi, tant que l’on ne dépasse pas les limites physiologiques ! « Jouissif » une pénétration anale peut même être très jouissive.
    On peut tout découvrir et tout faire si les personnes sont consentantes, à condition de respecter l’intégrité physique.
    Tu sais comment les amis surréalistes de Cocteau le surnommaient ?
    Le bâton à caca. Très poétique !

    • trex58 Says:

      Oui, entre adultes consentants, et en respectant l’intégrité physique, on peut tout faire. Aucune morale publique ne s’applique dans l’intimité de deux personnes. Aucun jugement de la société ne doit intervenir.

      Quant à ton expérience, cela prouve certainement que la sodomie peut être un acte extrêmement exquis et agréable. Mais je ne m’en sens guère capable… et je n’ai pas envie de le demander. Les « voies naturelles » me sont déjà suffisamment agréables ! et suffisent à mon plaisir et à mon bonheur.

  20. Jane Says:

    Un homme qui n’estime plus la femme qu’il a sodomisée ne vaut guère mieux qu’un prostitueur !

    • trex58 Says:

      Oui. C’est pour cela qu’il faut beaucoup en parler avant, pour être sûr que c’est désiré par les deux et pas subi par l’une pour faire plaisir à l’autre.

      Mais, dans les jeux sexuels entre homme et femme, il peut y avoir des jeux inversés…

      • Jane Says:

        « Jeux inversés », oui j’ai déjà vu !

      • trex58 Says:

        Inversons les « rôles », pour qu’il n’y ait plus de « rôle », mais que deux êtres qui font la nique à la mort en faisant l’amour, réciproque.

  21. trex58 Says:

    Sur un sujet proche… La drague des crocodiles : http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20131029.OBS3151/projet-crocodiles-avec-de-vrais-morceaux-de-harcelement-de-rue.html

    http://projetcrocodiles.tumblr.com/

  22. trex58 Says:

    Bon… le rééquilibrage homme-femme est en route, en France. Ca prendra encore du temps…

    Le poids du judéo-christianisme baisse. Mais quel est l’effet du poids de l’islam ? surtout l’islam extrémiste qu’exportent les pays du Golfe arabique.

    J’ai bien du mal à comprendre le machisme et les brutalités faites aux femmes. Pourtant, j’ai quand même un mauvais souvenir, un souvenir désagréable, à une époque où je n’étais pas très bien. Je ne suis pas 100% innocent. Mais, bon, elle et moi sommes devenus amis ensuite.

  23. Jane Says:

    Tu peux raconter ton souvenir Tony ?

    • trex58 Says:

      Non, je n’ai pas le temps. Ce serait trop long pour tout expliquer. Simplement, après, j’ai échangé des emails avec elle pendant 48h, écrivant au moins 24h de mails… En plus de nos coups de téléphone. Car 300km nous séparaient.

  24. Jane Says:

    Dommage, j’aime bien les histoires !

    • trex58 Says:

      Oui. Moi aussi. Mais j’essaye de vivre en-dehors de ce Blog ! qui me prend pas mal de temps…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :