Jeune & Jolie

« Jeune & Jolie » d’Ozon.

Malaise. On ne se sent pas très bien à la fin de ce film. Que penser du sourire final ? Guérison ? Et, quant au début du film, je l’ai trouvé trop rapide pour me faire une idée précise d’Isabelle : était-elle déjà « différente » avant le ratage de Félix ? Car, quand on a droit à la « première fois » d’une jeune fille, il faut savoir être tendre, patient, prendre son temps, lui donner plus qu’on ne lui prend. Et ce n’est pas sur une plage qu’on peut prendre son temps… Mauvais choix. L’été, c’est bien, mais dans une chambre, seuls, avec le temps devant soi. Bref, on devrait donner des cours de dépucelage à tous les jeunes hommes imbus de leur sex-appeal ! 🙂 Car rien n’est plus délicat que de faire de ce moment unique, si important pour une femme comme pour un homme, un « beau » souvenir. Quant à Isabelle, elle n’a fait ensuite que continuer à être l’objet sexuel que Félix avait fait d’elle : une poupée pour satisfaire son désir et son plaisr. 3mn : c’est un peu court, messieurs ! Et puis, un peu de tendresse, bordel !

Le film est bien. Il y a une atmosphère bizarre. Et Marine Vacth (23 ans) joue très bien et est très crédible. Et ce film m’en rappelle un autre, sur le même sujet. Isabelle a eu bien de la chance d’être tombée sur des hommes « bien », ne lui infligeant pas d’horreurs. Le scénario…

Un bon film. À voir. Mlle Marine est vraiment très belle, et c’est un régal de la voir… jouer si bien. 😉

P.S. Après réflexion, me reviennent des points importants du début du film. Si ce Félix a bâclé cette première fois, ce qui est indéniable, il y a aussi le désir qu’avait Isabelle de « le faire » : passer cette étape, sans aucun sentiment ni désir. Juste le faire : « Ca y est, c’est fait », a-t-elle dit je crois à son frère. Il paraît que c’est une attitude finalement assez courante chez les filles : le faire, pour en être débarrassé… Drôle d’idée… Pourquoi pas. Mais, au moins, il faut choisir un moment et un garçon tels qu’on puisse découvrir sa sexualité, au lieu de la vivre froidement, sans rien ressentir de vrai. D’ailleurs, plus tard, il lui faut voir des films pornos pour voir comment il faut qu’elle simule…

Publicités

Étiquettes : ,

17 Réponses to “Jeune & Jolie”

  1. Jane Says:

    Je l’ai vu.

    « Quand on a droit à la « première fois » d’une jeune fille ». Qu’est-ce que vous avez l’impression de nous prendre la première fois ? Isabelle n’accorde aucune importance à la perte de sa virginité.

    « Le faire pour en être débarrassée », je ne crois pas. C’est un besoin physique ! D’ailleurs, au bébut du film, on voit une scène où Isabelle se masturbe dans sa chambre, un coussin entre les cuisses.

    « Le ratage de Félix », je ne pense pas que pour elle se soit un ratage. Elle dit « c’est fait » quand elle en parle à son frère. Elle choisit le garçon et le moment, l’été. Pour moi aussi, la première fois c’était en vacances mais pas sur la plage et pourtant c’était rapidement. Le seul atout qu’il avait, c’est qu’il était vraiment beau. Et par la suite je n’ai rencontré que des garçons maladroits qui « tiraient » leur coup. Quand j’y pense c’était risible.

    « Un beau souvenir », des beaux souvenirs il peut y en avoir après non ? On peut découvrir la sexualité avec différents hommes à différentes étapes de sa vie.

    Isabelle n’est pas très bavarde, plutôt secrète, plutôt mauvais caractère d’après ses camarades.
    C’est une fille qui veut devenir femme, qui communique peu avec sa mère et qui cherche sa confiance. Ses parents sont séparés depuis qu’elle a 10 ans. Elle ne parle jamais de son père. Elle qui a tendance à dire les choses qui dérangent, des vérités que sa mère ne veut pas entendre. Elle « fait peur » à sa mère quand elle discute avec son beau-père.

    Isabelle aime être un objet sexuel et choisit de l’être. Pourquoi je ne sais pas.
    Il m’a semblé que le seul moment où elle jouit dans le film, c’est quand elle chevauche Georges, le seul tendre et attentif avec elle, et il meurt. C’est dangereux de faire l’amour avec un homme qui prend du viagra !

    Le sourire final « guérison » ? Guérir de quoi ? D’aimer être un objet sexuel ? Je pense qu’elle est libérée du poids de la mort de Georges.

    J’ai aimé ce film et j’ai dû réprimé mes larmes qui auraient suscitées l’incompréhension de mon compagnon. Oui Marine Vacth est très belle !

    • trex58 Says:

      « vous prendre la première fois » ? Ben rien. Vous donner. Vous donner mieux qu’un mec qui ne pense qu’à se vider les couilles : un mec qui qui fait attention à l’autre et essaye de donner autant qu’il reçoit, d’être dans l’échange.

      Oui, c’est un besoin physique. Mais entre se masturber, après s’être longtemps découverte et donc savoir se donner du plaisir, et subir une pénétration sans préliminaires, il y a un gouffre.

      Oui, bien sûr, de son point de vue : « c’est fait ! ». Mais que sait-elle encore de ce que peut VRAIMENT être un coït « réussi » ? Il faut beaucoup de temps et de patience, et donc essayer plusieurs amants, avant de trouver celui qui prend son temps et sait aider l’autre à se découvrir. Donc, Félix s’est raté parce que, pour lui, vierge ou pas, c’est juste un moyen pour assouvir son besoin.

      Un « beau souvenir » : OK, disons plutôt que, si on découvre le poisson en mangeant un poisson pourri plein d’arêtes, ça ne donne pas envie de recommencer et on a toujours un arrière goût de pourri et des craintes. Un bon premier début encourage.

      Oui, nous ne savons pas pourquoi elle aime ainsi être juste un objet sexuel. Est-ce une conséquence de sa « première fois » ? Il faut du temps, pour une femme, d’après ce que j’ai lu (enquêtes auprès de femmes), pour découvrir sa sexualité et ressentir du plaisir dans un coït.

      Quand elle chevauche George, il me semble qu’elle est toujours dans la simulation. D’ailleurs, elle avait regardé des films pornos pour voir comment font les actrices porno.

      Libérée du poids de la mort de George ? Hummm Elle ne me semblait pas tellement affectée avant. Ce fut un choc, certes, mais ça ne l’a pas assommée. Peut-être est-elle heureuse d’avoir grandi par ce qui lui est arrivé, d’avoir pris son indépendance psychologique d’avec les adultes dont elle dépend ?

      Alors, ces larmes : pourquoi ? Souvenirs, oui. Mais lesquels ?

      • Jane Says:

        Tu as raison pour « la première fois ». Mais souvent à cet âge-là, les filles rencontrent des garçons qui ont aussi peu d’expériences qu’elles.
        Et puis oui, il nous faut du temps pour découvrir notre sexualité. Mais je pense que c’est la rencontre d’hommes attentifs qui permet de révéler notre sexualité.

      • Jane Says:

        Tu parles de quelles larmes ?

      • trex58 Says:

        Tu as dit : « J’ai aimé ce film et j’ai dû réprimé mes larmes » .

        Larmes = émotion ==> rappel d’un souvenir douloureux parfois.

      • trex58 Says:

        Oui. Grande différence entre hommes et femmes : la sexualité des hommes (hors homosexualité) est simple et évidente. Pour les femmes, c’est une construction, une éducation, une découverte, à deux. Il faut donc des hommes qui ne pensent pas qu’à eux, qui, même s’ils ne sont pas amoureux, sont tendres et considèrent la femme comme une personne qu’il faut aider, lorsqu’elle « débute », à découvrir sa sexualité, avec patience et tendresse. Il y a alors, en plus du plaisir reçu et donné, le plaisir d’aider quelqu’un à grandir, à mieux se connaître.

      • Jane Says:

        Des larmes, un chagrin, de la nostalgie mais ce souvenir n’est pas douloureux.
        J’ai regardé récemment le film « Sous le sable » de Ozon, avec Charlotte Rampling et Bruno Crémer (dont j’étais amoureuse quand j’étais ado) et qui est passé sur Arte. C’est l’histoire d’une femme qui fait la sieste sur la plage et dont le mari disparaît en mer au cours d’une baignade. Elle ne peut pas faire le deuil de la séparation. Elle n’y arrive pas ou ne veut pas.
        Je suis comme elle, je n’ai pas fait le deuil d’une séparation plutôt récente, je n’y arrive pas.

      • Jane Says:

        « Même s’ils ne sont pas amoureux » comment peut-on être tendre sans être amoureux ou sans sentiment ? Pour moi c’est incompatible. Je ne comprends pas. Tu peux toi ?

      • trex58 Says:

        On peut être tendre avec quelqu’un, même en lui faisant l’amour, alors qu’on n’en est pas amoureux. Faire l’amour, c’est … magique. C’est un moment de partage, un moment où l’on fait la « nique à la mort », un moment où, entre deux êtres voués à la mort, on essaie de créer du plaisir, un moment de confiance, de douceur, de bonheur. Il faut quand même un minimum de sentiments. Je l’ai fait… Mais sans doute que les hommes en sont plus capables que les femmes. Enfin, j’ai une amie qui sait viser deux buts, en parallèle : trouver des hommes pour le plaisir qu’ils lui donne, et chercher l’amour (avec un autre type d’homme que les premiers, bien sûr).

        La tendresse, c’est celle qu’on donne à un compagnon d’infortune, condamné comme nous tous, à naître, vivre, puis mourir. De l’amour entre condamnés.

      • Jane Says:

        « Un moment magique », oui comme tu dis s’il y a un minimum de sentiments. Et puis au départ il faut une attirance mais pas forcément physique. Sinon cela ressemble à de la prostitution ou alors un besoin irrépressible de soulager un désir physique.

        Moi aussi je suis attirée par des hommes différents de mon compagnon et avec qui je pourrais avoir une relation amant/maîtresse. Mais avec qui je ne pourrais pas vivre au quotidien. Peut-être une sorte de complémentarité. Et puis cela permet de sortir de la routine, de mettre un peu de piment dans sa vie.

  2. Jane Says:

    Il te rappelle quel autre film ?

    • trex58 Says:

      Ben, j’ai pas retrouvé le titre. Ca parlait aussi d’étudiantes se prostituant, mais pour le plaisir de ce que l’argent leur donnait, et parce que, au départ, elles en manquaient. Mais, évidemment, tout n’était pas rose…

  3. Jane Says:

    Je ne sais pas pourquoi l’écriture de ce commentaire m’a perturbée. Je suis en colère !

  4. Jane Says:

    Je ne sais plus vraiment. Je pense qu’elle était tournée vers mes parents.
    Je n’ai pas aimé la réaction de la mère qui gifle sa fille lorsqu’elle apprend qu’elle s’est prostituée et qui lui dit « mais que vont penser les gens ».

    • trex58 Says:

      Et oui… Nous, surtout adultes, sommes pris dans un réseau de connaissances, d’amis, de parents. Et, si jamais ces gens-là apprenaient la déchéance d’Isabelle, quelle honte, et quelle incompréhension. Il y a le risque de perdre des « amis ». S’ils partent, c’est bien qu’ils ne sont pas vraiment des « amis »… Mais on s’y habitue, à avoir des « amis », on se retrouve moins invité, plus seul. Il y a une cassure. La mère a peur de ça, en plus des autres peurs (Sida, grossesse, coups, actes sexuels forcés ou dégradants).
      Quel choc d’apprendre que sa fille, qui il y a 5 ans commençait tout juste à passer de l’enfance à l’adolescence, est passée à adulte « déclassé ». Quel horreur d’imaginer sa fille entre les mains de tous ces hommes, « salie », d’imaginer son corps touché par tant d’hommes. Car, en bonne bourgeoise, ce n’est pas bien.
      C’est vrai que vendre son corps, ce n’est pas bien… On espère mieux pour sa fille.

      Les parents, souvent, sur-protègent leur fille. Leur fille qui n’a pas connu le temps où une femme qui était « libre » était considérée comme une fille de rien. Comme ma mère, ayant dû aller accoucher à Paris plutôt qu’à Clermont.

  5. Jane Says:

    Dans le film, je n’ai pas ressenti la prostitution d’Isabelle comme un acte dégradant, est-ce normal ? Est-ce vraiment comme cela dans la réalité, je ne sais pas.
    C’est étrange parce que j’ai une fille adolescente et je ne sais pas comment je réagirais.
    Elle fait ce qu’elle veut de son corps et j’espère qu’elle aura de belles expériences. J’aimerais qu’elle soit épanouie dans sa sexualité et sans tabou. Je voudrais qu’elle soit libre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :