Vichy

Vichy, le 6 décembre 1944.
Sur papier à en-tête « Service des intérêts Belges », à Vichy, Service des Finances.

Petit frère,

Monsieur ! Vous ai-je écrit une si vilaine lettre, pleine de reproches, comme vous semblez le dire ? Il ne faut surtout pas vous en affliger, et prendre à la lettre ce que je dis. C’est si agréable de fâcher quelqu’un. D’ailleurs, il vaut mieux, comme vous le proposez, abandonner le sujet. En effet, nous n’en sortirions pas.
Il me faut pourtant reprendre mes explications : nous sommes toujours à VICHY et habitons la même maison que nos bureaux, c’est à dire : 17 bis, avenue W. Stucky. et je ne reçois pas, ainsi que vous semblez le croire, mon courrier à Beaumont.

Si au moins un seul de nos projets pouvait se réaliser, ce serait déjà beaucoup. J’aimerais même assez commencer par celui qui nous emmène à NICE. Il y a en outre ceux de Paris, de Bruxelles, et la réalité qui nous retient à VICHY ! C’est déprimant d’avoir l’impression de vivre dans du provisoire et d’attendre; de vivre en attendant et d’attendre de vivre, de faire des projets en attendant du nouveau, et d’appréhender le nouveau tout en le souhaitant et l’attendant. Avez-vous, vous, l’impression de vivre ? Êtes-vous heureux ? Croyez-vous que tout ce que vous pouviez souhaiter est arrivé ? Ne sentez-vous pas que quelque chose va venir ? Pour vous ?

On attend, on attend toujours. On sent venir. On tend les bras, et ce n’est pas encore pour vous. On attend encore. Croyez-vous qu’on attend toute sa vie ? Si je le pensais, j’emploierais mon peu de volonté à me faire un raison, et à me contenter de ce que je possède. On croit toujours avoir droit à un peu plus que ce que l’on a. Et plus on va, plus il vous faut aller.

On court toujours derrière ce qu’on appelle le bonheur. Moi, je n’y crois plus, et pourtant, je cours toujours. Je voyais dans le bonheur un état permanent de volupté qui pouvait durer toute une vie peut-être, un nuage qui flotte au-dessus de vous, vous enveloppe même, vous isole, vous encense; voyez-vous ? la vie dans du coton, du moelleux, avec du soleil de dessus les nuages, plus pur, plus chaud; le bonheur, je le voyais à deux en un, venu de loin, pour vous et rien que pour vous.

Eh bien ! J’en suis revenue! Son bonheur, on le fait soi-même, et en luttant grands Dieux! (lutter pour moi, c’est à dire en ne s’endormant pas) Et si on y arrive, c’est bien beau. Et si on se trompe pas en chemin, c’est un miracle; et si on n’y perd rien, c’est beaucoup mieux.

France vous a écrit une lettre de 16 pages je crois, et je ne veux pas vous répéter que nous tuons souris sur souris, qu’il pleut jour après jour, que nous avons piqûre sur piqûre de moustique, que nous récoltons tous les mon mots de M. Bruyez; – et vous les énumérer, etc.

Mais je veux bien vous dire et vous redire et vous assurer que le jour où nous débarquerons chez vous sera un grand jour. Et vous devrez accepter nos chants et danses de victoire sur le quai de la gare.

Grosses bises.

Martinet

P.S. Vous ne m’avez pas envoyé de photo à moi et je ne suis pas contente. Le cri de France en vous voyant a été : « Qu’il a grandi! ».

Publicités

4 Réponses to “Vichy”

  1. Jane Says:

    Hey Tony ! D’oū sors-tu cette lettre ?

    • trex58 Says:

      Une des TRÈS nombreuses lettres de ma mère.
      L’idée (farfelue) de recopier toutes sa correspondance avec son amie France m’est venue à l’idée… Une tâche monstrueuse… qui pourrait aboutir à un livre. Si je trouve 6 à 12 mois de temps libre ! et le courage d’aller jusqu’au bout… 😉

  2. Jane Says:

    Tout va bien Tony ?

    • trex58 Says:

      Plongée dans la poussière de lettres datées de 1941 à 1962, des 18 ans de ma mère à mes 4 ans environ. Remue-ménage intérieur aussi… quand on découvre (enfin…) qui était sa mère, avant déprime et dépression.

      Et puis, ce connard de Firefox ayant eu un problème (probablement une des pages que j’ai chargées) de LENTEUR exaspérante depuis 2-3 semaines, aller lire mes mails et sur ce Blog était … insupportablement LONG !
      Là, c’est corrigé ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :