Arles, c’est fini.

La première semaine d’ouverture des Rencontres photographiques d’Arles est finie. Maintenant, seules les expositions officielles seront visibles pendant tout l’été voire même jusqu’en septembre. Les Voies Off, et toutes les manifestations temporaires, ont plié bagage.

J’y était du jeudi à dimanche.
Quel bilan en tiré-je ? Mitigé… Toujours le même mélange de beauté et … d’horreurs. Bien sûr, je suis partisan… et j’ai une tendresse particulière pour la beauté et une « certaine » esthétique classique. Alors que, bien souvent, le premier contact avec beaucoup de photos contemporaines (et donc exposées) est une émotion… négative. Je veux bien qu’il y ait un message derrière la photo, mais il me faut (encore) une « certaine » beauté. Mais, bon, pour parler en détail des photographes, il me faudrait remettre la main sur le plan-programme, que j’ai égaré ou perdu (zut !). Mais j’ai un souvenir bien précis (et des photos !) de l’exposition du japonais au 1er étage de l’espace Van Gogh et de celle qui jouxte presque celle de Gilbert Garcin, l’homme (âgé) qui sais si simplement parler de la vie et de la mort…

Donc, ce japonais s’est mis en tête de prendre des photos, en sténopé peut-être, d’un bout d’horizon, mi-terre mi-ciel, en pleine nuit, avec juste la lune ou des étoiles qui passent, et donc avec un temps de pause très long, et – c’est très important – un format gigantesque (peut-être bien 1m50 sur presque 3m), avec le parti pris bizarre de … renverser les photos de 90° (la terre fait une bande verticale à gauche) et un vague ciel à droite. Je ne dis pas que c’est nul… car cela a été fait des dizaines de fois, des centaines de fois. Mais personnes n’avaient jamais osé faire des tirages aussi grands. Intérêt ? Je ne vois pas très bien… C’est un peu comme du Soulage (peinture noire sur noir) : la photo est pratiquement entièrement noire, ou sombre. Et onze photos là où j’en ai eu vu plus d’une cinquantaine l’an passé, c’est quand même du gaspillage. D’ailleurs, j’y suis passé plusieurs fois et je n’y ai jamais vu grand monde…

Quant à l’autre hurluberlu, il a exposé de très nombreuses photos sombres, et sépia je crois, … sans éclairage. Juste du foutage de gueule ou un bon moyen pour qu’on ne puisse pas voir la réalité de ses photos. Et j’ai même assisté à la présentation des photos par le guguss déjà dénommé : un charabia où l’esprit se perd.

Alors que, au même moment, sur le stand (temporaire) de Leica dans le jardin de l’espace Van Gogh, était exposée probablement la plus belle photographie de toutes (à mon avis), d’Evgenia Arbugaeva. Une photo tout en douceur, avec un blanc et un bleu délicat, et le rouge du bonnet, une photo digne de Pentti Sammalahti :

EA

Publicités

Étiquettes :

2 Réponses to “Arles, c’est fini.”

  1. Jane Says:

    J’ai parcouru son site. J’aime beaucoup ces photos : les couleurs vives, rouge, bleu, vert, dans la neige ou la nuit. Certaines photos semblent tirées d’un film fantastique. Il y en a une magnifique avec une aurore boréale.

  2. trex58 Says:

    Voir Tiksi.
    http://www.evgeniaarbugaeva.com/#/projects/—tiksi/New_3

    Oui, il y a une ambiance. C’est beau ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :