CNAC

Le mot CNAC (Centre National d’Art Contemporain) est-il un synonyme de l’expression « foutage de gueule » ? Je me le demande…

Ce soir, y’avait le vernissage d’une expo au CNAC de Grenoble d' »oeuvres » de Pietro Roccasalva.
J’ai passé un long moment avec les « médiateurs d’art » (à moins qu’ils ne soient surtout « gardiens d’oeuvres » : « ne touchez pas ! »), et qui pour la plupart étaient d’une école d’art (Grenoble, Valence, Annecy), pour comprendre un peu le sens des bizarreries exposées ce soir, en présence de l’artiste (italien, parlant italien avec ses bras) et d’un troupeau d’italiens.

Voyons :
– bon, il y a le coup, classique, des néons qui servent à construire une « oeuvre », soit en se baladant dans les trois dimensions d’une grande pièce blanche, soit en écrivant des phrases au sens sibyllin. C’est marrant la première fois, mais on s’en lasse vite et ça fait mal aux yeux.
– il y a aussi le coup du tableau noir dans un cadre doré… référence à « La Tempesta » de Giorgione, dont personne n’arrive à fournir une explication claire.
– il y aussi des fusains, de beaux fusains avec un beau travail sur les plis des vêtements et les reflets dans l’argent, représentant chacun un serveur tenant un … presse-citron argenté posé sur plat rond argenté et dont le couvercle argenté en forme de dôme est tenu par la main droite du serveur, avec de beaux reflets inversés du presse-citron dans l’intérieur du couvercle-dôme. Enfin… ce pourrait être beau si… le visage du personnage n’était pas déformé, la tête plus grosse derrière d’un côté, quand il n’a pas un regard vide d’aveugle.
– au fond, bien sûr, une performance : dans une pièce fermée, et dont la réverbération a été fortement réduite par un revêtement anti-bruit sur murs et plafonds (pourquoi ?), se trouve une table sur laquelle sont posés divers objets hétéroclites, comme une mandoline transformée en bateau, avec un personnage en costume trois pièce qui se la joue « penseur de Rodin ». Et, tout autour, sept personnes dessinant la table et ses objets. Heureusement, la porte était fermées à clef, sinon, ils se seraient enfuis… Mais non, même pas : ils sont volontaires…
– dans une autre salle elle-aussi présentant des fusains de personnages bizarres, une longue « queue » de cheveux, de deux-trois mètres de long, pend, suspendue à une longue tige courbée…
– au début, dix oeuvres gravées dans le marbre. Introuvables, invisibles, car les carrés de marbre ont été scellés dans le mur et se fondent dans la surface du mur, seuls apparaissant des caractères gravés en caractères minuscules indiquant une liste de personnes, y compris l' »artiste ». Enfin… son nom est gravé… mais son nom est le seul à ne pas avoir été noirci à l’encre de chine : bref, c’est quasi invisible sinon illisible…
– un tompe-l’oeil amusant nous fait croire, dans une petite pièce, à une illusion d’optique : dans ce qui est un miroir, on voit le reflet d’un lavabo qui se trouve en face du miroir, à notre droite. Pourquoi un lavabo et pas un bidet ou une baignoire ? Je ne sais pas… Mais, dans ce miroir rectangulaire se trouve une partie circulaire. On s’approche, on regarde et, miracle, on y voit de nouveau le lavabo… mais avec un perroquet rouge posé sur une perche qui est placé face au miroir surplombant le lavabo de telle sorte que le perroquet factice semble nous regarder ! Mais, dans la pièce où nous sommes, pas de perroquet bien sûr ! L’astuce ? Une autre pièce identique à la première avec un trou dans le miroir… Amusant, la première fois. Et je me vois mal installer cette « oeuvre » chez moi…
– enfin, dans une autre salle, une vidéo montrant un bâtiment blanc en forme de croix avec, en guise de coupole, un magnifique presse-citron qui tourne, qui tourne, à nous donner le tournis, sous une musique de cirque de merde qui nous casse les oreilles, avec, en plus, l’impression de planer autour du bâtiment.

C’est alors que, en regardant le tableau de Giorgione, j’ai la révélation !
Regardez bien : La Tempesta, juste à gauche du pont, légèrement au-dessus : c’est une coupole ou un presse-citron ?! 😉

Juste pour vous faire rire, chaque fois qu’un « artiste » expose en ce lieu, (ancienne usine construite par les ateliers Eiffel), toute la partie intérieure qui sert à exposer est… totalement reconstruite : on abat les murs décidés par le précédent, et on reconstruit, et on repeint. Bon, ce sont sûrement des cloisons légères… mais ça doit coûter pas mal, en plus de la peinture, des ouvriers, etc. Bah ! C’est pas grave ! C’est nous qui payons !

Quant au vernissage, là on sent les restrictions budgétaires… Dommage !

P.S. À y réfléchir un peu plus, je me demande si l' »artiste » n’est pas en train de copier sur Dali, qui avait construit un monde intérieur basé sur des expériences dans sa jeunesse. Mais, bon, ce qui était nouveau avec Dali n’est que de la resucée et du copiage…

Publicités

2 Réponses to “CNAC”

  1. Jane Says:

    Un presse-citron, tu hallucines !
    J’avoue ne rien comprendre et ne rien ressentir face à ces œuvres conceptuelles. De plus elles sont encombrantes. Je me demande qui peut bien les acheter !

    • trex58 Says:

      Voici l’une des oeuvres exposées que j’ai vues :
      http://www.davidkordanskygallery.com/?n=artists&aid=28
      Il y avait au moins 6 fusains mettant en scène le même « serveur » présentant son presse-citron.

      Moi-aussi, j’ai bien du mal avec ces « oeuvres ». J’essaye d’en rire ! et de rire des imbéciles qui les achètent. Mais, bon, de temps en temps, il y a quelque chose de « bien », mais si rarement…

      Quant à ceux qui les achètent, c’est sans doute parce que c’est un moyen de payer moins d’impôts et d’essayer de faire une belle plus-value. Autant jouer au Loto…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :