Mud

On en a fait LE film à aller voir. Bon, veni, vidi, (mais pas) vici. Je l’ai vu, et j’en garde pas un souvenir extraordinaire. C’est comme « Effets secondaires » : aussi improbable. Sauf que, pour « Effets secondaires », on voit les ficelles à la fin ! Là, avec « Mud », on se rend compte que tout ceci est invraisemblable au fur et à mesure du film, rendant l’attente de la fin du film comme une délivrance, car tout est téléphoné : le bateau perché dans un arbre, le père adoptif de Mud qui est à la fois est un tireur d’élite et habite en face d’Ellis, le mec immunisé contre les morsures de serpent qui sauve le gamin comme lui l’avait été, ces gamins qui ramènent des objets 3 ou 4 fois plus lourds qu’eux, un Mud qui bricole comme un savant fou et remet à flot le bateau, un gamin dont les parents parlent de divorce en même temps qu’il est mêlé aux histoires d’amour d’adultes, un gamin qui plaît aux filles bien plus âgées, un Mud qui échappe à 6 tueurs bien armés, etc. Bref, c’est un film sympathique, sans plus. Mais, bon, on savait déjà que les Américains ont tous une arme à feu, que dans le Sud on ne travaille pas, qu’il y a nombre d’Américains pauvres et cons, que les filles faut pas leur faire confiance et qu’elles ne pensent qu’à une chose et vous font faire ce qu’elles veulent, etc. En plus, ce gamin, Ellis, c’est un macho fini ! À 14 ans ! Il ne supporte pas d’avoir de la concurrence pour les filles avec qui il a une touche et il ne peut pas s’empêcher de taper sur les mecs qui fricotent avec « sa » copine. Et il est sacrément mythomane, puisqu’il croit qu’une fille, après un baiser sur les lèvres, il en est devenu le « boy-friend ». Mais, bon, c’est sympathique, c’est la jeunesse… Mais, bon sang, que c’est téléphoné ! Et on attend avec lancinance que ce putain de bateau soit mis à flot et que les tueurs attaquent. Bref, si vous avez deux heures à perdre (car, oui, en plus, on attend désespérément que ça finisse…), allez-y. Sinon, abstention.

« yes, sir ! »

Publicités

Étiquettes :

4 Réponses to “Mud”

  1. Jane Says:

    J’ai regardé la bande annonce mais après la lecture de ton billet je crois que je n’irai pas le voir. Il y a un autre film qui pourrait me plaire, c’est »Trance ». Dans ces deux films, il y a trahison, manipulation et mensonge !

    « Les filles faut pas leur faire confiance et qu’elles ne pensent qu’à une chose et vous font faire ce qu’elles veulent, etc », Tu ne ferais pas une généralité ? J’ai rencontré des hommes qui présentaient les mêmes traits de personnalité.

    • trex58 Says:

      Hé ! Et comment je sais si mon « analyse » du film est correcte si personne ne va le voir ?! 😉

      « Trance » ? Oui, j’ai vu la bande annonce. J’hésite… Stoker me plaît plus !

      Quant à la phrase « Les filles faut pas leur faire confiance et qu’elles ne pensent qu’à une chose et vous font faire ce qu’elles veulent, etc », c’est juste une « vérité » assénée pendant le film. Entre la mère qui demande le divorce (son mari n’est pas capable de trouver un « vrai » travail), l’amie de Mud qui le trompe avec n’importe qui, avec la fille qui plaît à Ellis mais fréquente un autre sans vergogne, le film transmet un message, simple : les filles, faut pas leur faire confiance, etc. Bon, pour moi, les filles, elles sont libres, comme nous ! 😉

  2. Jane Says:

    Je l’ai vu. Le film de l’année, c’est effectivement exagéré et c’est certainement une aventure improbable. Mais on se laisse emporter par le film, un film de « garçons ». Il laisse peu de place aux femmes.
    J’ai versé ma petite larme à la fin du film. Oui, je sais, c’est ridicule, mais je suis un peu sensible en ce moment.
    Je ne suis pas d’accord avec le portrait que tu fais d’Ellis. C’est un jeune adolescent, naïf et sensible, qui fait ses premières expériences amoureuses. Au début du film, il frappe un garçon qui harcèle une fille qui n’est pas « sa » copine. Il n’est pas macho du tout. Il croit en l’amour. Et peut-être qu’en essayant d’aider Mud à retrouver son « amie », il tente de réparer le couple de ses parents. Son père lui dit de ne jamais croire en l’amour d’une femme, lui qui refuse d’entendre sa femme et qui refuse le dialogue avec elle. Mais Mud, au moment des adieux, le rassurera en disant qu’il faut y croire. Le pense-t-il vraiment ?
    C’est Mud le mythomane, « le menteur » d’après son amie mais sans expliquer, ce qui est frustrant. Recherché par des grosses brutes, avec des gros fusils qui frappent les femmes, qu’ils en deviennent les méchants qu’on voudrait voir tous morts. Au final, c’est Mud le « menteur » (il avoue raconter des histoires) qui devient sympathique alors qu’il a commis un crime, mais pour défendre son « amie » battue, qui connait l’amour qu’il lui porte et qui sait qu’il est prêt à tout pour elle.

    • trex58 Says:

      Hummm Ellis me semble bien possessif, quand même ! Ou, plutôt, il ne sait pas encore que tout change, rien n’est permanent : il a encore une vision simpliste du monde et des relations homme-femme. Les hommes mettent beaucoup de temps à vous comprendre, vous les femmes, quand ils y arrivent…

      Oui, face aux fissures dans le couple de ses parents, il a envie d’être rassuré par un monde plus solide, quitte à contribuer lui-même, à aider un couple.

      Les femmes… Certaines sont « accro » à leur homme. D’autres, même aimantes, ont trop souffert, et préfèrent aller voir ailleurs, voire renoncer.

      Mud. Mud, ça veut dire « boue ». La boue qui est partout autour de ce fleuve, mais la boue ça veut aussi dire qu’il est insaisissable, sans partie solide, sans structure, non ?

      Le film est déjà assez long. On se languit de voir venir la fusillade finale…

      Je vois bien, en effet, une grande partie de ce que le réalisateur a voulu mettre dans son film. Mais, bon, le film n’aide pas à y croire… Il lui manque quelque chose pour être crédible, convaincant. Pour passer un message, il faut être convaincant. Enfin… chacun voit les films à sa façon ! Et, effectivement, on peut reconnaître au réalisateur d’avoir voulu, sans y réussir, passer un message (des messages ?) dans le film. Mais, bon, tous ces gens sont des ratés, dans un monde raté et moche (les USA). Oui, le film montre bien le vrai visage des USA : c’est moche (mais la France ne s’arrange pas non plus… ;)).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :