The Grandmaster (代宗师)

La bande-annonce de ce film m’avait un peu inquiété : encore un film d’arts martiaux avec quantité d’indigestes combats ? Mais le réalisateur, Wong Kar-Wai, a fait « In the mood for love », que j’avais (il n’y avait pas que moi !) beaucoup aimé. Alors, ça ne pouvait pas être mauvais.
C’est un film « esthétique » : les images sont magnifiques. Mais j’avoue qu’au début j’étais un peu perdu par l’histoire ; sans doute que, pour un public chinois, il suffisait de quelques allusions visuelles pour qu’ils sachent où et quand se passe telle scène ; alors que, pour un occidental, il aurait fallu un peu plus d’informations. Les combats sont, bien sûr, totalement improbables : la force de certains combattants est … surnaturelle. Le cinéma chinois semble aimer les exagérations totalement irréalistes. Pendant le film, je me suis souvenu d’une scène d’un film de Bruce Lee où son personnage saute une haute grille (3 mètres de haut !), simplement par la force de ses jambes (de sauterelle ?) ;). Mais, bah, on s’y habitue : Yip Man se déplace bien plus vite que les autres, les attaquants (bêtement !) n’attaquent pas tous en même temps, manifestement les armes à feu n’existaient pas en Chine à cette époque, taper de toutes ses forces sur un rocher ne casse pas les os, etc. J’ai fait du Tae-Kwon-Do, il y a fort longtemps : mon professeur disait avoir tous les os cassés… Ce n’est qu’après que j’ai appris qu’il buvait et frappait sa femme… Alors, pas de problème pour moi pour casser une brique ou une planche ! 😉 Mais, pour revenir à Bruce Lee, dont les premiers films montraient les relations particulières que les envahisseurs Anglais à Hong-Kong entretenaient avec les Chinois, à peu près les mêmes que celles des Américains blancs avec les noirs : « Parc interdit aux chiens et aux chinois » était-il écrit sur un panneau. Dans ce film, l’envahissement de la Chine par le Japon tient une place importante, mais j’ai été heureux de voir que les nippons n’ont pas été montrés sous un jour trop … réaliste. Car, si les Chinois n’aiment pas les Japonais, c’est parce que ces derniers ont massacré, brûlé, violé, à tour de bras, par millions.
Ce film décrit la vie de Yip Man, célèbre maître de Wing Chun. Si je me souviens bien, certains des arts martiaux ont été inventés pour permettre aux humbles (pas le droit ou l’argent d’acheter des armes) de se battre contre les seigneurs et les brigands. Enfin, c’était le cas en Corée… Dans ce film, les arts martiaux sont comme une danse : on casse de la porcelaine, des meubles précieux, on saute, on tourne, mais on se fait rarement mal ! (pas les « bons », en tout cas). Ce « Kung-Fu » tient plus de la danse. Une sorte de danse où, malgré les efforts, on ne transpire pas, et qui ne fait pas non plus haleter, malgré les efforts manifestes. 🙂 Il y a même une histoire d’amour, platonique… Une trahison aussi.
Ce film est une contribution à l’élaboration d’une légende chinoise. Tiens, au fait, on n’y parle jamais de Mao ! Et, quant au communisme chinois, il est montré sous un mauvais jour, brièvement. Hong-Kong, ce n’était pas la Chine… communiste. Bizarrement, il me semble que le film se passe surtout en hiver : sans doute que les combats sont plus beaux dans la neige, avec de magnifiques vêtements tournant et virevoltant. 😉
Mais, qu’on ne s’y méprenne pas : si le film succombe à la tentation de faire de Yip Man (et de quelques autres) une sorte d’extra-terrestre du combat à mains nues, le film est plaisant, intéressant, complexe, et avec de magnifiques images. Bref, c’est un bon moment à passer, intéressant aussi pour découvrir un peu la vision qu’a du monde un chinois de Hong-Kong. Mais, encore une fois, ce film fait du Kung-Fu une sorte de danse réservée à des semi-Dieux, qui semblent indestructibles et n’avoir qu’une idée en tête : se battre !
Ah, au fait, ce « héros » fumait régulièrement de l’opium et est mort d’un cancer de la gorge conséquence de son tabagisme. Mais, bon, à 79 ans, c’est pas mal !
Bref, ça vaut la peine d’aller le voir !

Publicités

Étiquettes :

2 Réponses to “The Grandmaster (代宗师)”

  1. Une femme libre Says:

    Incroyable la quantité de films que vous pouvez ingurgiter! Je pensais que j’en voyais beaucoup mais il n’y a aucune comparaison avec vous.

    Hier, il y avait Bernard Pivot à l’émission « Tout le monde en parle » québécoise et l’animateur Guy A. Lepage lui a demandé quelle question il poserait aux Français « Pourquoi vous prenez-vous toujours au sérieux? » et aux Québécois « Pourquoi ne vous prenez-vous jamais au sérieux? » Ça m’a fait sourire.

    • trex58 Says:

      La « quantité » de films ? Tant que ça ? Non. Il y a des hauts et des bas. Là, c’est un « haut ». Il y a des gens (une collègue) qui vont plusieurs fois par semaine au cinéma ! Et elle travaille, comme moi ! Alors que vous avez bien plus de temps que nous.

      Pourquoi nous prenons-nous tant au sérieux ? Mais parce que nous avons été le centre du monde intellectuel pendant des siècles, parce que nous avons « inventé » la Révolution et osé couper la tête de notre roi, parce que la France est au croisement de l’Europe de l’Ouest, parce que le français est l’une des plus belles langues du monde (pour penser, pour déclamer l’amour, pour chanter, …), parce que nous sommes « différents » des autres. D’ailleurs, actuellement, depuis près d’un siècle, notre différence tient essentiellement dans notre connerie. Et, depuis une trentaine d’années, nous excellons dans la connerie : le peuple le plus con du monde, après les américains, bien sûr. Quant au Québec, je ne le connais pas. J’ai bien un cousin, à Ottawa, où je suis allé en 2005, mais je ne vous connais pas bien, cousins. À part que l’un des films les plus forts que j’ai vus est québécois : « Incendies » !!!!!! alors que notre cinéma tombe dans la merdouille. Les mecs à couilles manquent ! Nous sommes devenus trop gras et trop riches dans les « trente glorieuses », comme Depardieu. Seule la pauvreté permet la naissance des « vraies » artistes : ceux qui préfèrent pratiquer leur art que manger à leur faim. Mais, bon, dans ces années actuelles, la pauvreté gagnant, l’art va peut-être renaître ? Pas sûr… La corruption, la mafia, les extrêmismes, les cons de Gauche et de Droite, etc, beaucoup de choses vont dans le mauvais sens… Mais, heureusement, la France reste l’un des pays ayant les plus beaux et variés paysages. Mercredi passé, c’était l’été (29° à Grenoble). Samedi, c’était de nouveau l’hiver (10° à Grenoble). Et je ne saurais vivre ailleurs qu’en France, car il m’est impossible de me sentir bien parmi des gens dont je ne comprends pas la langue. D’ailleurs, dans « Incendie », non doublé ni sous-titré, il y a une scène pendant laquelle je n’ai RIEN compris à ce que les « jumeaux » disaient ! Ha ha ha ! https://trex58.wordpress.com/2011/01/30/incendies/ .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :