La cristallization !

Ce petit film tourne en boucle à l’exposition de Dali, donc toutes les 48 secondes. Etant resté environ 1h autour de la borne, j’ai donc dû l’écouter une centaine de fois, au moihs. Attention ! Ca rend fou ! (du chocolat Lanvin !).

– Maître. Ce veston d’intérieur : habituel ?
– Je l’use uniquement dans des moments de très grand compromis sentimental. Le titre, c’est un veston aphrodisiaque, dont chacun des verres doit contenir du Pippermint. Et, à l’intérieur de chaque viscosité piperminesque, doit contenir une mouche morte, afin que, au moment de la cristallisation du pippermint, les yeux paraboliques des mouches restent gravés comme dans un fossile atavique.

Publicités

8 Réponses to “La cristallization !”

  1. Jane Says:

    Est-ce qu’il s’affublait vraiment de ce « veston aphrodisiaque » pour susciter le désir chez une femme ? Quel fantaisiste ! Personnellement, cela m’aurait provoqué un fou rire.

    • trex58 Says:

      Bien sûr que non ! Il n’a « eu » qu’une seule femme dans sa vie : Gala. Et, pour la séduire, et parce qu’il n’arrivait pas à lui parler, il s’était habillé de ses plus beaux habits, qu’il avait déchirés et couverts de merde de chèvre.

      Non, ce « veston aphrodisiaque », c’était juste un jeu. À part les mouches je pense. Car les mouches, c’est le symbole de la mort, et il en mettait sur ses toiles, en plus des fourmis.

      À Beaubourg, le veston était exposé !

      Et, pour séduire une femme, le mieux est peut-être de la faire rire (au début) ?!

  2. Paul Laurendeau Says:

    Un ready-made provoque, c’est très exactement ça. Un peu court sur le moyen terme… Long feu quoi…

  3. Jane Says:

    Je me demande pourquoi il était hanté par la mort ?
    Il aimait donc les petites fourmis. Qu’est ce qu’elles représentaient pour lui ?
    Il dessinait beaucoup d’horloges également. Quel est le symbole de l’horloge. Eh oui je suis nulle pour les interprétations !

    • trex58 Says:

      Ah ! Il existe donc encore quelqu’un qui ne connaît pas la vie de Dali ! Honte à toi ! 😉
      La vie de Dali a été extraordinaire…

      Il a toujours été hanté par la mort parce qu’il a été conçu pour remplacer son frère Salvador, et que ses parents l’emmenaient souvent sur sa tombe…

      Les fourmis nettoient le monde de tous les cadavres qui traînent : les fourmis, comme les mouches, sont un symbole de la mort.

      Les horloges ? Le temps qui passe, bien sûr. Mais aussi un fameux camembert qui s’étalait, et la capacité que Dali avait de peindre ses rêves, tous très farfelus, ou d’imaginer et faire des trucs incroyables, comme se couvrir d’écailles de poisson pour peindre un poisson…

      Lire « Dali », chez Taschen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :