Santé publique

Ma conviction est faite. Au lieu d’avoir des médecins faisant des ordonnances de médicaments pour soigner nos maux d’humains sortis de l’état de Nature, il vaudrait mieux une obligation à … faire du sport, en salle et dans la Nature. Plutôt qu’ingurgiter des pilules aux effets secondaires souvent/parfois délétères, voire mortels, il faut se bouger le cul et retrouver l’équilibre que nous avons perdu. Si les études ont constaté que les Français, bien qu’ayant autant de cholestérol que les américains, ont moins de maladies cardio-vasculaires, c’est probablement que l’introduction de la voiture pour tout le monde et du chauffage et de la climatisation sont venus plus tard en France. Prendre son vélo, ou marcher, ça fait du bien. Or, aux USA, ceux qui marchent, ce sont uniquement les pauvres. N’avoir que 18° chez soi ou marcher un bon moment dehors l’hiver, ou n’utiliser une climatisation que lorsque les températures sont vraiment trop fortes, ça pousse le corps à consommer de l’énergie pour chauffer son corps ou le refroidir. Notre corps ne se maintient en bon état que s’il est constamment forcé à s’adapter à son environnement et que si on le fait bouger. Alors, plutôt que contrôler la tension et le taux de cholestérol, les médecins devraient surtout contrôler les résultats au « test à l’effort » et, si le patient a un coeur qui ne suit pas, vérifier qu’il fait suffisamment d’exercice. Et, au lieu de prescrire des médicaments, les médecins feraient mieux d’imposer des abonnement en salles de gym, d’acheter des vélos et des skis, ou des chaussures de marche, et d’aller dehors au lieu de rester devant la télé ou son PC. Mais, pour cela, il faudrait aussi que les entreprises soient interdites d’imposer plus de 8 heures de travail par jour. Et, bien sûr, aucun laboratoire pharmaceutique ne paiera pour faire une étude comparant médicaments et sports… Pour ceux qui ne le savent pas, parmi les cadres, il y a des statuts d’esclaves : annuel jours : un nombre de jours à travailler par an, sans limites d’heures par jour, par semaine, par mois, ou par an, et sans possibilité contractuelle de récupération des heures supplémentaires, et donc grande difficulté à évacuer le stress par le sport ou à entretenir son corps : la mort, ou le burn-out assuré.
Quant à moi, après 19km hier en ski de fond (avec des SRN, Ski de Randonnée Nordique) sans chute, et 11km de rameur aujourd’hui (2,25mn par 500m, et pouls maintenu en-dessous de 140ppm max), et avec le désir d’essayer de monter le plus souvent possible à pied les 8 étages de mon immeuble, j’ai décidé de me remettre en forme et de vaincre ma paresse hivernale qui me tenait de plus en plus souvent au chaud, bien confortablement installé sur mon canapé ou devant cet écran. Marcher en montagne à la belle saison ne suffit pas. Il faut aussi bouger l’hiver.

Publicités

8 Réponses to “Santé publique”

  1. marlaguette Says:

    Pas de montagne ici… juste les 8 étages… Je fais moit moit…4 étages à pieds le reste dans le truc qui grince… Et encore… C’est une résolution que j’ai du mal à tenir… 😦 😦 😦

    • trex58 Says:

      Et bien, 4 étages, c’est un début. Faut juste essayer, de temps en temps, de passer à 6, puis 8 un jour. Pense à l’effet que cela a sur les cuisses et les fesses… La montée des escaliers, ça raffermit le derrière ! 😉 et ça attire les regards ! et c’est bon pour le moral !

      Quant aux montagnes, on peut aussi utiliser des collines, s’il reste de la neige. Y’a rien qui dépasse les 1200m autour de chez toi ?

  2. Jane Says:

    Moi je monte au 7ième. Ça donne bonne mine !

    • trex58 Says:

      Tu montes tous les jours au 7ème ciel ?!?! Veinarde ! 😉

      • Jane Says:

        Hélas non. Ou il me faudrait un amant !

      • trex58 Says:

        Ah. Dommage. Pourtant, il ne doit pas manquer d’hommes près de chez toi, non ? Mais il est difficile de trouver chaussure à son pied, je sais.

  3. Jane Says:

    Je suis entourée d’hommes dans mon travail et je les connais depuis longtemps. Ils ne me plaisent pas. Je crois que je fonctionne au coup de foudre !

    • trex58 Says:

      La fréquentation prolongée et superficielle d’une même personne entraîne une distance et la fabrication d’une « image » de la personnalité de cette personne, qu’on ne connaît finalement pas, puisque le lieu de travail n’est pas le lieu de la « vraie vie » en mon sens. Parfois, des circonstances particulières (sortie de l’équipe en montagne, congrès en commun dans une ville inconnue ou étrangère, etc) permettent aux masques de tomber. Mais, bon, parfois aussi, les gens sont transparents comme de l’eau de roche…

      Le « coup de foudre » ? C’est un sacré moteur d’émotion et d’enthousiasme ! Attention à la chûte ! 😉 Mais c’est si bon de se sentir porté, emporté, par cette vague, qui détruit toutes nos inhibitions et craintes… Une belle chose, totalement incontrôlable, ce qui en fait son charme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :