Sexe et lapin

Le nouveau numéro de « Philosophie Magazine » arbore un magnifique et mignon lapin. Parce que le dossier concerne … le sexe. Ils ont dû s’inspirer de la récente discussion ici-même… 😉
Par contre, aucune explication sur « Pourquoi un lapin ?! ». Oui, il y a plein d’expressions coquines avec les lapins, comme « un chaud lapin » ! mais qu’a donc à voir les lapins avec le sexe ? Le coït chez les lapins, c’est : 3 secondes ! Pas de quoi rêver ! Sinon pour les éjaculateurs précoces qui dégorgent dans leur slip avant même de l’enlever… Bon, plus vite c’est fait, moins il y a de risques de se faire attraper par un renard… Bon, un lapin, c’est doux, c’est mignon, mais ça donne pas vraiment envie de se réincarner en lapin, pas du tout. Alors, pourquoi le lapin a-t-il une telle réputation ? Ben, tout simplement parce que, avant, il y a fort longtemps, au Moyen Âge, quand on parlait de lapin… on ne disait pas « lapin ». C’est une histoire comparable à celle du « renard ». Souvenez-vous ! Rappelez-vous le texte : « Le roman de Renard ». Renard était le nom d’un… goupil. Au Moyen-Âge, on disait « goupil » jusqu’à ce que le « roman de renard » fasse disparaître l’usage du mot goupil. Quant au lapin… cela vient de « lapereau », le petit du lièvre et de la hase. Mais pourquoi ? Pourquoi ? Parce que… au Moyen-Âge, les « lapins » s’appellent des « conils », du latin « cuniculus ». Or, à la même époque, le sexe de la femme se dit … « conil », du latin « cunnus » (d’où cunnilingus). Pas la peine d’expliquer tous les jeux de mots obscènes qui on fleuri à cette époque ! D’où la nécessité de nommer les conils par un autre nom, dérivé du lièvre.
Donc, montrer un « lapin » en première de couverture, c’est obscène !
Donc, un sexe de femme, c’est … poilu, comme un lapin !!! Je déteste cette mode immonde qui impose aux femmes de se tondre le pubis. Quelle horreur ! C’est si beau une femme « au naturel ». Chez les singes, poilus, les zones sexuelles de la femelle sont marquées par… l’absence de poils. Donc, chez l’humain, nu, ça doit être l’inverse !! Sinon… Sinon ? Sinon, il n’y a que les jeunes filles impubères et les femmes très âgées qui n’ont pas de poil sur le pubis. Comme le rasage intégral vient très probablement des hommes, ce n’est sûrement pas l’envie de contempler une femme âgée qui travaillait ces hommes, mais plutôt l’envie d’avoir une jeune fille, vierge, innocente, ignare en sexualité, au service sexuel de l’homme. Beurk ! Femmes ! Refusez la tonsure !

Publicités

40 Réponses to “Sexe et lapin”

  1. marlaguette Says:

    Et que penser des hommes qui font disparaître le poil de leur anatomie ?

    • trex58 Says:

      Qu’ils sont idiots. Ce petit buisson de poils, chez l’homme, diffuse des phérormones nées à la base de la verge. C’est se priver d’un sex-appeal. Et puis, c’est déjà assez chiant de se raser la barbe… S’il faut en plus se raser le pubis, c’est 20 minutes de perdues par jour ! En plus, quand ça repousse, comme pour les joues, c’est d’un râpeux ! alors que la touffe, masculine ou féminine, c’est doux ! 😉 comme un lapin !

  2. encolie26 Says:

    J’ai toujours trouvé cette obsession du rasage suspecte. Le poil de l’aisselle est tabou aux US … parce qu’il faut avoir l’air impubère, donc pure comme l’explique Tony. Tout poil rappelle la bestialité de la sexualité. Bouuuuhhhh comme c’est vilain!
    J’ai retrouvé cela en Belgique: beaucoup d’adeptes du rasage intégral (pays catho rétrograde, pays de frustrés où la prostitution fleurit dans les vitrines, les boîtes échangistes se multiplient).
    Un récent article s’élevait contre le rasage du pubis car il y a un accroissement des infections. Les poils, outre leur rôle dans les phéromones, la régulation de la température, leur participation à l’excitation (aussi sensibles que les cheveux), font une barrière mécanique en rendant l’accès aux cavités plus difficile.
    Donc, gardons nos toisons qui dissimulent nos secrètes demeures.

    Une ombre sous l’aisselle savamment entretenue est une suggestion de sensualité et la preuve que nous sommes adultes et sexuellement actif (enfin sur le plan théorique !).
    Il me semble que le désir des hommes d’avoir une femme vierge est guidé par cet instinct d’être le « premier », le mâle dominant, comme décrit dans l’article précédent qui doit battre les records de commentaires sur ton blog !!

    Quand j’entendrai dorénavant une femme appeler son homme « mon lapin »… je vais pouffer de rire ! pas sûr que cela m’évoque sa toison mais plutôt une aptitude fugace 🙂 !

    • trex58 Says:

      Nous SOMMES des animaux. Et, lorsque nous faisons l’amour, nous oublions tout pour ne plus être que tendresse, sensualité, caresses, désir, plaisir. Et les animaux ne sont pas les « bêtes » que nous croyons. Si les chimpanzés, souvent, baisent en groupe et devant les autres, souvent aussi ils vont, en couple, main dans la main, trouver un coin tranquille pour « faire ça » tendrement.
      Ces poils, sous les aisselles, sur le pubis, c’est doux, c’est émouvant, c’est la preuve concrète que la femme est pubère et encore jeune. Et puis, rasé d’un jour, ça pique, c’est moche. Et, pour la vulve, toute offerte aux regards, il n’y a plus de mystère. Une femme non rasée, debout, ne montre rien ; alors, c’est elle qui décide, en décroisant ses jambes, de montrer l’origine du monde et des plaisirs. Femmes, gardez vos toisons qui dissimulent vos secrètes demeures !

      Se raser augmente les infections, c’est vrai. Parfois même, une petite boule de chair pousse sur une blessure, abîmant la pureté de ce lieu…

      Une femme vierge, c’était aussi la garantie d’être préservée de maladies MST. Alors que, dans d’autres sociétés, une femme ne pouvait trouver mari que si elle prouvait, par un enfant déjà, qu’elle n’est pas stérile…
      Une femme vierge, c’est une jeune fille, docile, naïve, obéissante, fraîche, etc. Pas une égale, mais une personne dominée, qui troque l’autorité parentale pour celle du mari : une éternelle inférieure…

      Mon « lapin » : tu es si doux, et si… rapide ! Comme l’éclair ! 😉

      • Jane Says:

        Oui, il y a aussi des hommes qui baisent en groupe, entre adultes consentants et devant les autres. Cela s’appelle des partouzes. Personnellement, cela ne m’excite pas. J’ai toujours eu des rapports sexuels avec des hommes que je désire et que j’ai choisi (et qui m’ont choisie). Et puis, il n’y a rien de plus excitant que quelqu’un qui se laisse désirer voire d’inaccessible, mais pas trop quand même.

        « Les animaux ne sont pas les bêtes que nous croyons ». Est-ce que les animaux sont capables de gérer leurs pulsions comme les hommes ? Heureusement que les hommes (enfin la plupart) ne sont pas comme les animaux. Enfin, il paraît qu’il existe des êtres mi-hommes et mi-cochons !

        Il y a certains poils que je n’aime pas. Je n’aime pas la barbe, la vraie, pas celle de deux ou trois jours et donc les hommes barbus. D’ailleurs, je me demande ce qu’ils cachent derrière elle ?

      • Jane Says:

        J’ai écouté la première partie d’une émission animée par Pascal Paoli qui m’énerve. Mais bon, elle m’a éclairée un peu :
        http://www.franceinter.fr/emission-3d-le-journal-l-agressivite-des-frustres-et-banlieues-2013

      • trex58 Says:

        Une partouze ? Quel intérêt ? Pour le sexe, rien n’est meilleur que de prendre son temps ; or j’imagine que, dans une partouze, on se sent un peu pressé… et je rappelle que les hommes, en général, n’ont qu’un coup à tirer… Autant prendre son temps et jouir des plaisirs des caresses, de la tendresse, avant.

        Les animaux gèrent-ils leurs pulsions ? Ben oui, il me semble. Eux-aussi ont des règles à respecter. Face au mâle dominant qui a un harem, le jeune mâle doit se débrouiller comme il peut pour séduire, discrètement !, l’une des femelles. Ca rend intelligent ! Je me souviens d’une description, chez des singes des hauts-plateaux africains (j’ai oublié leur nom), de la femelle qui montre l’avant de son corps de sorte que son seigneur et maître la voit, pendant qu’un jeune mâle s’occupe d’elle (par derrière, bien évidemment), caché par un rocher.

        Mi-homme, mi-cochon, il y a DSK, d’après le livre qui vient de sortir.

        Pourquoi un homme porte-t-il la barbe ? C’est pratique ! Pas de rasage ! Mais, bon, faut la laver soigneusement… et ça mange le visage, et ça camoufle plein de muscles pouvant donner des indications sur l’état mental de celui qui la porte. Ca isole, ça protège, ça montre bien la différence homme – femme sur le visage : pas d’ambiguïté. Et ça protège la peau : pratique pour le bûcheron ! Mais pas pratique pour la douceur des bisous… 😉

  3. Jane Says:

    Je suis d’accord, se raser est une corvée pour les femmes qui en ont déjà bien suffisamment. Et il est vrai que lorsque cela repousse, ça pique. Mais, je suis quand même pour un rafraîchissement de temps en temps. Dans le tableau « l’origine du monde », la toison de la femme est beaucoup trop étendue, je n’aime pas.
    D’ailleurs Tony, tu les aimes de quelle couleur « les lapins » ?
    Le lapin est aussi la mascotte de Playboy et son fondateur Hughes Hefner s’est marié avec un jeune lapin récemment

    • trex58 Says:

      Un « rafraîchissement » ? Hummmm Le poil se doit d’être et rester « sauvage » ! Il conserve certaines odeurs… alléchantes, malgré la douche quotidienne. Inconsciemment, nous sommes attirés par certaines odeurs, que ne remplaceront aucun parfum.

      Comment j’aime les « lapins » ? Blanche, jaune, noire, bleu, verte, qu’importe, si elle est douce, aimante, audacieuse, tendre, souriante, délurée, sait ce qu’elle veut, donne, prend, etc. Avec, bien sûr, une certaine harmonie et grâce, propre à chacune. Une femme, comme un homme, est un tout. Et un petit quelque chose particulier peut faire la différence… Et il faut savoir découvrir.

  4. Jane Says:

    J’y pense, cela ne doit pas être facile pour les hommes de s’épiler le sexe. Je me demande comment ils s’y prennent !

  5. Jane Says:

    Une comptine qui me vient à l’esprit :

    Mon petit lapin a bien du chagrin
    Il ne saute plus petit lapin
    Sautait si bien
    Saute saute
    Saute saute
    Saute saute
    Petit lapin

  6. encolie26 Says:

    Epilation : les gens qui pratiquent le naturisme utilisent des crèmes dépilatoires et sont très soigneux de leur toilette. Donc un homme imberbe, c’est surprenant mais j’ai bien aimé! la peau ne pique pas évidemment et on découvre le corps différemment, il y a moins d’odeurs puissantes.
    Sinon , je veux bien juste un homme comme il est …là tout de suite!
    ça agace les nerfs cette conversation ….

    • Jane Says:

      Oú est Tony ?

    • trex58 Says:

      Des « crèmes dépilatoires » ?! Quelle idée saugrenue… La Nature nous a fait poilus, restons-le. Et tant pis si, avec l’âge, la pilosité augmente et blanchit (entre les mamelons) : ainsi, je ressemble de plus en plus à un gorille chef de harem ! 🙂
      Oui, parlez de sexe, c’est comme regardez une source fraîche : ça donne soif !
      « Chercher Tony ! » ! Tony ne passe pas tout son temps devant son PC, car c’est mauvais pour sa santé. Ainsi, aujourd’hui, après un repas un peu arrosé, il s’est reposé, avant de se perdre dans la tourmente de neige glaciale et les files de touristes venus chercher la neige et trouvant le bordel automobilistique de Grenoble.
      Quant au rameur, je reprends mardi. Si non-Dieu me prête vie, bien sûr.

  7. Une femme libre Says:

    Vive la nature! Vive la vitalité! Vive le poil! Le temps passé à s’épiler est du temps perdu pour jouir. J’aime que les hommes soient poilus et j’aime que les hommes aiment les vraies femmes, celles qui ont du poil, pas les fillettes.

    Malgré ce qui précède, deux de mes trois filles s’épilent à qui mieux mieux, sexe compris et me disent même quand on en discute ou quand on regardait des photos de Woodstock dernièrement, avec des jeunes filles au naturel, que c’est d’une autre époque tout ce poil malpropre et qu’à force de l’enlever patiemment, il ne poussera plus et qu’il y en aura de moins en moins de génération en génération. Pour elles, ce sont des relents de la femme préhistorique et jamais elles ne se présenteraient nues devant un homme avec du poil pubien.

    • trex58 Says:

      « Le temps passé à s’épiler est du temps perdu pour jouir. » Ouiiiiiiiiiiiii !!!! 😉

      Ce « poil malpropre » ? Mais que cette mode fait du mal ! Comment peut-on considérer que, au naturel, on soit « malpropre » ? C’est avoir une représentation nuisible de soi ! une haine de soi constante, et la peur de ne pas pouvoir s’épiler, et le refus du sexe si on n’est pas épilée. Beurk.

      Je le répète : sur un corps d’Homme nu, les poils pubiens constituent une « cible », un ornement, un camouflage, un buisson à écarter pour trouver la source, etc.

      • Jane Says:

        Chez l’homme c’est peu probable que ce soit un camouflage !

      • trex58 Says:

        Ok. Ok.Mais, bon, je ne m’imagine pas tondu à cet endroit-là. Déjà que me raser la barbe, ça crée des soucis : boutons, poils incarnés, coupures, grains de beauté coupés, peau rendue plus fragile et sensible et nécessitant de la crème ; je ne veux pas les mêmes soucis ailleurs. Et ça m’amuse, parfois, de découvrir qu’un poil a le double de longueur des autres. Quant aux poux du pubis, l’espèce serait en voie de disparition. Je rappelle, pour ceux qui ne le savent pas, que les poux du pubis se sont différenciés des poux de tête lorsque l’Homme a commencé à s’habiller.

  8. Une femme libre Says:

    Misère, Jane, vous ne chantiez tout de même pas cette salace comptine à vos enfants? ;o)

  9. sarahduboudoir Says:

    Bien que je m’épile régulièrement, je comprends pleinement votre avis. Et surtout, je ne supporte pas les hommes épilés ! J’en ai bien eu un qui m’a habituée à la chose. Le désirant, j’ai accepté son choix de s’épiler, mais sous mon regard, il a fini par être moins regardant avec lui-même lui aussi. Ce qui importe justement, c’est que l’homme en face de moi n’ait pas de dégout pour des poils, car effectivement, ne pas accepter cette toison naturelle est un point inquiétant !

    • trex58 Says:

      Mais, pourquoi « avoir du dégoût » pour les poils ? Je ne comprends pas ça. Les poils sur le pubis, sous les aisselles, ou sur la tête : ce sont les mêmes ! De plus, entre le duvet de l’avant-bras d’une femme et les poils du pubis, il n’y a que la longueur des poils qui diffère : il y a en a autant au cm^2.
      Ce dégoût est nuisible. Comment peut-on détester quelque chose qui est naturel et innocent ? Détester ses poils, c’est se détester soi-même, c’est détester cette pousse régulière des poils, c’est donc détester la vie en soi. Ou c’est vouloir obéir à une idée, susurrée constamment par les publicité de crèmes épilatoires, d’épilation totale et définitive au laser, etc. C’est vouloir « plaire » aux hommes, qui ne le demandent pas.
      Les poils du pubis donnent un volume supplémentaire à cette partie du corps. Ils cachent des plis et replis intimes qu’il faut donc aller découvrir avec la main, puisque l’oeil ne le peut point. Il faut donc jouer l’explorateur, plutôt que l’observateur. Or, explorer, c’est jouer. Et rien de plus enfantin et amusant que d’entortiller quelques poils pubiens autour de son doigt, pour jouer. Et ce triangle pubien donne envie d’aller plus loin… 😉

  10. sarahduboudoir Says:

    Oui oui, je n’ai peut-être pas été très claire, mais je suis d’accord hein 😉

    • trex58 Says:

      Face à un commentaire, je n’arrive pas à simplement acquiescer. Il me faut toujours en rajouter et en dire plus long que l’intervenant ! 😉 Je me soigne (Psy tous les vendredis matin), mais je n’y arrive pas encore ! 😉

      Sinon, belles images sur « Suck my pics » (from : « Je jouis, donc je suis »), mais un peu trop de porno, quand même. Mes photos sont plus softs : http://www.tonyfcr.book.fr/galeries/lala-home/ . Je reviendrai ajouter un commentaire. Mais, là, après 19km de ski-de-fond, je vais aller me reposer !

      • sarahduboudoir Says:

        Oui, j’ai ouvert ce blog pour parler de porno justement ! Pouvoir écrire sur le cul, sans me poser de questions sur les personnes qui me liraient et les conséquences que cela pourrait avoir. Mais je me rends compte que je ne peux absolument pas dissocier mes différentes facettes. Alors je m’adonne à de plus en plus de sujets…. Et si je me laisse aller, je risque de finir par parler politique !

      • Jane Says:

        « Toujours en rajouter », c’est ce qui fait ton charme. C’est plaisant de te lire Tony !

      • trex58 Says:

        Mon « charme » ? ou ma folie ? Car, est-ce que je perdrais pas un peu mon temps à écrire ici ? lieu si virtuel et éphémère. La « vraie » écriture demande plus d’efforts, et de réflexion. Mais, bon, un jour peut-être… Là, je fais mes gammes, je m’amuse, et jouis d’agréables discussions.

      • trex58 Says:

        @ sarahduboudoir . Effectivement, il est difficile de dissocier ses différentes facettes. Ouvrir plusieurs blogs pour parler de différentes choses sur chacun ? mais où mettre la limite ?

        Quant à « parler politique », il y a des choses plus sérieuses à faire ! Les politiciens français ne font pas le boulot qu’ils devraient… Cette France devient une pétaudière. La preuve : mes deux enfants veulent foutre le camp… L’une, déjà à Singapour, parle de Londres ou Zurich. Et l’autre dit bien du mal de la France. Mais, bon, il faut avoir vécu à l’étranger pour comprendre les avantages et inconvénients de son pays.

        Sinon, un blog est un espace de liberté. Se « brider » et ne parler que d’un sujet, c’est peut-être bon si on veut faire un livre, mais pas pour un blog, me semble-t-il, à moins qu’on ne veuille en faire quelque chose de professionnel, donc coincé.

      • Jane Says:

        J’ai regardé les photos sur « Suck my picks ». Elles sont élégantes et excitantes. Cela me donne envie !

      • trex58 Says:

        Ha ha ha ! Beaucoup sont excitantes, certes. Mais beaucoup aussi ne sont pas « élégantes », car trop cru, trop pornographie de bas-étage. Mais, bon, il y a des perles, excitantes en effet, remuant nos désirs de corps jeunes, beaux, parfaits, faits pour le plaisir… rêves loin de la réalité, réalité plus triviale, beautés plus dans le geste, l’émotion, le don, que dans les courbes et la perfection des corps… Mais, bon, oui, ça remue la libido (qui n’attend que ça… ;)).

      • sarahduboudoir Says:

        Oui, c’est pourquoi Suck My pixel n’est pas mon préféré. Tout n’est pas bon à prendre.

  11. trex58 Says:

    @ sarahduboudoir . Le « porno ». Je ne me voile pas la face : j’ai consommé (et je pense que je consommerai encore) du porno. C’est moins bien que des rêveries érotiques… mais ça a l’avantage d’être plus efficace. Mais, bon, j’ai vu tant et tant de merdes pornographiques… Il est bien difficile de faire un petit film excitant sans qu’il soit nul à chier, prévisible, moche, voire même « vulgaire ». Par contre, il y a de bons acteurs, et de bonnes actrices. Car c’est un métier difficile. Un drôle de métier… Pour un homme, je crains qu’il y ait le risque de virer dans l’anorgasmie, à force de devoir assurer toute une prise sans… sans tomber dans la phase réfractaire trop vite, avant d’avoir fini de tourner la scène. Finalement, c’est un job plus facile pour une femme, non ?
    Mais c’est triste… C’est triste qu’il y ait un marché pour cela, mais c’est la preuve qu’il y a beaucoup d’hommes (essentiellement, non ?) qui ne sont pas satisfaits sexuellement. Mais, de la même façon qu’il vaut mieux qu’un homme en « misère sexuelle » se branle ou aille voir les putes, plutôt que de violer ses voisines, ou les filles des voisins, ou de harceler la femme de ses voisins, la pornographie contribue à permettre à des désirs insatisfaits naturellement de se « résoudre » sans ébranler la société. Une plus grande liberté des femmes (mariées) aurait une influence plus grande encore. Finalement, n’est-il pas plus sain, s’il y a une lassitude temporaire dans un couple, d’aller voir ailleurs, plutôt qu’il explose ? Mais notre culture judéo-chrétienne a dressé de solides barrières mentales…

  12. sarahduboudoir Says:

    Je n’ai pas autant de certitudes sur les différences genrées. Est-ce plus difficile pour un homme ou pour une femme d’exercer ce métier ? Je ne saurais dire, bien que j’entende l’argument ! En tout cas, cet énoncé est intéressant car disruptif. Il va à contre courant de cette idée que devenir actrice porno serait obligatoirement une souffrance, alors que ce n’est jamais envisagé pour les hommes qui font ce choix. En tout cas, il est certain que chaque fois je prends du recul face aux vidéos, et que je réfléchis à la réalité du tournage d’une scène, je trouve cela moins excitant. C’est pourquoi seuls les acteurs qui donnent l’impression d’être dans le vrai me donnent satisfaction. Pour le reste la mascarade est trop évidente.

    • trex58 Says:

      J’ai la même impression pour ces vidéos : seules celles où les « acteurs » jouent une partition crédible m’intéressent. Pour cela, il faut effectivement beaucoup de qualités pour les acteurs, homme ou femme. Mais, bon, ce genre de vidéo n’est utile que si l’on est en manque, non ?

      Pour quel sexe ce métier est-il le plus difficile ? Aucune idée… J’imagine que les hommes, au début, doivent s’y intéresser pour l’attrait de toucher de belles femmes, ou parce que leurs amies leur ont fait des compliments sur leur « organe » ou leur « endurance ». Sans doute… Mais, ensuite, on doit se lasser de devoir « assurer » le spectacle, car on ne bande pas à volonté. Quant aux femmes, elles doivent souvent se faire avoir par le réalisateur, qui leur promet une oeuvre érotique… comme dit l’avoir vécu Catherine Ringer, d’avoir fait cela (20 films porno) « sous influence ». Mais, bon, divers produits doivent faciliter l’intromission sans réelle excitation, non ? Ensuite, il suffit de simuler. D’ailleurs, dans le film « Möebius », de France simule d’une drôle de façon, bizarre ; peut-être sa façon particulière et personnelle de jouir ? ou simplement une interprétation pour le film (plus probablement) ?

      Mais, donc, j’imagine que les hommes qui « embrassent » ce métier le font avec plus d’enthousiasme, au début, que les femmes. Tandis que, avec le temps, les contraintes pour un homme (bander quand le réalisateur dit « Moteur ! ») doivent devenir plus pénible que celles d’une femme, qui est plus dans la simulation que dans l’action. Enfin, je ne sais pas bien… Des femmes ont écrit sur leurs expériences, mais on ne peut pas tout lire !

  13. pierre Says:

    bien sur il est surement plus facile de rester longtemps la bouche ouverte que le bras tendu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :