Osez le Clito !

« Osez le Clito » est une association, et une page Facebook. Et on y apprend des choses très intéressantes.
Ainsi, dans l’interview suivante d’Odile Buisson, sexologue, on voit une échographie d’un coït (à 4mn10) et une représentation en 3D de l’ensemble du clitoris (à 5mn12) et pas que le gland du clitoris. Plus intéressant, Mme Buisson nous informe que la France, une fois encore, est très en retard sur le reste du monde, plus même que l’Italie ou les USA, parce que c’est un sujet tabou et que, comme le clitoris ne sert pas à la reproduction, les hommes ne l’avaient pas étudié jusqu’à présent, alors que les hommes ont étudié en largeur et en profondeur tous les problèmes d’érection masculine. Pire encore, ce n’est que très récemment qu’é été réalisée une étude physiologique fondamentale du clitoris, qui a montré que tous les bouquins de médecine du monde entier étaient… faux. Enfin, s’il n’y a pas de point G, avec un organe particulier, la partie antérieure du vagin est innervée et enserrée par le clitoris ; donc, les mouvements de va-et-vient excite le clitoris, qui se gorge de sang.
Allez, aux T.P. maintenant ! 😉

Publicités

47 Réponses to “Osez le Clito !”

  1. Jane Says:

    Je veux bien faire le TP, mais je n’ai pas de binôme !

    • trex58 Says:

      C’est une mauvaise excuse ! Je pense qu’il y a plein de candidats potentiels autour de toi ! Il ne s’agit pas de trouver un compagnon pour la vie, mais de faire une expérience fondamentale de sexologie. Mme Buisson, elle, a su demandé et obtenir de l’aide de ses copines pour faire l’expérience ! 😉

  2. Jane Says:

    C’est parfois dangereux les expériences !

  3. Jane Says:

    Faut-il prendre le risque d’être prise ?

  4. Une femme libre Says:

    Ce qui est extra, c’est que les femmes sont toutes différentes et réagissent différemment. Elles ont toutes un clito, un vagin, et tout le reste de l’équipement ; mais leur façon d’arriver au plaisir varie considérablement. Je ne peux vous parler avec assurance que de moi, bien que mes amies m’aient confié pas mal d’éléments de leur vie sexuelle. Ainsi, la pénétration n’est pour moi qu’un agréable plus, mais je peux m’en passer aisément car je ne jouis pas comme ça. Un homme qui ne bande pas serait donc un partenaire fort adéquat pour moi. Je jouis principalement avec mes seins, et uniquement avec mes seins si je veux. S’ils ne sont pas stimulés, on peut bien me faire tout ce qu’on veut pendant un temps illimité, niet! Je suis très très simple finalement. Un fonctionnement archi-facile, héhé!

    • trex58 Says:

      « les femmes sont toutes différentes et réagissent différemment » : et comment vous voulez que nous, pauvres hommes, nous n’ayons pas envie de découvrir toute la diversité féminine ?! Pourquoi/Comment se limiter à une seule femme ? alors que l’on peut faire chanter tant de beaux instruments ! Oui, nous sommes juste des archers pour vos instruments à cordes sensibles !
      Et, pauvres de nous, hommes, notre jouissance est si… rustique, simple, limité, courte, avec une phase réfractaire en plus. Bref, je vous envie ! Alors que, à la première éjaculation adolescente, tout est dit, plus rien n’est à découvrir, sinon la répétition du même pendant le reste de notre vie, pour vous, c’est une longue découverte de votre corps et de ses possibilités orgasmiques, qui gagnent en beauté et puissance avec l’âge (et les partenaires ad-hoc !) ! Je vous envie ! 😉

      Pour rebondir, je me souviens avoir lu un article scientifique indiquant que la stimulation des seins, clitoris, et vagin, entraînait l’activation de 3 zones différentes du cerveau. Faut-il preuve plus évidente que les femmes sont faites pour l’amour ! (et pas pour faire la vaisselle…) D’ailleurs, si les femmes ont une pilosité réduite, une bouche qui rosit pendant l’oestrus, des seins ronds, et une belle croupe, c’est parce que les hommes ont, sur des centaines de milliers d’années, « sélectionné » les femmes qui les faisaient le plus bander !

      Jouir avec ses seins ? Il m’est arrivé, une fois, d’amener à l’extase une femme en lui caressant uniquement les seins. Elle en avait été fort surprise, d’ailleurs ! car, malgré son âge et des expériences en quantité, elle avait une vision étriquée de l’étendue de ses jouissances. Mais, quand même, cette jouissance par seins interposés lui avait semblé moins puissante que par la voie classique.

      Mais, pour revenir à vous, chère « Femme libre » du Québec, puisque la bandaison ne vous est d’aucune utilité, pourquoi ne pas prendre langue avec vos semblables : d’autres femmes ? Il y aurait là double plaisir : le vôtre, et celui que vous pourriez faire jaillir d’une autre paire de sein, sans parler du reste… 😉

      • Une femme libre Says:

        C’est un fantasme masculin, des femmes qui se font jouir entre elles ! Rien d’attirant pour moi dans cette image qui me laisse totalement froide.

        Aucune utilité un homme qui bande ? Je n’irais pas jusque là. C’est un plus, mais pas essentiel à mon bonheur. Il y a tout l’aspect inter-relié qui est intéressant et émotif probablement aussi. Et puis c’est très excitant de sentir un homme jouir en soi. Mais il y a tant d’autres facettes à la sexualité et il est vrai qu’en vieillissant, on les découvre. Les hommes aussi d’ailleurs ! Un homme plus âgé ne fait plus l’amour comme un jeune homme et c’est souvent apprécié de sa partenaire.

      • trex58 Says:

        Un fantasme ? Non. Il doit y avoir deux raisons : 1) quand on est hétéro, on a peut-être plus de facilités à admettre l’homosexualité chez le sexe opposé que pour son propre sexe ; 2) l’homosexualité masculine utilise (bon, pas toujours) des voies qui ne sont pas « naturelles » et qui nécessitent une « préparation » particulières puisque l’anus n’a jamais été conçu pour ça ; alors qu’il me semble que les femmes ont déjà suffisamment à s’occuper pour penser à explorer l’autre côté, non ?

        « c’est très excitant de sentir un homme jouir en soi » : c’est vrai que, en tant qu’homme hétéro, je ne pensais pas à ça comme ça. Pourtant, la réciproque est vraie : sentir sa partenaire jouir est aussi très excitant, en plus d’être comme une « récompense », comme l’aboutissement de tant d’attentions…

        Oui, l’âge venant, le désir obsédant du mâle de libérer la tension accumulée est moins puissant. On se concentre plus sur sa partenaire. Et puis, un peu triste d’avoir enfin compris que la jouissance masculine est limitée devant celles des femmes, en plus d’être « rustique », on s’intéresse plus à celle de sa partenaire.
        Et puis, plus âgé, les enfants sont grands, voire partis, on a souvent moins d’efforts à faire (ou on en a marre) au travail pour s’imposer et acquérir une position plus confortable et mieux rémunérée. Bref, on est moins stressé, et on a plus de temps. Et, après des années où la sieste « crapuleuse » était impossible sous peine de choquer les enfants ou de se faire surprendre, on est enfin libre de « le » faire quand on veut, comment on veut, et où on veut. Et alors, on prend son temps !!! Et on découvre qu’on est passé à côté de trésors. Et, alors, l’esprit adolescent d’explorateur et de chercheur de trésors revient ! pour explorer une caverne particulière… 😉

      • Une femme libre Says:

        Vous lirez « Béatrice-vous-aviez-l’embarras-du-choix-et-vous-avez-pourtant-pris-comme-conjoint…. » dans le blogue d’Ysengrimus. Une jeune femme fait l’éloge des amours avec un homme plus vieux. Intéressant.

      • Jane Says:

        Et que disent la majorité des hommes d’une femme qui cherche la diversité chez les hommes, et qui ne se limite donc pas à un seul homme : qu’elle est une « sale pute » !

      • trex58 Says:

        Notre société a été dominée pendant des centaines d’années par une pensée monothéiste et chrétienne qui n’autorisait aux femmes que 3 alternatives : enfant, épouse, prostituée. Et, bien sûr, épouse d’un seul homme.
        Cette majorité d’hommes constitue le coeur rétrograde de notre culture.

        Je dis : « Plus une femme est libre, plus elle est belle ». À recopier mille fois sur tous les murs de France. Même si, lorsqu’on en aime une et que ce n’est pas réciproque, c’est très douloureux…

        Il faut donc que se multiplient les livres ou films montrant une « héroïne » libre de ses choix, multipliant les conquêtes masculine parce qu’elle aime le sexe, tout en cherchant l’essentiel : l’amour, réciproque et équilibré. Il faut aussi que ce schéma machiste soit combattu dès l’école, en changeant les livres…

      • Jane Says:

        C’est bien lui qui a chanté « Sale pute » !

      • trex58 Says:

        Faudrait qu’il apprenne à chanter…

      • Jane Says:

        Le rap c’est son style. Je l’aime bien, même si « ce n’est pas de mon âge » dit mon entourage !

      • trex58 Says:

        Mouais… Mais, moi, je n’aime pas le rap. C’est du vol ! Un mec qui fait une « chanson » et qui ne chante pas ! 😉 Si, au moins, il faisait comme Picasso, qui faisait nombre de barbouillages rapides mais savait vraiment dessiner et peindre… Ou comme Gainsbourg…

  5. Jane Says:

    Cette nuit, étrangement, j’ai rêvé d’un va-et-vient mais pas celui dont on parle. Au paroxysme de l’orgasme, mon patron entrait dans la pièce où je me trouvais avec avec un homme. Il a bien failli tout gâché celui-là.

    • trex58 Says:

      Ah ! Quelle horreur ! Être interrompu en plein orgasme onirique par son boulot ! Et tu as songé à demander des heures’ sup ? 😉 Et la suite ? Ton patron a pris le relai ?

      Enfin, puisqu’un homme qui rêve qu’il arrive à l’orgasme mouille souvent ses draps, est-ce la même chose pour vous, mesdames, lorsque le rêve vous transporte et ne se différencie plus de la réalité ?

      (Ce billet devient vraiment très coquin… mais il faut bien faire avancer la science ! et divulguer au monde entier le secret de la déesse Athéna : la jouissance des femmes est incomparablement plus belle que celle des hommes (hélas pour moi…))

      • Jane Says:

        Je ne mouille pas, je me réveille en jouissant. C’est bon!

      • trex58 Says:

        🙂 Ah ! Ces femmes ! J’aurais aimé être une femme !

        Enfin… Faudra quand même que j’évalue la balance : orgasme, règles, grossesses, enfants, pouvoir sur les hommes, ménopause, etc. pour savoir si, pour ma prochaine réincarnation, je veux être une femme ou pas. Finalement, être une femme, c’est pas facile. Mais, en ce XXIème siècle, il me semble que les adolescentes auront plus de liberté et de pouvoir que leurs mères et grand-mère. Peu à peu, les femmes se libèrent de ce patriarcat qui nous a étouffés tous pendant des siècles.

  6. Jane Says:

    Non le patron n’a pas pris le relai, la partie érotique du rêve s’est arrêté là. Je n’ai gardé à l’esprit que cette scène, j’ai complètement oublié le reste.

    • trex58 Says:

      Ha ha ! Une mémoire très sélective ! Mais, bon, les rêves, c’est difficile de s’en souvenir. Moi, en me réveillant le matin, je ne me souviens d’aucun de mes rêves. D’abord parce que je me réveille naturellement, sans réveil, 6 jours sur 7. Ensuite parce que je dois avoir un sommeil profond ; et ceux qui ont des micro-réveils se souviennent mieux de leurs rêves que les autres.

  7. Jane Says:

    Je ne pense pas avoir de problème de sommeil. Mais je me souviens toujours des rêves érotiques, je jouis vraiment !
    « Sans réveil 6 jours sur 7 », pourquoi par 7 jours sur 7 ?

    • trex58 Says:

      Et bien ?! C’est formidable ! Plein d’endorphines pour commencer une journée en pleine forme ! Au fait, tu as quel âge ?

      Le vendredi matin, à 8h30, c’est psy !

      • Jane Says:

        Plus très fraîche ! Bientôt 50 ans.

      • trex58 Says:

        Plus très « fraîche » ? Tu es une sirène ? 😉
        En fait, tu es plus jeune que moi et « Une femme libre ». 5 ans au moins. On fait plein de choses en 5 ans !

  8. Jane Says:

    J’aimerais bien mais je ne suis qu’une grosse baleine !

    • trex58 Says:

      Le surpoids… je lutte aussi contre. Heureusement, la montagne n’est pas loin, et la marche en montagne consomme beaucoup de calories et finit par faire fondre le sur-poids. Mais que d’efforts sont nécessaires.

  9. Jane Says:

    J’ai écrit « grosse baleine », mais en réalité, je n’ai pas de problème de poids. Je suis plutôt légère !

    • trex58 Says:

      Ben alors ! Faut pas me lancer de fausses « informations » !
      Bon, et bien, c’est bien d’être légère ! C’est pratique pour danser, se balader, et faire plein de choses que la morale m’interdit de balancer ici… 😉

  10. encolie26 Says:

    Bon, revenons au sujet de départ : j’ai testé une nuit avec un homme qui ne bandait pas (pour cause d’effets secondaires de médicaments). UN expert en matière de jouissance féminine!! un an après je m’en rappelle encore. Il aurait pu donner des cours et la satisfaction de m’avoir propulsée au 7ème ciel le rendait parfaitement heureux. Pour lui aussi, les échanges de caresses rendaient la pénétration moins importante.
    Par contre Tony, je ne partage pas ton avis sur les zones érogènes des hommes. Tout n’est pas concentré sur l’organe érectile. Il faut apprendre à son compagnon à écouter sa peau, en cercles concentriques sur le bas ventre mais potentiellement ailleurs. Je crois que les hommes ne pensent pas que cela peut se passer sur d’autres parties du corps. Ils craignent aussi la perte de contrôle, l’aspect « féminin » du plaisir.
    Il y a un truc que je ne comprends pas : la plupart des hommes que j’ai rencontrés rêvent de pénétration annale (car l’étroitesse leur procure plus de plaisir, en dehors du coté tabou) mais ils honnissent l’homosexualité qui passe par les mêmes voies !
    Ils trouvent normal qu’une femme accède à leur demande ( sinon on est coincée ?!) mais ne se voient pas être dans la même position.

    • trex58 Says:

      Pénétrons-nous de cette question fondamentale, et profonde : « faut-il pénétrer, ou pas ? » 😉 . Hummmmmm Ben, dans l’exemple que tu fournis, le monsieur ne pouvait pas, donc il fallait bien qu’il s’occupe, non ? 😉 Je veux dire que, pour un homme, il me semble que, après des semaines, voire simplement des jours « sans », le désir de jouir devient… terrible, et l’envie d’aller « directement au but » l’emporte. Par contre, s’il pratique « régulièrement », le désir est là, sans que ce soit un manque. Alors, il peut prendre son temps, et explorer, et se laisser explorer. Le sexe, c’est comme déguster un bon repas : il faut prendre son temps. Si on meurt de faim, on se goinfre, beurk. Mais, pour se défaire du besoin de satisfaire rapidement son désir, il faut probablement du temps, le temps que s’émoussent certaines choses, le temps d’apprendre à prendre son temps… Ce qui fait que les femmes aiment bien, finalement, les hommes plus mûrs, non ? Alors, chacun fait comme il lui plaît ! 😉

      Le corps tout entier est « sensible ». Il faut juste savoir écouter ses sensations, et avoir un/une partenaire qui explore le corps de l’autre, qui ait envie d’explorer le corps de l’autre. Des effleurements sur mon dos me font vibrer, sans que cela ait rien à voir avec l’orgasme, mais certaines musiques peuvent me procurer (plus difficilement) les mêmes sensations délicieuses. Il faut juste que, dans son adolescence, on ait rencontré des partenaires qui prenaient leur temps et exploraient l’autre, tranquillement.

      Les hommes craignent « l’aspect féminin du plaisir » ? Hummmm Peut-être aussi que nous (les hommes) savons que nous n’aurons jamais le même plaisir que vous… Désolé, mais notre sexualité masculine est conçue pour remplir un unique rôle : disperser notre semence… et vite ! Ceux qui n’y arrivaient pas n’ont pas eu d’enfants pour échouer de la même façon ! 😉 Et, dans le passé de l’espèce humaine, en étudiant la forme et le fonctionnement de notre sexe, certains anthropologues ou primatologues voient une phase de « guerre du sperme », où il était fondamental de « délivrer » vite et bien sa semence pour ne pas se faire prendre ou se faire évincer par un autre mâle. Bref, en nous, il y a encore des instincts nous poussant à « régler notre affaire le plus vite possible ». Finalement, un éjaculateur précoce ne fait que déposer sa semence le plus vite possible pour ne pas se faire prendre par le mâle officiel ! Il y a des primates, constituées en harem, où les jeunes mâles sans harem viennent niquer les femelles du mâle dominant sous son nez, en se cachant, bien que ce dernier passe son temps (et son énergie) à les surveiller, et ils font ça vite et bien ! à la grande satisfaction de la femelle qui a marre de son mâle attitré qui est épuisé par toutes ses saillies et de constamment surveiller son harem.

      Est-ce que l’étroitesse de l’anus procure plus de plaisir aux hommes ? ou ne serait-ce pas plutôt qu’il leur assure plus sûrement d’arriver jusqu’au bout ? L’anorgasmie, chez l’homme (le mâle), ça existe aussi : l’impossibilité, par un rapport « normal », d’atteindre l’acmé. Alors, il faut bien trouver autre chose… ou attendre que le désir redevienne fort. Ou arrêter de prendre ces putains de médicaments pour baisser le cholestérol mais qui font surtout baisser la queue ! Là, je suis en phase avec l’actualité, sur les statines, qui sont le Mediator de 2013 : ça fait bien baisser le « mauvais » cholestérol, mais le cholestérol n’a rien à voir avec les AVC et les infarctus, mais ils vous niquent bien profond ! Reins, libido, cancers, diabète, douleurs, etc : la panoplie des effets secondaires est large, et très fréquente. Hommes de tous les pays, unissez-vous : refusez ces médicaments inutiles qui annihilent votre libido !

      Donc, pour revenir au sujet, je ne rêve pas de pénétration anale… Je n’y vois aucune poésie, aucune source « naturelle » de plaisir, et juste des soucis supplémentaires d’organisation pour se démerder. D’après ce que tu dis : « la plupart des hommes », je ne suis donc pas un mec « normal ». Ouf, ça me rassure.

      Mais ta question est intéressante. Et je te remercie de l’avoir posée. 😉
      D’abord, être homosexuel, ça n’implique pas forcément d’être sodomite. Deux hommes peuvent s’aimer sans s’enculer. Il y a d’autres façons de se faire plaisir. Et les grecs (anciens) faisaient très probablement ainsi (se soulager entre les cuisses de l’autre. Enfin, l’homme plus âgé entre les cuisses de celui qu’il initiait, mais sans l’aimer (quelle honte, à l’époque)).
      Donc, d’après ce que j’ai dit ci-dessus, je suis dans l’incapacité de te répondre… Je ne honnis pas l’homosexualité masculine (on fait ce qu’on veut entre adultes consentants), mais ça ne me fait pas envie (j’ai passé trop de temps à reluquer des seins sur Lui et PlayBoy quand j’étais ado…).
      Mais, j’ai une réponse partielle : ils ne veulent pas être sodomisés, mais ils veulent bien sodomiser ! Pas pareil… 😉 Mais, bon, n’étant pas sexologue ni pratiquant la chose, je me sens incapable d’apporter une réponse à ta question.

      • Jane Says:

        « L’homosexuel » pourrait très bien se soulager entre les jambes d’une femme et/ou la sodomiser. Pourquoi lui faut-il un homme ?
        On a peu parlé des homosexuelles. Mais j’avoue que même si cela m’excite de regarder des femmes se caresser, je n’ai aucune envie de lécher une chatte !

      • trex58 Says:

        Pourquoi un homme désire parfois un autre homme ? Je n’en ai aucune idée, car je n’ai pas cette pulsion. Ce qui ne veut pas dire que je considère l’homosexualité masculine comme « mauvaise ». Entre adultes consentants, on fait ce qu’on veut. Mais regarder le corps d’un autre homme, imaginer le toucher et voir grandir son désir, cela ne me trouble pas. Question d’expériences passées, de culture, etc. Je trouve le corps d’une femme attirant, excitant, mais pas celui des hommes. Donc, je me sens incapable de répondre à ta question.

  11. Jane Says:

    Peu importe la façon d’arriver à l’orgasme, l’essentiel est de passer un bon moment, non ! Et puis il faut découvrir et oser les expériences. J’aimerais bien voir un homme perdre le contrôle en le caressant, je pense que cela m’exciterait.

    • trex58 Says:

      Tu as (presque) tout dit ! Passer un bon moment !
      Mais, aussi, faire l’amour est un acte puissant pour faire la nique à la mort, et l’oublier, et oublier tous nos soucis. C’est aussi une intimité puissante entre deux personnes, un partage, un don de soi lorsqu’on pense d’abord au plaisir de l’autre avant le sien. Enfin… je le croyais… car une certaine personne avait bien vite oublié tous les bienfaits que je lui avais procurés, alors que je lui avais ouvert des perspectives personnelles qu’elle ignorait et que ses précédents amants et compagnons n’avaient jamais su lui faire découvrir…

      « Il faut découvrir et oser les expériences ». Tout à fait. Si les deux ont envie… ce qui est difficile à savoir… car, devant un homme qui a envie d’essayer enfin la sodomie, sa maîtresse risque bien de ne pas dire non pour ne pas le fâcher, alors que ça ne lui fait pas du tout envie…

      « un homme qui perd le contrôle en le caressant »… Hummm, tu en attires un, tu l’attaches, et tu le caresses jusqu’à ce qu’il perde le contrôle. Hummm c’est interdit par la loi… Bon, tu peux essayer de le caresser pendant son sommeil, non ?

      • Jane Says:

        « Une certaine personne », tu veux dire une femme puisque tu n’es pas homosexuel ! La rencontre d’un explorateur hors pair reste inoubliable, j’en suis certaine.

        Pour connaître les désirs de l’autre, il suffit de demander, non ! Parfois, on peut-être en décalage sur de nouvelles explorations. Peut-être qu’il faut être patient et attendre le moment propice en espérant que ces envies naissent chez l’autre.

        Ce qui me plait chez toi, c’est que tu parles librement de tous les sujets avec beaucoup d’humour !

        Est-ce un de tes fantasmes d’être attaché par une femme qui te caresserait le corps jusqu’à en perdre la tête ?

      • trex58 Says:

        Une femme, oui. Bien sûr.
        « Explorateur hors-pair » ? Non, tout simplement aimant (à l’époque. Depuis, un Tsunami a passé et a tout dévasté, ne laissant que ruines et mares d’eaux croupissantes… d’où commencent à repousser une jungle pour le moment rase mais qui grandit 😉 ).

        « Explorer » ? Hummmm Juste laisser courir ses mains et ses lèvres, et voir ce qu’il en résulte, ça suffit.

        « Beaucoup d’humour  » ? L’humour ne vient qu’après avoir beaucoup pleuré. Il y a un moment où, face au désespoir, il ne reste que l’humour, qui nous sauve. Mais merci pour le compliment ! Car, jusqu’à il n’y a pas si longtemps, mon humour était… presque inexistant. L’humour vient après un certain détachement et lâcher-prise, un regard amusé sur les horreurs et bêtises passées, une vue décalée, un regard distant de celui qui comprend beaucoup plus qu’avant et s’en amuse.

        Non, non, je n’ai pas de fantasme d’être attaché. Ce n’est pas « naturel ». Mais, par contre, on peut laisser faire l’autre, tranquillement… Ne plus être « actif », mais « passif ». Un certain moment…

      • Jane Says:

        Je viens de lire des commentaires sur une émission sur l’étude sociologique de la pornographie et de nombreuses personnes n’écrivent pas le mot « fantasme » commençant par la lettre « f » mais par les lettres « ph » : « phantasme ». Je ne l’aime pas écrit comme cela et je me demande quelle orthographe est la plus juste !

      • trex58 Says:

        Apparemment, les deux sont valides. Phantasme est la forme initiale, mais je ne l’emploie pas non plus.

        Mais chacune permet de jouer différemment…
        fantasme, comme fantastique.
        phantasme, comme phasme.
        😉

  12. Jane Says:

    Moi aussi j’ai surmonté un grand désespoir et je ne veux plus jamais revivre cela. Trop douloureux !

    • trex58 Says:

      Hummmmm Je veux bien revivre 3 mois d’enfer si je revis 4 mois de paradis… 😉 S’enthousiasmer, c’est le nerf de la vie. Vouloir éviter les souffrances possibles suite à une rencontre, c’est ne pas vraiment vivre, c’est manquer les plaisirs et bonheurs possibles.

  13. Jane Says:

    J’aime beaucoup cette chanson

  14. trex58 Says:

    {Refrain:}
    Mes lèvres sont mortes d’ivresse
    Embrasées dans un tourbillon
    Carillonnant plein de promesses
    En confettis et cotillons

    Alors que tout autour de moi
    Semblait vibrer, tourbillonner
    Dans des éclats de rire gras
    Mes lèvres se sont desséchées
    Je les avais brûlées pour toi
    Fardées de rouge et puis d’étoiles
    Amassées, cachées sous mon voile
    A l’aube, en te croyant mon roi
    Mes lèvres sont mortes à minuit

    {au Refrain}

    Bien sûr tu m’avais prévenu
    Venant auprès de moi que toi
    Tu ne te mettrais pas à nu
    Que tu venais par désarroi
    Mais tes mains tu me les tendais
    Tes mains trop grandes et tes doigts d’or
    Je les ai laissées me serrer
    Ils sont à la taille de mon corps
    Mes lèvres sont mortes à minuit

    {au Refrain}

    Pendant ta nuit tu m’as couchée
    C’est à ma bouche que tu pressais
    Ta tète lourde et ta douleur
    J’étais ton ange, ta douceur
    Veilleuse de nuit j’ai posé
    Mes doigts sur tes yeux enfoncés
    Car je les sentais exploser
    Tes yeux au creux de ta pensée
    Mes lèvres sont mortes à minuit

    {au Refrain}

    Ton ange dans ce tourbillon
    Rêvait quand ses lèvres ont pris feu
    Elles brûlaient pour le réveillon
    Dans une brèche de tes yeux
    Mes lèvres sont mortes à minuit
    Au premier son du carillon
    Dont les douze coups m’ont réduite
    En une pluie de cotillons
    Mes lèvres sont mortes à minuit {x3}

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :