Archive for février 2013

La « vraie » vie

2013/02/27

La « vraie » vie n’est pas devant un PC !
Elle n’est pas non plus derrière… j’ai essayé. 😉
Mais, alors, où est la « vraie » vie ?

Publicités

Une honte !

2013/02/27

Tout est parti pour moi d’articles dans la presse indiquant qu’une équipe mixte (CRA du CHRU de Brest et CNRS de Marseille) avait découvert l’effet positif d’un diurétique sur l’autisme infantile (en deux mots, un excès de chlore dans les cellules neuronales inverse l’action calmante d’une molécule GABA très importante, ce qui empêche le cerveau immature de « mûrir » normalement. J’avais déjà lu un papier sur l’inversion du rôle du GABA, mais c’était pour l’épilepsie, dans un numéro très récent de « Cerveau & Psycho ». Le traitement ne traite probablement pas la cause profonde des TED, mais il améliore beaucoup le fonctionnement psychique de 3 enfants autistes sur 4, leur permettant de progresser bien plus rapidement dans l’apprentissage des compétences).

Je viens maintenant de découvrir que ce médecin de Brest, Dr Lemonnier, chef d’un CRA (Centre de Ressources sur l’Autisme) vient d’être « muté » car son action déplaît à ses chefs et collègues, dont il bouscule le petit monde tranquille des (mauvaises) habitudes inefficaces pour améliorer l’état des enfants autistes qui leur sont confiés.

Encore une fois, quelqu’un OSE ne pas penser comme les autres. Et, malgré des résultats positifs et probants parfaitement ressentis et appréciés par les parents des enfants, les pontifs en place, au lieu d’analyser les raisons de son succès et d’élargir cette pratique, n’ont qu’une idée : étouffer son action et perpétuer leurs pratiques ronronnantes et inefficaces. La France est ainsi : trop de gens à des postes de responsabilités choisissent de continuer sur une voie de garage au lieu de changer. Le changement, une fois prouvée et comprise son efficacité, est un bouleversement des idées et des pratiques, certes ; mais c’est indispensable ! La vie et la science sont en continuel évolution. Stagner, c’est régresser.

http://blogmaxence.canalblog.com/archives/2012/09/03/25019597.html

Je donne ci-dessous des liens vers :
– l’entité du CNRS à Marseille qui a démontré le principe et fait une première expérience avec un expert de l’autisme à Brest, avec des explications très claires je trouve.
– des liens vers des revues (Le Monde, Le Point, L’Express).
– et un lien vers la page de la start-up qui a été créée et qui va faire un essai plus large courant 2013 pour que leur molécule soit approuvée.

http://www.inmed.univ-mrs.fr/index.php?page=13&id=79
http://www.neurochlore.fr/essai-autism/
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/12/11/un-diuretique-pour-lutter-contre-l-autisme_1804602_1650684.html
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/un-medicament-diuretique-contre-l-autisme-11-12-2012-1556232_57.php
http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/autisme-un-diuretique-pourrait-attenuer-les-troubles_1197528.html
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/12/13/un-diuretique-reduit-l-isolement-des-autistes_1806217_1650684.html
http://www.vaincrelautisme.org/content/la-maturation-cerebrale-en-question
http://www.activism.com/fr_FR/petition/petition-pour-le-maintien-et-la-liberte-d-exercer-du-dr-eric-lemonnier/16127

Voici une description des pressions dont il est victime :
– par ses confrères d’orientation psychanalytique, à qui il prend toute la clientèle
– par le CHU de Brest (le CRA dépend du CHU), qui sont contre la scolarisation et pour une admission en hôpital psychiatrique de jour
– par l’Agence régionale Santé (ARS) de Bretagne, dont l’un des dirigeants lui a dit « avec vous aux commandes, vous provoquez la faillite des assocs gestionnaires d’établissements ». car il oriente ses patients en école et pas en établissement spécialisé

Ses études sur le burinex ont été mises en danger par ses confrères, qui ont tout fait pour que ses résultats soient mauvais (intervertir les échantillons par exemple…)

Tous les parents bretons l’adorent et ne veulent pas le perdre, car il sauve leurs enfants. Depuis septembre ils se sont battus pour qu’il soit maintenu à son poste au CRA.

Grâce à leur combat, ils ont réussi à obtenir de l’ARS et du CHU un audit. Mais ceux-ci ont continué leurs pressions et maintenant, le docteur est mis au placard, n’a plus de contact avec les 90 familles qu’il suit, Depuis le 18 février, il n’a plus d’ordinateur, de secrétariat, de collaborateurs, d’agenda électronique,de bureau.

Stéphane Hessel et les femmes

2013/02/27

Stéphane Hessel vient de mourir, à 95 ans. Personnellement, je ne l’ai découvert que récemment par l’entremise de son pamphlet « Indignez-vous ! » qui m’avait fortement déplu et que je ne suis même pas arrivé à terminer, tellement les idées qui y sont exprimées me semblaient moisies et basées sur des concepts dépassés issus des années de la seconde Guerre Mondiale : en presque 70 ans, le monde et notre façon de voir le monde ont radicalement changé et il est absurde de vouloir reprendre les idées de cette époque sans les avoir repensées et reformulées. Sa vie, décrite par Wikipedia, est un roman d’aventures, avec du « bon » et du « mauvais ». Il est intéressant de découvrir que sa mère Helen est le modèle de l’héroïne anticonformiste Kathe du film « Jules et Jim » de Truffaut, tiré du roman autobiographique d’Henri-Pierre Roché (Jim) avec le père de Stéphane dans le rôle de Jules, et que lui-même a eu une liaison de 30 ans en parallèle à son mariage avec sa première épouse Vitia : « Je pense que la façon de partager son amour entre plusieurs femmes est quelque chose qui m’est devenu naturel du fait même de la façon dont s’est développée la vie de ma mère. […] Elle a compris que deux hommes pouvaient aimer la même femme, et que cette femme pouvait avoir une relation forte avec l’un comme avec l’autre. C’est ce que Truffaut a repris dans ce film qui, d’ailleurs, vient de l’aventure même de mes parents, Jules et Jim. » Bref, vivre en couple non-exclusif, en trio, est un concept qui peut marcher à condition qu’il y ait soit une personnalité exceptionnelle soit des exemples passés et proches pour le rendre compréhensible et vivable, tout en tenant étouffés la jalousie et le sentiment de possession de l’autre. Mais notre culture judéo-chrétienne rend une telle approche bien difficile : on ne se libère pas facilement d’un modèle obligatoire : le couple, imposé officiellement par la société pendant des siècles. Et puis, ça ne doit pas être simple de vivre à trois… j’imagine. Mais, bon, entre le couple judéo-chrétien et les femmes sans mari des Naxi de Chine, il y a plein de formules possibles qui marchent ; reste à savoir quelles conséquences cela a sur chacun des deux sexes. Les femmes ayant suffisamment souffert pendant des millénaires, il serait temps de faire légèrement basculer l’aiguille de la balance (de Roberval) de l’autre côté.

Santé publique

2013/02/26

Ma conviction est faite. Au lieu d’avoir des médecins faisant des ordonnances de médicaments pour soigner nos maux d’humains sortis de l’état de Nature, il vaudrait mieux une obligation à … faire du sport, en salle et dans la Nature. Plutôt qu’ingurgiter des pilules aux effets secondaires souvent/parfois délétères, voire mortels, il faut se bouger le cul et retrouver l’équilibre que nous avons perdu. Si les études ont constaté que les Français, bien qu’ayant autant de cholestérol que les américains, ont moins de maladies cardio-vasculaires, c’est probablement que l’introduction de la voiture pour tout le monde et du chauffage et de la climatisation sont venus plus tard en France. Prendre son vélo, ou marcher, ça fait du bien. Or, aux USA, ceux qui marchent, ce sont uniquement les pauvres. N’avoir que 18° chez soi ou marcher un bon moment dehors l’hiver, ou n’utiliser une climatisation que lorsque les températures sont vraiment trop fortes, ça pousse le corps à consommer de l’énergie pour chauffer son corps ou le refroidir. Notre corps ne se maintient en bon état que s’il est constamment forcé à s’adapter à son environnement et que si on le fait bouger. Alors, plutôt que contrôler la tension et le taux de cholestérol, les médecins devraient surtout contrôler les résultats au « test à l’effort » et, si le patient a un coeur qui ne suit pas, vérifier qu’il fait suffisamment d’exercice. Et, au lieu de prescrire des médicaments, les médecins feraient mieux d’imposer des abonnement en salles de gym, d’acheter des vélos et des skis, ou des chaussures de marche, et d’aller dehors au lieu de rester devant la télé ou son PC. Mais, pour cela, il faudrait aussi que les entreprises soient interdites d’imposer plus de 8 heures de travail par jour. Et, bien sûr, aucun laboratoire pharmaceutique ne paiera pour faire une étude comparant médicaments et sports… Pour ceux qui ne le savent pas, parmi les cadres, il y a des statuts d’esclaves : annuel jours : un nombre de jours à travailler par an, sans limites d’heures par jour, par semaine, par mois, ou par an, et sans possibilité contractuelle de récupération des heures supplémentaires, et donc grande difficulté à évacuer le stress par le sport ou à entretenir son corps : la mort, ou le burn-out assuré.
Quant à moi, après 19km hier en ski de fond (avec des SRN, Ski de Randonnée Nordique) sans chute, et 11km de rameur aujourd’hui (2,25mn par 500m, et pouls maintenu en-dessous de 140ppm max), et avec le désir d’essayer de monter le plus souvent possible à pied les 8 étages de mon immeuble, j’ai décidé de me remettre en forme et de vaincre ma paresse hivernale qui me tenait de plus en plus souvent au chaud, bien confortablement installé sur mon canapé ou devant cet écran. Marcher en montagne à la belle saison ne suffit pas. Il faut aussi bouger l’hiver.

Neige et froid

2013/02/24

Le vent remue la neige, mais il ne tombe pas grand chose dehors. Le soleil se fait sentir, derrière une légère brume. En montagne, il doit faire assez beau, mais probablement avec un satané vent. Je me sens mieux ici, au chaud. Je suis quand même allé faire un tour du parc. Pas grand monde dehors. Quelques mémés qui sortent Mirza, un père qui fait du vélo avec ses deux adolescents, fille et garçon, une mère qui joue aux boules de neige avec ses deux enfants, et un jogger, tout de noir vêtu, qui passe et repasse près de moi, qui marche, vite, dans les quelques centimètres de neige soufflée par le vent. Il y aussi quelques oiseaux qui chantent (je me demande pourquoi). J’attrape un peu de neige dans mes gants et forme une boule-de-neige, que je lance contre un mur : zut ! loupé. Tout ceci me rappelle des hivers d’enfance. Dans le jardin, sous Montaudoux, avec la cabane et son vieux poêle aux vitres de mica. Dans le deuxième jardin, à Chambussières, avec le froid intense mais très supportable sans vent, et la neige qui recouvre les champs. Lointains souvenirs… avec mon père, chasseur. L’hiver, avant, on passait plus de temps dehors. Je n’aime plus l’hiver. Je suis rentré réfrigéré. Allez, un chocolat, vite ! 🙂

Un interviewé qui se rebiffe !

2013/02/24

Monsieur de Lorgeril s’est rebiffé lors de son interview au « Magazine de la Santé ». Et les interviewers ne sont pas contents, pas contents du tout que l’invité prenne la direction des opérations…
Il faudra bien que je lise ces rapports un de ces jours…
Sinon, attendons quelques temps pour voir si un nouveau scandale de l’industrie pharmaceutique va éclater ou pas concernant le Crestor.
Et j’en profite pour passer une annonce : j’ai une boîte à peine entamée de Crestor 5mg à fourguer. Si quelqu’un veut essayer, pas de problème. Et c’est vraiment efficace ! Mon taux de cholestérol avait bien baissé ! comme mon moral et ma libido aussi d’ailleurs… 😉

Ca rame pour moi !

2013/02/22

10 km de rameur ce midi, à 4 sur 10. Bon sang, c’est vraiment le sport qui sollicite le plus de muscles… Plus d’une demi-heure passée allongé en début d’après-midi pour récupérer. Et, ce soir, alors qu’il n’est même pas minuit, je tombe de fatigue… Bon, c’est pour la bonne cause… c’est pour : mon dos, mon tour de taille, et… mon sexe-à-pile ! 😉

Sexe et lapin

2013/02/22

Le nouveau numéro de « Philosophie Magazine » arbore un magnifique et mignon lapin. Parce que le dossier concerne … le sexe. Ils ont dû s’inspirer de la récente discussion ici-même… 😉
Par contre, aucune explication sur « Pourquoi un lapin ?! ». Oui, il y a plein d’expressions coquines avec les lapins, comme « un chaud lapin » ! mais qu’a donc à voir les lapins avec le sexe ? Le coït chez les lapins, c’est : 3 secondes ! Pas de quoi rêver ! Sinon pour les éjaculateurs précoces qui dégorgent dans leur slip avant même de l’enlever… Bon, plus vite c’est fait, moins il y a de risques de se faire attraper par un renard… Bon, un lapin, c’est doux, c’est mignon, mais ça donne pas vraiment envie de se réincarner en lapin, pas du tout. Alors, pourquoi le lapin a-t-il une telle réputation ? Ben, tout simplement parce que, avant, il y a fort longtemps, au Moyen Âge, quand on parlait de lapin… on ne disait pas « lapin ». C’est une histoire comparable à celle du « renard ». Souvenez-vous ! Rappelez-vous le texte : « Le roman de Renard ». Renard était le nom d’un… goupil. Au Moyen-Âge, on disait « goupil » jusqu’à ce que le « roman de renard » fasse disparaître l’usage du mot goupil. Quant au lapin… cela vient de « lapereau », le petit du lièvre et de la hase. Mais pourquoi ? Pourquoi ? Parce que… au Moyen-Âge, les « lapins » s’appellent des « conils », du latin « cuniculus ». Or, à la même époque, le sexe de la femme se dit … « conil », du latin « cunnus » (d’où cunnilingus). Pas la peine d’expliquer tous les jeux de mots obscènes qui on fleuri à cette époque ! D’où la nécessité de nommer les conils par un autre nom, dérivé du lièvre.
Donc, montrer un « lapin » en première de couverture, c’est obscène !
Donc, un sexe de femme, c’est … poilu, comme un lapin !!! Je déteste cette mode immonde qui impose aux femmes de se tondre le pubis. Quelle horreur ! C’est si beau une femme « au naturel ». Chez les singes, poilus, les zones sexuelles de la femelle sont marquées par… l’absence de poils. Donc, chez l’humain, nu, ça doit être l’inverse !! Sinon… Sinon ? Sinon, il n’y a que les jeunes filles impubères et les femmes très âgées qui n’ont pas de poil sur le pubis. Comme le rasage intégral vient très probablement des hommes, ce n’est sûrement pas l’envie de contempler une femme âgée qui travaillait ces hommes, mais plutôt l’envie d’avoir une jeune fille, vierge, innocente, ignare en sexualité, au service sexuel de l’homme. Beurk ! Femmes ! Refusez la tonsure !

Plutôt que se soigner, ne pas tomber malade !

2013/02/20

Deux vidéos à voir sur le site du médecin cardiologue que mon propre médecin généraliste voudrait (presque) voir pendu, puisqu’il dit beaucoup de mal du médicament qu’il m’a prescrit (une statine). 2 fois 15 minutes intéressantes, qui rappellent des choses qu’on connaît déjà un peu mais qu’on oublie trop facilement.
Prévenir l’AVC et l’infarctus, par le Dr de Lorgeril.

Osez le Clito !

2013/02/12

« Osez le Clito » est une association, et une page Facebook. Et on y apprend des choses très intéressantes.
Ainsi, dans l’interview suivante d’Odile Buisson, sexologue, on voit une échographie d’un coït (à 4mn10) et une représentation en 3D de l’ensemble du clitoris (à 5mn12) et pas que le gland du clitoris. Plus intéressant, Mme Buisson nous informe que la France, une fois encore, est très en retard sur le reste du monde, plus même que l’Italie ou les USA, parce que c’est un sujet tabou et que, comme le clitoris ne sert pas à la reproduction, les hommes ne l’avaient pas étudié jusqu’à présent, alors que les hommes ont étudié en largeur et en profondeur tous les problèmes d’érection masculine. Pire encore, ce n’est que très récemment qu’é été réalisée une étude physiologique fondamentale du clitoris, qui a montré que tous les bouquins de médecine du monde entier étaient… faux. Enfin, s’il n’y a pas de point G, avec un organe particulier, la partie antérieure du vagin est innervée et enserrée par le clitoris ; donc, les mouvements de va-et-vient excite le clitoris, qui se gorge de sang.
Allez, aux T.P. maintenant ! 😉