Soyons sérieux

Soyons un peu sérieux. Voyons :
– ma fille (à Singapour) va mieux, a trouvé un job, part en vacances en Malaisie bientôt. Mais, si son ami ne trouve pas le job dont il a envie sur place, ils risquent fort de revenir en Europe : Paris, Londres ou Zurich. Pas stable encore, tout ça. C’est pas demain la veille que je serai grand-père ! 😉 Mais cette « maladie » nous a rapprochés : elle a eu le besoin de mon aide, que je lui ai donnée, et nous avons parlé, plusieurs fois, de sujets graves. Notre relation s’apaise. Elle grandit aussi et, grâce à ces 10 mois de vacances, elle a probablement eu le temps de penser, et de se calmer. Et puis, le soleil, c’est bon pour le moral ! (avec l’air de la chanson, s’il vous plaît !).
– mon fils a une nouvelle amie depuis presque une an, vit écartelé entre Valence et Paris, et gagne fort bien sa vie d’alternant, se payant vacances, bons vins, etc. Mais je ne le vois plus guère… et notre relation est toujours… distante, parfois tendue. Il ne parle pas. Pas à moi en tout cas, et pas de sujets graves, qu’il doit garder en lui, sans personne sans doute à qui les confier. Il se sent fort, adulte, autonome (même s’il prend toujours les 300€ que j’ai la faiblesse de lui verser encore !), et indépendant. Alors qu’il n’a pas vraiment encore vécu… même s’il a vécu bien plus que d’autres. Là, j’attends désespérément qu’il me dise ce qu’il voudra manger le WE prochain ! avant qu’il n’aille avec sa dulcinée faire du ski en Savoie. Je connaissais bien sa précédente amie (5 ans !), et nous sommes restés amis. Alors que, pour son amie et l’ami de ma fille, je les connais bien peu, vraiment bien peu… Difficile alors de créer un vrai lien. On verra bien.
– pas de Noël en famille chez moi cette année… mais je n’en souffre pas trop car ça ne se passe pas comme l’an passé chez ma connasse de belle-soeur !! 😉
– ma mère est en maison de retraite depuis 15 jours et, à part avoir mordu une autre résidente, ça va. La morsure, m’a expliqué le médecin, c’est à cause de l’angoisse créée par la perte de repères. Et dire que je lui cherche une autre maison de retraite près de chez moi, maintenant que, dans l’urgence, elle vit dans de « bonnes » conditions… Enfin, si on peut dire… Une mémoire de poisson rouge, me reconnaître une fois sur deux, croire que ses parents sont encore vivants, etc. Mais, là où elle est, elle mange enfin correctement, ouf.
– mon amie m’aime, beaucoup. C’est formidable. Pour elle. Car, hélas, mes sentiments ne sont pas à la hauteur des siens. Ce n’est pas forcément elle, la cause, je pense. Je pense que, suite à la rupture de mon amie d’il y a maintenant 1 an et demi (mon non-Dieu ! comme le temps passe vite !), y’a comme un ressort qui s’est cassé (ou distendu seulement, je préfèrerais !) en moi : un manque d’enthousiasme, une acceptation tranquille d’un bonheur tranquille. Ca reviendra peut-être. Peut-être que le temps me verra guérir et grandir mes sentiments. Je ne sais pas. Je me sens très « épicurien » (au sens propre) : être bien avec quelqu’un mais sans tomber dans la passion. Cette relation peut durer longtemps, voire jusqu’à la fin, ou pas. Je n’en sais rien. Je n’ai pas envie de savoir. Juste envie d’apprécier cette situation, qui me fait du bien et me rend finalement très heureux, je dois bien l’avouer. Bon, la pauvre, plusieurs événements m’ont troublé et ont freiné, voire stoppé au mauvais moment, la croissance de mes sentiments pour elle, préoccupé par de vrais soucis : la « maladie » de ma fille, et la mise en maison de retraite urgente de ma mère (s’accompagnant d’un remuage profond de mes souvenirs d’enfance et d’adolescence, et du passé de mes parents, grâce à tous ces documents et lettres que j’ai rassemblés et sauvés de chez elle). Et puis, l’automne, puis l’hiver, d’habitude ça me rend un peu mélancolique. Moins cette année. Alors, voyons voir. Il y a juste la distance qui m’ennuie… 170km, 1h40 de route, aller, ça ne simplifie pas les choses. Il y a d’autres choses, bien sûr : entre les rêves passés et la réalité, il faut du temps peut-être pour accepter ? Accepter qu’on n’a plus 20 ans, plus 30 ans, plus 40 ans, et qu’on sera bientôt plus près des 60 que des 50.
– la photo. J’ai des hauts et des bas avec la photo. Après l’enthousiasme des séances-photos et de la chasse photographique, avec de beaux résultats, succèdent des moments de doute, quand je me rends compte que la photo n’est plus ce qu’elle était. Je veux dire que, avec le numérique et le fait que TOUT LE MONDE prend des photos, il est bien difficile de se distinguer, car il y a PLEIN de gens qui font de très belles photos. Et puis, la noblesse de cet art s’est un peu évaporé : fixer des images sur négatifs, développer les négatifs, tirer les négatifs : tout ça, c’était très artisanal : une photo sur papier était unique, car il fallait beaucoup de temps pour trouver les bons réglages, faire les opérations de masquage pour sur- ou sous- exposer des zones d’une photo et produire une « image » qu’on aime, et ça coûtait de l’argent et réduisait drastiquement le nombre de candidats photographe-artiste. Aujourd’hui, avec les bons outils, il faut 5 minutes au maximum pour produire une belle image JPEG… et, une fois les modifications apportées, on peut tirer l’image en milliers d’exemplaires imprimés. L’argent, contenu dans les négatifs et les papiers photo, manque aux photos numériques pour leur donner de la noblesse. Mais, bon, on peut ainsi faire comme le professionnel d’antan : multiplier les photos (sans mitrailler !) et choisir LA photo qui sort du lot. Ainsi, je m’aiguise la vue bien plus rapidement qu’en argentique, et pour moins cher ! Alors, un jour, peut-être que je reviendrai à l’argentique ?! Pas sûr… car, d’un autre côté, il y a une tendance en France à imaginer tout et n’importe quoi pour se distinguer de la masse. Ca me rappelle quand j’étais à un club philatélique, vers mes 10 ans : rassembler des images timbrées cohérentes. Moi, la cohérence, ça me fait chier. J’aime quand une image est belle, et je me fous qu’elle n’ait rien à voir avec ses deux voisines. Au contraire : la diversité des images est un choc psychique. Ces images de porte-folio, qui sont proches l’une de l’autre et où l’on voit que certaines sont là juste pour arriver au nombre minimum demandé, ça me fait chier… Moi, j’aime le hasard. Et le hasard n’a rien de régulier ! Ha ha ha ! 🙂 Allez ! Ma première exposition s’appellera « Rétrospective » ! Comme ça, je pourrais y mettre toutes mes belles photos ! 😉
– mes résolutions pour 2013 ? Être moins con. Mais je pense que c’est impossible. D’ailleurs, je pense même que ce serait une erreur. La vie n’est pas un fleuve tranquille, certes, mais aujourd’hui on peut vivre plusieurs vies dans une vie. Il suffit de piocher dans ses forces vives : l’enthousiasme. Après les nombres premiers, la poésie, le chant, la marche en montagne, la philosophie, la connaissance (superficielle) de notre fonctionnement psychique, la photographie, la musique (l’écouter !) et le Sitar, que ferai-je de mon temps l’année prochaine ? Aucune idée. Car celui qui sait où il va ne va jamais bien loin (René Thom). Mais, si l’on ne se retourne pas en arrière pour regarder de temps en temps le chemin parcouru, si l’on ne lève pas le nez de ses chaussures pour regarder au-delà des arbres, on risque bien de s’enterrer doucement dans un cul-de-sac et de s’endormir douceurheureusement. Mais, a contrario, on se mord parfois les doigts d’avoir quitté un chemin fleuri pour prendre un chemin d’épines qui n’en finit pas… Allez, la vie, c’est comme un boîte de chocolats : on ne sait jamais ce qu’on va tirer ! Alors, écrirai-je un bouquin de philosophie (pour les nuls) ? Exposerai-je mes photos (dans mes chiottes) ? Arriverai-je à mieux communiquer avec mon fils (il est trop con lui-aussi parfois, me ressemblant vraiment trop !) ? Je ne sais pas… Mais, pour reprendre la dernière planche de Calvin&Hobbes : it is a magical world ! Pourvu que ça dure !

Publicités

2 Réponses to “Soyons sérieux”

  1. marlaguette Says:

    Oh oui ! Des chocolats avec Calvin & Hobbes ! Ca c’est du petit bonheur !

    • trex58 Says:

      Ha ha ! Tu connais donc Calvin & Hobbes ! Je les ai tous, en américain, for sure !
      Quant à la dernière planche de C&H, elle est là : https://trex58.wordpress.com/2009/01/24/calvin-and-hobbes/ . C’est difficile à lire, mais on peut télécharger l’image, qui est alors très lisible. Et la dernière phrase est : « It’s a magical world ! … let’s go exploring ! ».

      Quant au chocolat : j’ai fait le plein ! Pour lutin N°2 et sa lutine, comme tu dis. Noir, bien sûr !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :