Ravi Shankar passed

Ravi Shankar est mort hier, à l’âge de 92 ans.
Sa vie aura été longue et extraordinaire. Il est né à Varanasi (Bénarès).
À 10 ans seulement, il part pour découvrir le monde, plutôt comme danseur, dans la troupe de spectacle de son frère. Paris, les Etats-Unis. Il rencontre le fameux poète Tagore à 13 ans. La musique, et le Sitar, viennent en même temps, si jeune.
Mais il n’était pas un ange ! Déjà, il paraît que sa première épouse jouait du Sitar mieux que lui… Et certains de ses CDs sont d’un grand ennui. Probablement que le voir jouer était plus puissant, plus beau. Mais les ragas, ce n’est pas toujours facile à écouter, à supporter, pour un occidental. Egalement, il n’a guère été fidèle… égaillant des enfants de ci de là. Et il ne s’en est pas bien occupé, transmettant tardivement son art à sa fille Anoushka, et négligeant son fils, mort maintenant depuis longtemps. Mais son père avait fait de même : Ravi l’avait vu, pour la première fois, à 8 ans, avant de le voir épisodiquement et de découvrir que son Pandit de père est un artiste, chanteur et joueur de luth. Il était aussi compositeur, chef d’orchestre, et avait dirigé la plus grande instance musicale d’Inde.
Mais Ravi représente la naissance d’une nouvelle musique : le croisement de la musique occidentale et de la musique des peuples du monde, générateur d’une nouvelle beauté. De lui, je préfère l’album « Tana Mana », explosion bizarre et incroyable de musique, de voix, de rythme, de gaieté. « Rise », de sa fille Anoushka, lui ressemble beaucoup, réussissant à renouveler ce genre : une très belle réussite.
Mais, si Ravi Shankar est si connu, c’est qu’il a su se mettre en avant, aller dans le monde, très jeune. D’autres joueurs de Sitar, restés en Inde, jouent certainement bien « mieux » que lui, mais savent assez mal jouer de leur image pour se faire connaître… Reste à savoir s’il savait donner de la joie pendant ses concerts ? Au début sûrement. Ensuite ?

Allez donc écouter « Tana Mana » !

Publicités

8 Réponses to “Ravi Shankar passed”

  1. marlaguette Says:

    Découverte ce matin… encore quelques notes qui s’envolent …
    Bonne journée à toi Tony !

    • trex58 Says:

      Voyons le bon côté des choses : le nombre de musiciens a probablement explosé depuis que Ravi Shankar a découvert le Sitar. Et nombre de musiques et de musiciens de nombre de pays sont connus fort loin de leur pays d’origine. Nous assistons à un brassage et à un enrichissement extraordinaire. Reste que nous sommes formattés à écouter des fadaises de 3 minutes et que nos esprits se sont donc appauvris et ne sont plus capables d’accueillir des musiques qui tranches avec nos habitudes. Mais, bon, jeune, j’aimais le Khène laotien ; alors qu’aujourd’hui il m’est presque insupportable…

      La beauté est une chose complexe et fondamentale.

      Ici, il fait soleil ! Et je suis en congés !! 🙂

  2. marlaguette Says:

    Ici, il fait nuit…et je suis en congé itoooo !

    • trex58 Says:

      Jour de congés à ne pas faire grand-chose. C’est bon, parfois, de retrouver son enfance : NE RIEN FAIRE !!!
      Hélas, à la différence d’un enfant, je sais que j’aurais dû faire des choses…. Bah ! Tant pis !

      Ce soir, j’étais à une conférence sur l’autisme : description de l’ABA.

      En congés ? Tu es en congés jusqu’au nouvel an ? Moi, c’est juste un jour par-ci par-là, pour écluser mes congés 2012.

      • marlaguette Says:

        Moi zaussi… j’écluse quelques jours… une petite semaine de glandouille 🙂

      • trex58 Says:

        Hummmm ! C’est bon la glandouille ! Ca repose. Hier, malgré le soleil, j’ai fait une heure de sieste ! Epuisé par le manque de travail du mois passé !
        Encore 2 jours de congés à poser avant les vraies vacances de Noël ! Et avant de devoir me remettre à travailler, hélas… mais c’est la vie, Lili !

  3. Encolie Says:

    Ravi Shankar est aussi le Père de Norah Jones.
    Là aussi pas des relations vraiment réussies mais réconciliations tardives.
    Que des enfants talentueux qui bossent à fond … mais comment font-ils ?!
    Bises

    • trex58 Says:

      Dans ces familles-là, plus haute caste indienne : Brahmane, il y a des gènes particuliers et un environnement familial.
      Si Ravi n’a pratiquement pas connu son père, et n’a découvert son art de chanteur que par hasard, il a eu autour de lui nombre de personnes cultivées et artistes.
      L’exemple autour de soi ! Et un besoin d’exister, sa mère et lui-même ayant été délaissés par son père.
      Pour les enfants de Ravi, cela doit être pareil : une compétence innée, des gurus tout autour, l’envie d’être remarquée par ce père volage et négligent, et de l’argent qui aide bien…
      Norah Jones : j’aime bien, mais c’est un peu mou, non ?
      Anoushka Shankar : j’ai adoré « Rise » mais, pour les 2 CDs suivants, où elle sort de son domaine de compétence et découvre d’autres musiques, je n’ai pas vraiment aimé…
      Quant au fils, mort depuis longtemps, on l’a oublié…

      L. Subramaniam est une autre célébrité indienne, du violon carnatique. J’ai adoré son CD enregistré en … 1985 je crois. Mais, quand je l’ai écouté à Grenoble, je me suis un peu ennuyé… L’âge parfois ramollit la musique, par l’usure du musicien. Ravi avait-il encore la flamme ? Il l’avait dit, ayant dit ne faire plus qu’un avec sa musique. Facile ! continuer à jouer est un bon moyen pour continuer à vivre, pour avoir une raison de vivre. Mais son coeur l’a lâché…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :