Boutographies

Les Boutographies sont une exposition et un concours de photos, sis à Montpellier.
J’ai proposé deux séries de photos, l’une sur les cascades de la Roque sur Cèze (temps de pose longs pour enregistrer les chutes d’eau et rendre les baigneurs fantômatiques, et couleurs explosées ; et l’autre sur Paris, en N&B, avec quelques scènes qui, à mon avis, sont magnifiques).
Et je n’ai pas été retenu…

Tant mieux !
Car, en regardant de plus près les photos des photographes précédemment récompensés, je me dis que je ne vis pas dans le même monde qu’eux…
Ainsi, Pierre Liebaert, belge et prix du Jury 2012, a fourni des photos montrant : des poussins morts, un lit sale et défait, un lapin déshabillé et pendu au plafond, une image d’un match de catch à la télé, une poule floue voletant, la queue d’un chat, un poisson prêt à cuire, des poules dans un poulailler, un lapin mort sur l’herbe, une mouche morte, un chien sautant dans sa cage remplie d’excréments, etc (après, j’ai vomi). Tout cela en couleurs fades et chiantes.
En 2011, c’est moins moche : un homme qui enlève sa chemise de dos, un oiseau qui dort sur une patte, un homme dont le visage est invisible sous sa capuche, un chien et des jambes, une biche et une vache, un présentoir de carte-postales avec l' »Origine du monde », deux mains remontant un tee-shirt pour montrer un tatouage en forme de tête de mort avec tibias mal dessiné, un ours et … un lit ?, etc. (après, j’ai vomi). Mélange de N&B et de couleurs.
En 2010, le prix du jury a montré : des poubelles, un gardien de nuit de dos, un homme appuyant sur un interrupteur, un entrepôt de face, une citerne de profil, des fauteuils marrons dans une salle d’attente vide, une jambe nue sur un lit d’hôpital, etc. (après, j’ai vomi).
En 2009,; c’est suédois, tout petit, et moche : une corde attachée, un homme à la bouche ensanglantée, une femme de 75 ans habillée comme Maryline à 25 ans et … une corde blanche par terre ?, une femme qui fume et un jet d’eau sans aucun intérêt, etc. (après, j’ai vomi).
Pour une autre, on a droit à une pomme qui pourrit au pied d’un lit, d’une statuette (religieuse) posée sur la tranche d’une porte, des pois rouge collés sur le dos d’une femme couchée, etc. (après, j’ai vomi).

Hummmm Je sais que je suis un peu trop « classique », c’est vrai. Mais, quand même, comment peut-on faire de telles merdes et être non seulement accepté à être exposé mais – en plus – recevoir le prix ?
C’est vrai qu’en Arles j’ai vu la même merde (Voies Off !!!!) côtoyer les merveilles de Pentti Sammallahti.
Il n’y a pas de honte à faire des photos belles et esthétiques. Et, quant à vouloir innover, est-il vraiment nécessaire de montrer les photos que les « anciens » photographes jetaient à la poubelle ?
Allez, je vais m’y résoudre : toutes les photos que je juge moches, loupée, floues, bougées, mal cadrées, géométriquement inintéressantes, etc, je les garde pour les proposer à certains concours, comme « Les Voies Off » d’Arles.

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :