Arles 2012

Que dire d’Arles 2012 ?

Moins de monde, c’est sûr. Moins de photos qui m’ont plu aussi. Ainsi, la Hall 04 des Ateliers peut s’écrouler : on ne perdra rien d’important… même si certains ont beaucoup aimé les (grandes !) photos couleurs de travaux gigantesques de barrages en Islande, mois ça ne m’a rien fait ressentir. Pareil pour certaines photos de l’ONU au Centre Van Gogh : le 2ème étage peut brûler, on ne perdra pas grand chose… à part quelques photos sympas volés dans la rue en Angleterre si je me souviens bien.

Mais deux magnifiques expositions : celle de Koudelka sur les gitans, et la rétrospective de Pentti Sammallahti (dont j’ai acheté le livre !). Toutes les deux en N&B. Très contrasté pour Koudelka. Avec plein de nuances subtiles pour Sammallahti.
À voir ABSOLUMENT !

Je retiendrai aussi la première soirée des « Voies Off » du festival, le lundi soir, avec une heure de retard, et 5 ou 6 discours aussi lourds qu’inutiles, dont celui du Président, lisant péniblement son texte. C’était les 20 ans de l’Ecole de Photographie d’Arles : ENSP, où le « S » est censé dire « Supérieure ». 70% des photos présentées par des élèves de l’Ecole sont floues. Et, après 2 ou 3 terrains vagues pris en photo, floues, de travers, en gris plutôt qu’en N&B, on s’en lasse. Bref, beaucoup de merde. C’est bien la peine de faire 3 ans d’Ecole de photos pour produire tant de merde. Par contre, j’ai feuilleté avec délectation les books des élèves de Gobelins, aux Ateliers, avec même un élève présentant ses photos faites avec la technique du Collodion humide, sur verre donc en 18x24cm. Utiliser de vieilles techniques, c’est aussi chercher une façon différentes d’attraper la lumière, donc des images différentes.

Deux soirées africaines aussi, à la Roquette, avec quelques rencontres, avec mes oreilles souffrant de la musique (trop forte pour moi) magnifique d’un joueur de Khora, des enfants qui dansent devant les musiciens, instinctivement. Beau !

Quatre jours à marcher dans les rues d’Arles, à regarder et prendre des photos (1428 : trop). J’ai d’ailleurs encore mal au genou droit… suite à la séance de 3 heures à la Roque sur Cèze.
Il me faudra des dizaines d’heures pour trier ces photos et en sortir les quelques perles que j’ai trouvées là-bas. Mais c’était que du bonheur ! 🙂 Même si déjà les souvenirs s’estompent, si les détails déjà deviennent flous. Juste encore le goût de la glace au citron sur la langue, et le soleil ! Et des photos, pour me souvenir.

Je reviendrai sur Arles quand les photos seront triées !

Publicités

Étiquettes :

Une Réponse to “Arles 2012”

  1. trex58 Says:

    Le Journal de la Photographie est TRÈS dur avec ce cru 2012 des Rencontres d’Arles : « All the good little award-winning students officially on display were boring to death. »
    http://lejournaldelaphotographie.com/archives/by_date/2012-07-09/7480/arles-2012-a-failed-festival

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :