Le Petit Chaperon Rouge

Il y a, dans le numéro de juillet-août de Cerveau&Psycho, un article super-intéressant d’un chercheur suisse, docteur en neurosciences, sur le conte « Le Petit Chaperon rouge », que tout le monde connaît.
Mon analyse personnelle des contes (enfin, les contes d’avant l’époque moderne actuelle) est qu’ils sont destinés à transmettre à l’enfant une vision simplifiée de l’organisation de la société, indiquant à l’enfant quelle sera sa place (les filles à la cuisine, et les garçons à l’usine). Bref, à mon avis, les contes sont un moyen pour formatter l’enfant, pour le préparer à prendre sa place (imposée) dans la société : je n’aime guère…

Bien sûr, d’autres analysent les contes de façons bien différentes. Ainsi, le fameux Bettelheim a plaqué son délire psychanalytique sur ce conte, en disant que c’est un exemple du complexe d’OEdipe (d’Electre, pour une petite fille) : l’enfant désire séduire et être séduit par le parent de sexe opposé et se débarrasser de celui du même sexe. L’auteur décrit cette interprétation comme « excessive ou farfelue ». J’acquiesce. Depuis le scandale des livres de Bettelheim sur l’autisme, plaquant son vécu de victime des camps d’extermination d’Hitler sur le fonctionnement psychique des enfants autistes, je rejette tout ce qu’il a écrit, tant que quelqu’un n’aura pas fait le tri entre ses analyses correctes et sa folie psychanalytique.

Donc, cette interprétation du conte de Perrault par Debastian Dieguez analyse ce conte d’une façon nouvelle. Ce conte aiderait les enfants à développer leur « théorie de l’esprit ». La « théorie de l’esprit », c’est la capacité que nous avons à imaginer ce que l’autre pense. Ainsi, chez les enfants « normaux », il y a une transition, vers 4 ans. Avant, l’enfant pense que l’autre sait ce que lui-même sait. Plus tard, il arrive à imaginer que l’autre, ayant disposé d’informations différentes, a une vision différente du monde. Cela s’expérimente très simplement au moyen d’un objet qui est rangé, puis déplacé : un personnage voit qu’un objet est placé dans un tiroir puis il sort ; pendant ce temps, l’objet est déplacé ; tout ceci est observé par un enfant. Lorsque le personnage revient, l’enfant de moins de 4 ans pense que le personnage va chercher l’objet dans le 2ème lieu, puisque lui le sait, alors que l’enfant plus âgé a pris conscience que le personnage croit que l’objet est toujours dans le 1er lieu.
Dans le conte, l’enfant qui écoute l’histoire reçoit les points de vue de plusieurs personnages : le chaperon, le loup, la grand-mère. Le loup, ayant écouté parler le Petit Chaperon rouge, dispose d’informations qui lui permettent de tromper la grand-mère puis le Chaperon. Pour duper, il faut s’imaginer ce que pense celui qu’on veut duper, en lui donnant des informations qui le rassurent et le trompent (comme la phrase caractéristique de la grand-mère : « Tire la chevillette, la bobinette cherra » : il n’y a bien QUE la grand-mère qui puisse dire une telle phrase !). Ce contre prépare donc les enfants au monde de la fiction. Et les enfants redemandent régulièrement qu’on leur raconte ce conte parce qu’ils n’en comprennent les finesses que peu à peu, découvrant à chaque fois une nouvelle histoire, magique au début (le loup parle !), puis plus subtile ensuite, l’entraînant à comprendre la subtilité des interactions sociales. D’ailleurs, le Roman de Renard est aussi l’histoire d’un petit malin qui trompe les autres, profitant de leur naïveté. « Le Petit Chaperon rouge » serait donc un moyen pour préparer les enfants à comprendre que le monde n’est pas aussi simple et gentil qu’il paraît et que la tromperie et le mal sont courant. D’ailleurs, on devrait lire plus de contes aux enfants de communistes, ça les rendrait moins cons que leurs parents… mais c’est une opinion personnelle, et je la partage.
Bonne lecture de l’article, bien mieux structuré et clair que ce petit résumé !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :