Modernité « liquide »

La première modernité était « solide ».
La deuxième est « liquide », dans le sens où « plus aucun lien entre les individus ne tient, où l’homme est devenu sans attache, où nos vies individuelles s’émiettent en une succession de moments incohérents ». Zygmunt Bauman. (Philosophie Magazine de juin 2012).

Je ressens cela.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :