Trop de choses à raconter

Le temps passe vite… Et, malgré une vie très tranquille, il s’y passe trop de choses pour pouvoir tout raconter. En plus, cette putain de nouvelle version de FireFox est une daube infâme qui affiche plus lentement les mots que que je ne les tape au clavier ! Fais chier !
Bon, WE à Clermont-Fd :
– Samedi : 20 sacs de Carrefour pour vider les prospectus et journaux accumulés par ma mère. 11 lettres des impôts en retard, dont une de 2ème relance : ça craint ! 130€ de courses pour refaire ses stocks. Un petit magasin d’alimentaire prêt à la livrer. De la vaisselle. Du rangement.
– Samedi soir : Boun Pimay ! Le nouvel an laotien. Comme un con, je n’avais pas envoyé mon inscription dans les temps et … c’était plein. Mais mes amis laotiens ont pu réussir à me sauver la donne : je viens jeter un coup d’oeil à l’entrée pour essayer de me faire passer pour le photographe désigné pour immortaliser la soirée, et … j’ai ma place et je deviens effectivement le photographe de la soirée : 502 photos, en tous genres : ambassadeur du Laos en Suisse, famille de mes amis, cérémonie du Baci, danse traditionnelle, danses tout court, enfant qui jouent, etc. Bref, j’ai fait plaisir à quelques personnes, heureuses de se voir ainsi immortalisées, comme ce baiser arrêté 1cm avant que les bouches de Kelly et Laurent se touchent. Même qu’on m’annonce que le photographe officiel est malade et que je dois fournir en urgence mes photos… pour qu’elles paraissent dans « La Montagne » ! Waowww Me voilà un vrai photographe ! 😉 Retour à l’hôtel à 2h30 et … 1/2h pour avoir de l’eau chaude ! Merde !
– Dimanche matin : photos au Jardin Lecoq, petit bijou où l’on voit la vie familiale tranquille : des enfants qui jouent au foot, font du vélo, plonge des bâtons dans l’étang artificiel, etc. Même deux adolescents qui, en me croisant, me disent bonjour : waowww ! ça a du bon les villes tranquilles et endormies au fin fond de l’Auvergne ! (bon, si on va au nord de Clermont, c’est différent, très différent…). Mais, bon, : musique = acouphènes pour moi…
– Dimanche aprèm : visite de mes amis laotiens. Le grand n’importe quoi je trouve… La famille qui mange devant la télé allumée, le garçon (doué !) qui veut faire ingénieur et qui se plonge dans un jeu vidéo, la mère qui en a marre que le mari passe sa vie dans ses affaires, jours, nuit, WEs. Ou bien le père qui ne s’occupe pas de ses enfants, et dont l’épouse se fait dire par sa soeur qu’elle devrait lui confier ses enfants.. Ha la la. Deux parents laotiens et des enfants qui ne parlent pas lao… Y’avait personne pour leur dire qu’être bilingue c’est un plus pour mieux comprendre le monde et que les enfants doivent absolument parler la langue de leur mère ?! Et cet ami qui a 2 ans de moins que moi et qui me dit que marcher un kilomètre l’épuise totalement : quelle tristesse… Il a accumulé un peu d’argent, à force de travail et de repas trop riches et trop arrosés, mais sa santé ne va pas bien déjà. 51 ans…
– Lundi midi : repas avec l’amie laotienne, azimutée elle-aussi, mais avec des enfants hyper-débrouillards et très sympas, souriants, gais ! C’est beau à voir ! C’est beau à voir un jeune de 16 ans qui joue de la guitare, plait aux filles (et préfère celles plus âgées, intéressées par les mêmes choses que lui), a un beau sourire sur le visage, et envisage l’avenir tranquillement. D’ailleurs, son oncle jouait de la guitare aussi. Et discussion pas mal philosophique ! Mais dommage que mon amie ait RV, en ce lundi d’avant le 1er mai. Dommage. Trop courte discussion.
– Lundi aprèm : 2 heures de discussion avec JLR. Hé ! Jean-Louis, puisque tu me lis, quel grand bavard tu es ! J’arrive pas à en placer une ! 😉 Si, en fait : 3/4 pour toi, 1/4 pour moi. Mais, bon, je manque d’entraînement… On a parlé de (presque) tout : l’armée, sa fille, la photo, … Manquait un chapitre sur l’amour et la sexualité, ainsi que la philosophie, non ? Faudra recommencer !
– Lundi soir : la connerie… Je m’arrête à Sainté pour rencontrer l’une des femmes avec qui je correspond (mollement de mon côté, mais intéressé quand même par son style, particulier !). Et, comme un imbécile, je tombe sous le charme de son sourire et de sa voix. Pourtant… je m’étais juré de ne plus recommencer : pas de rencontre à plus d’1/2h de chez moi ! Car je déteste la distance entre une femme et moi… Mauvaises expériences dans le passé… (Alès -> Toulouse, Clermont, ou Strasbourg… voire même Grenoble – Avignon ou Mens récemment). Savoir qu’une personne « intéressante », voire beaucoup plus, est à N heures de voiture de distance, ça m’empêche d’y être vraiment. Ou, plutôt, j’anticipe la souffrance de la distance, qui certes attise le désir mais rend surtout la vie comme une longue souffrance où s’intercalent des bonheurs courts, intense, mais vite douloureux : on ne peut pas vivre dans deux villes éloignées, pas moi en tout cas. De mon côté, je ne tombe pas amoureux virtuellement, ni d’une photo, ni de mots : seule la présence physique m’émeut profondément ; les mots ne me font qu’être intéressé par la personne, me donnent envie de la rencontrer, de la découvrir, de voir si autre chose se passe. De son côté, elle avait largement dépassé le cap d’un rêve mais qu’elle ne croyait pas possible. Zut… Une rencontre sentimentalement déséquilibrée au début, pourquoi pas ? mais seulement si on peut l’équilibrer peu à peu par d’autres rencontres fréquentes, ou si l’on accepte que ce soit éphémère. Me voilà bien. Quand l’une y croit dur comme fer alors que l’autre a juste envie de découvrir et voir si c’est bien, y’a comme un déséquilibre. Zut. C’est pour ça que je ne vais pas au Club Méd ! comme me le répète un collègue. Tomber amoureux d’une femme, et réciproquemment, et apprendre qu’elle habite Lille, ou Biarritz : l’horreur ! Il faut passer beaucoup de temps ensemble au début pour supporter la distance, non ?!

P.S. : J’oubliais :
– Le vernissage de l’expo-photo ce jeudi. J’avais invité plein d’amies. Seule la nouvelle de Sainté est venue, ouf ! C’était bien. La maman de l’un des enfants autistes m’a félicité pour mes photos et le texte que j’ai écrit et qui était affiché. Au point d’accepter l’invitation sur Facebook que je lui avais faites il y a plusieurs mois, amicalement. Elle aussi est autiste, Asperger, et le combat qu’elle mène est incroyable, pour son fils et pour l’autisme. Elle chante aussi. Il me faudra mettre mon texte et celui de sa chanson sur ce Blog. Juju, Julien, et Galiléo étaient là, avec leurs parents. Un discours émouvant de la Présidente. Un bon moment.
– ELLE a reçu de ma part le livre sur Vivian Maier pour ses 49 ans. Aucune réaction de sa part… Pfffff Moi aussi je rêve… et j’aime ça ! 😉 Nous sommes tous à rêver de bonheur. « Cours-y vite ! » Mais nous sommes rares à faire le même rêve et au même moment ! « C’est la vie. Ca va passer ! »

Publicités

2 Réponses to “Trop de choses à raconter”

  1. marlaguette Says:

    Alors là ! JLR fait mieux que toi ???? Ca doit être du terrible ! Remarque, toi, tu écris… c’est peut être pas la même chose 🙂
    Ton billet me fait sourire, même si certains traits sont graves…
    Bisous pour le week end !

    • trex58 Says:

      Mieux que moi ? Pour parler, oui, mais oralement. Il a un bon entraînement ! Moi, parler me fatigue au bout d’un moment. Et, quand j’écris, mes pensées sont parfois plus limpides. Mais lui arrive à rester clair malgré 2 bières !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :