Les mots

Je pensais que les mots avaient un pouvoir.
Je pensais que mes mots, spontanés, simples, pouvaient changer les choses, pouvaient changer un désert en oasis.
Je pensais que les mots écrits, regroupés en phrases, spontanées, simples, pouvaient faire des miracles.
Il n’en est rien, bien sûr. Tout le monde le sait, sauf moi.
Il faudrait que j’en fasse un livre : « L’idiot ». Mais, un livre, cela prend trop de temps, cela empêche de sortir au soleil, à la lumière. Et il y a déjà tant de livres qui racontent la même bêtise.
Quant aux mots sortis de mes lèvres, encore faut-il qu’on veuille bien les laisser sortir, les laisser se déployer, hésitants, mais beaux aussi, guère différents je pense de ceux que j’écris, juste un peu plus sauvages et inattendus. Encore faudrait-il qu’elle veuille bien m’écouter, me laisser parler, au lieu de me dire : « Il ne faut plus que tu viennes » d’un ton autoritaire, définitif, dur, exaspéré, incompréhensif, juste avant la colère, me rejetant au néant.
Que fait-on quand l’espoir, si mince déjà, explose dans toutes les directions, quand un nouvel espoir rejoint le cimetière de ceux déjà trépassés, rangés au fond de la boîte à souvenirs, toujours là, me grignotant doucement peut-être ?
Que faire ?
Rebondir.
Sortir.
Aller voir dehors s’il y a d’autres silhouettes minces, aux yeux bleus peut-être, aux cheveux roux et bouclés peut-être, au regard dur cachant une fêlure qu’on voudrait bien étreindre peut-être, tant qu’il en est encore temps.

Trop intense.
Trop désespéré.
Trop seul.
Trop … idiot, pour tout dire. Mais j’aime à penser que mon idiotie est belle, dans la puissance de son espoir de vaincre l’impossible. Oui, mon idiotie absurde est belle. Le bonheur est fade, et on s’en lasse vite. Alors que le manque est infini et ne peut pas être comblé facilement : il ne vous lâche jamais lui, toujours fidèle et impérieux, compagnon qui ne vous déçoit jamais.

Que faire de cette énergie ?
Garçon ! Un alcool fort, s’il-vous-plaît.
« J’ai dix ans ! C’est pas vrai mais j’ai 10 ans… »

Comment faire pour être moins con ?
J’ai pas la recette…
On la reçoit en naissant puis en grandissant.
Mais, chez moi, la recette s’était perdue, je crois. Et j’ai bien du mal à la retrouver…

L’une m’avait dit que je finirai seul. Elle est morte.
Une autre, plus sa famille la poussait vers moi, moins elle en avait envie.
Une autre ne m’a jamais dit pourquoi elle avait mis de la distance. Mais une distance amicale.
Une est venue mais je n’étais pas prêt, à part pour lui donner de la tendresse. Et elle est repartie, m’oubliant.
Une autre m’a dit en colère que je suis vide. Et ne veut plus me voir.
Une autre qu’il ne faut plus que je vienne, la colère au bord de ses beaux yeux bleus intenses.
J’ai légèrement envie de devenir sourd pour ne plus rien entendre de désagréable… Mais, bon, comment se passer de la musique, des oiseaux qui chantent le printemps, et du rire des enfants. Sans parler de la voix des femmes, si belles… Si belles sirènes.

Mes mots… ne sont que des mots, que je range au hasard de mes pensées, créant des idées… idiotes.

L’idiot sort prendre l’air. Ce soir : magie, illusions, et amis. Peut-être devrais-je demander au magicien s’il connaît quelques tours qui pourraient m’être utiles ? Mais je m’illusionne… Pas besoin de sortir pour voir des illusions : elles sortent en feu d’artifice de mon cerveau. « Champagne ! »

Putain ! Ca fait chier !!

P.S. Oui, mieux vaut souffrir en s’illusionnant plutôt que de souffrir d’un vide sidéral d’espoir, même à cause d’un espoir idiot et même très con. Se battre contre une muraille imprenable, ça fait mal, mais ça fait se poser des questions… à condition de savoir arrêter à un moment donné. Mais je ne sais pas m’arrêter… Je ne sais pas renoncer… Ce serait m’avouer que je pourrais avoir tort ? Mais quel con ! 😉

Allez ! Dehors ! Ouste ! Du balai !

Publicités

5 Réponses to “Les mots”

  1. marlaguette Says:

    Moi, je dis toujours  » Ecoute mes mots ! Ils sont pleins de sens ! »
    Après, l’autre en fait ce qu’il veut, je ne suis que l’émetteur…Celui qui les reçoit est seul maître de sa réception hélas… ou pas 😉
    Bisous

    • trex58 Says:

      « Ecoute mes mots ! Ils sont pleins de sens !” Oui, c’est plein de bon sens. Encore faut-il que l’autre te laisse le temps d’ouvrir la bouche ! Et, comme je suis timide et respectueux de la parole d’autrui, je n’impose pas mes paroles… Et, face à la difficulté d’un auditeur qui ne veut pas entendre, je ne suis pas de taille pour m’imposer et prendre la parole en premier. Il est bien dur de combattre un vieux fond de timidité et son respect pour la parole de l’autre.

  2. marlaguette Says:

    Je dis aussi que les mots sont là pour être écoutés…

    • trex58 Says:

      Oui. D’autant plus que les miens ne sont jamais méchants, ni en colère. Juste parfois un peu trop fous.

  3. Rose Says:

    Un jour quelqu’un m’a écrit : « Moi pas tout seul d’abord » (vérifié). Quelle méchanceté ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :