Tristesse

Je croyais aborder ces vacances de fin d’années d’un bon pied. Il aura suffit de passer 3 jours avec mes enfants (hélas chez ma belle-soeur), puis de me retrouver de nouveau seul, pour que tout s’effondre. En plus, au moment de dire au-revoir à ma fille, pour de longs mois sans doute, à 12h40 de vol d’ici, elle a refusé que, en plus de mes baisers, je la serre contre moi… Et mon fils passe son temps chez les parents de son amie, à 15mn en voiture d’ici, sans même « pouvoir » me consacrer un seul repas. Pendant ces fêtes, aucun de mes enfants n’a mangé ou dormi chez moi. C’est à peu près compréhensible pour ma fille, qui a eu tant de choses à préparer pour son départ, mais pas pour mon fils.
Ah, oui, les pères : ça n’aime pas, ça ne souffre pas, ça ne pleure pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :