L’apocalypse tranquille

« L’apocalypse tranquille », c’est le nom du billet de Monsieur Nicolas Baverez dans Le Point de cette semaine.

Pour lui : la France reste le seul pays développé qui s’échine à maintenir le modèle « caduc » d’économie fermée et administrée, voire crypto-staliniste, des années 1960.

D’abord, « Apocalypse », cela veut dire : Révélation. Le sens de « catastrophe finale » ou « fin du monde » est venu ensuite.

Que dit son billet ? Que c’est foutu : la débâcle est proche. Comme dans « Le Titanic » (le naufrage, pas le film), le paquebot « France » coule alors que nos politiciens continuent à dire que tout va bien. Je pense qu’il a raison. Le « bon sens » commun nous dit de façon claire et évidente qu’on ne peut pas longtemps dépenser plus qu’on ne gagne. Vous avez essayé ? Cela fait 30 ans que la France vit à crédit (notre dette égalera 90% du PIB en 2012). Et, pour lui, la France est plus malade que l’Italie. Tout ceci serait simplement amusant s’il n’y avait pas les conséquences funestes qui vont nous tomber dessus : soit l’Etat se décide enfin à agir, et une partie des français va hurler ; soit l’Etat continue dans sa lancée à dépenser en empruntant ce que nous n’avons pas, et ce sont tous les Français qui vont hurler. Hurler, parce que la fête va devoir s’arrêter : blocage voire diminution des salaires et des retraites des fonctionnaires, réduction de la fonction publique, réduction des aides sociales, augmentation du temps de travail. Les Français pratiquent la pensée magique : il y aurait une richesse à mieux partager, et ils oublient qu’il faut d’abord la créer avant de la redistribuer. Depuis des années, notre économie s’essouffle, alors que l’Etat nous fait croire que tout va bien en continuant à emprunter sur le dos de nos enfants (et de ceux qui travailleront encore dans les années qui viennent, s’ils ont la chance d’avoir encore un travail).

Non, je ne suis pas optimiste.

Publicités

8 Réponses to “L’apocalypse tranquille”

  1. marlaguette Says:

    En attendant il me reste un matin à faire pour soulager mes collègues… suis crevée… bon dimanche à toi 🙂

    • trex58 Says:

      Bonjour, Marla ! Levée bien tôt ! 5h09 à la nouvelle heure ! Mais, sur ton blog, tu dis que tu dois encore travailler de matin ce dimanche. Bon courage.
      Pour moi, après avoir déjeuné, déjà 9h… à l’heure d’hier. Une heure de plus pour ce WE.
      Il fait beau ici, mais frisquet.
      Anouar Brahem me joue « The astounding eyes of Rita » en fond, dans le salon. Oud, clarinette basse, percussion discrète. Idéal pour resynchroniser ses neurones avant une dure journée à … ne rien faire. Ne rien avoir à faire (un peu de repassage quand même…), c’est nécessaire de temps en temps. Peut-être que je me remettrai à mes photos en retard… Et j’ai plusieurs revues à lire, et une bonne dizaine de livres qui me tendent désespérément leurs pages pour que je les lise, enfin… Serge Tisseron : « La Honte », « Secrets de Famille ».
      Bon dimanche après-midi quand même, Marla ! 🙂 (sur le canapé, donc… En espérant qu’il soit orienté vers une fenêtre et que tu pourras profiter de la lumière)
      Bises

  2. cath Says:

    La politique ne m’inspire pas, mais les commentaires sur ce dimanche qui démarre tout en douceur, beaucoup plus !

    Ici aussi un petit dimanche sans rien de prévu à improviser selon les envies du moment.

    Bon dimanche !

    • trex58 Says:

      L’économie et la politique ne m’inspirent guère non plus, en général. Mais, là, je sens que le mur s’approche de nous à grande vitesse, et que ça va faire mal. La Grèce n’est pas loin : pas ses maisons blanches et bleues, ni ses ports, ni sa mer, mais la catastrophe économique. 2012 risque bien d’être, finalement, une mauvaise année, et pas que pour les Mayas ! 😉

      Quant au dimanche… profitons-en !
      De plus, j’ai aussi le lundi et le mardi… 5 jours de congés consécutifs.

  3. Bertrand L Says:

    NB est très pessimiste en effet. Il ne parle, plus expressément en tout cas, de seul pays développé qui … C’est un homme de droite, c’est clair, et il n’a plus d’espoir, je le soupçonne, car on est dans une salle passe et alors que NS n’a pas traversé le mur en somme (il a fait comme les autres …, ou il n’a pu renverser la table au moins). Il ne dit pas, ou plus en tout cas, que c’est un cas français, mais voit la France comme l’enfant malade, oui. On sait qu’on est dans un changement dont on ne mesure (je pense au « le capitalisme touche à sa fin … » du braudélien, américain, Immanuel Wallerstein) pas l’importance, ni le rythme exact. Quand même, les propos « centre » et « sociaux démocrates » français et allemand, avec la perspective d’une Europe fédérale des peuples, et un nouveau souffle démocratique (à la P. Rosanvallon) me laissent espérer quelque chose de l’ordre du projet, disons, positif, qu’on ne voit pas ou plus chez un NB ou un P. Dessertine ; comme aussi, sous la plume de JC Guillebaud (N.O. cette semaine), l’allusion stimulante au livre d’un directeur au CNRS A. Orléan (l’Empire de la valeur) dépassant l’affrontement classique kéeynésiens/néolibéraux.

    • trex58 Says:

      NB est un Normalien et un ENArque. Un cerveau qui marche bien et nourri de plein d’informations. C’est aussi un historien, un agrégé de sciences sociales. Et j’imagine qu’il a, bien mieux que moi, en tête tous les mécanismes cachés d’une économie. Mais il est peut-être un peu éloigné de la rue.
      Pour ma part, humble citoyen dans une petite ville à l’écart, je vois un peu les changements « au ras des pâquerettes ». Je vois, un peu, juste un peu, ce qui se passe autour de moi. Les Français, ceux qui travaillent, pensent que ça va pouvoir continuer longtemps comme ça ; en tout cas, ils n’ont pas vraiment envie de regarder la vérité en face, ils préfèrent rester dans le rêve. Les gens de gauche sont doués pour le rêve. C’est bien de rêver, quand on rêve à quelque chose que l’on peut construire de ses mains, pas quand on attend un miracle. La notion de service public est comme une statue : intouchable ; alors qu’il n’est rendu possible que par le travail de ceux du privé. Quant aux autres français, ceux qui ne travaillent pas ou pas beaucoup, contraints ou profitant, ils redoutent que cela empire encore.
      NS n’a pas fait ce qu’il aurait dû faire : dire la vérité aux Français et prendre les mesures impopulaires nécessaires, c’est-à-dire arrêter le gaspillage, la gabegie, le foutoir, dans lequel nous baignons : briser les fonctionnaires et les syndicats de fonctionnaires et leur faire enfin comprendre qu’ils sont au service des français, et pas l’inverse. Encore heureux que la corruption ne soit pas développée et que les Mafias soient encore limitées à quelques zones de France.
      Lire « Effondrement » : toute société se casse la gueule un jour. La nôtre (France, Europe, Monde) va aussi se casser la gueule. Il reste juste à se préparer le mieux possible à un futur moins … rose.
      Ce qui est inquiétant, c’est la baisse incroyable du niveau intellectuel des français : capacité à s’exprimer clairement, à penser, à inventer, à s’intéresser. Ceci est lié au monde de la consommation et du divertissement : trop de télé rend con, trop de consommation rend dépendant, trop de SMS et de zapping empêche de savoir se concentrer et de réfléchir, trop d’occupation empêche de se poser, de s’ennuyer, et de réfléchir à ce qu’on veut vraiment. Nos enfants ont souvent la vie trop facile. L’école publique ne permet plus aux jeunes de développer leur intelligence (nivellement par le bas grâce au Collège unique). La France stagne. Une pensée communiste baigne la France depuis des années, une pensée magique : « il faut mieux partager les richesses ! » en oubliant que ces richesses ne se créent pas ex-nihilo, et en ne voyant pas que le reste du monde a changé, que notre (douce) façon de vivre a été enviée par le monde entier et que certains pays émergeant commencent à avoir beaucoup de poids économique.
      Nous sommes en plein dans le Darwinisme économique : les sociétés qui produisent plus et moins cher se développent et veulent aussi consommer plus et donc veulent avoir accès aux matières premières. À quand les guerres pour prendre le contrôle des puits de pétrole et des mines de fer, cuivre et autres minerais indispensables ?
      Les Français sont des veaux. Depuis De Gaulle, ça n’a pas changé. Les temps changent, le monde change. Mais les Français sont toujours en retard… toujours à se la couler douce. Quel est le rêve du Français moyen ? devenir fonctionnaire et partir le plus tôt possible à la retraite : 62 en France, 65 (67 bientôt ?) en Italie. Et moins de 60 pour beaucoup de fonctionnaires… Les fonctionnaires sont au service des Français : ils ne devraient pas avoir plus d’avantages (salaires, retraite) que la moyenne des français. Trop de Service Public tue. Bien sûr, je ne parle pas des Hôpitaux, des infirmières, de la Police, de la Justice, etc. Je parle de tous ceux qui ont trouvé un petit trou pour se cacher, un petit trou où la productivité est riquiqui, ridicule, voire même que leur travail est inutile. Pour éviter la sclérose et l’encroûtement, il faudrait un Ministère de la réforme continuelle, chargé d’étudier et de réduire les services de l’Etat, pour l’adapter aux besoins actuels et ne pas rester coincé dans le passé. Le nombre d’agriculteurs à fortement diminué ; qu’en est-il des fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture ? Moins d’Etat. L’Etat doit être le lubrifiant de la vie des Français, pas un parasite. Quant aux entreprises françaises (les grosses), elles sont trop habituées à profiter des aides. Les petites entreprises souffrent et ne veulent pas grossir (seuils fatidiques). Le tabac continue à faire des ravages mais continue aussi à remplir les caisses de l’Etat. Les gens souffrent mais on n’utilisent pas les connaissances sociales pour changer la façon de vivre des Français : toujours des hommes qui brutalisent leur famille, par exemple. Le machisme, avec l’immigration maghrébine reprend du poil de la bête. La religion, opium du peuple et contributeur au rêve et à l’abrutissement des masses, revient, avec les Catholiques intégristes et l’Islam importé. NS qui a léché la main du pape… beurk ! Les Français sont confis dans leur passé et leurs petites vies, et ne s’intéressent au monde que pour y aller en vacances (bronzer…). Notre culture judéo-chétienne est un poids qui nous rend cons, et rien n’est fait pour soutenir l’athéisation de notre société : la libération complète enfin des bêtises d’avant. La France avance à reculons… alors que le Monde se remplit et devient de plus en plus petit, et fragile. L’avenir du monde est dans l’éducation de nos enfants : faire que chaque enfant développe au mieux ses capacités à réfléchir, à observer, et à choisir ce qui est bien pour lui et ceux qu’il aime. Et les parents sont si fatigués ou abrutis par leur journée de travail qu’ils confient l’éducation de leurs enfants à la télévision, aux publicités, aux représentations fausses du monde que d’autres construisent. Nous marchons à côté de nos pompes ! à côté du réel. Le réel va nous rattraper, comme d’habitude. Sauf que, contrairement aux catastrophes précédentes (Guerres mondiales), les français sont essentiellement citadins et dépendant d’une caisse à savon avec 4 roues et moteur. Sans la voiture, nos villes explosent et tous les investissements faits (routes, autoroutes, zones pour le travail, zones pour la vente, zones pour loger) seront perdus. Nous devrions déjà commencer à nous adapter à un futur avec MOINS d’énergie facile. Que faisons-nous ? Nous écrivons sur des blogs et bavassons ! 😉
      Bonne journée quand même.

      • Bertrand L Says:

        Je vais aller lire le livre d’A. Orléan, cité par JC Gillebaud, car je trouve tout de même que la simple répétition sur la décadence de la France manque de tout en somme. Je ne suis pas du tout sûr qu’il faille « désespérer » de la « société civile » française, et que le « démocratique » sur quoi a travaillé P. Rosanvallon est un sujet juste, profondément, et qui, doit-on (et peut-on) espérer, avec un personnel politique plus enclin à ça (au moins), trouver un développement avec l’Europe … Il ne suffit pas de le dire, il n’y a pas, ou guère, de pratique à cet égard. Un gros boulot sans doute (que nos amis alsaciens connaissent bien, mais c’est quand même le signe que c’est possible).

  4. trex58 Says:

    Hummmm Il y a les efforts faits d’en-haut (la classe politique), et il y a la réalité de la base (les français). Il y a aussi la courroie de transmission entre ceux qui décident et les français : l’administration. Bref, parfois, entre une décision politique et son application, il peut se passer du temps, à cause des freins. D’autre part, dans le passé, les politiques n’ont rien compris ni à ce que désire le peuple ni à ce qu’il faudrait faire pour … s’adapter à ce monde qui change si vite.
    La décadence… Tout est relatif, et chacun le voit depuis son clocher. Justement, l’athéisation de la France est une chance, de mon point de vue, alors que les Catholiques se lamentent d’une perte de substance. L’immigration est aussi une chance, de mon point de vue, par le mélange des cultures ; sauf que certains n’ont pas envie de se mélanger et ont plutôt envie (c’est humain…) de conserver leurs traditions (leurs racines) plutôt que de s’adapter.
    L’Europe… Jeudi, il y avait deux camionnettes transformées en « camping-car » devant mon entreprise : venues de l’Est, deux familles. Hier, une femme (roumaine ?) faisait la manche sur la place Victor-Hugo. D’autres semblaient rechercher des pigeons en faisant signer des papiers. De jeunes maghrébins s’amusaient à « torturer » l’une des leurs, en jetant ses chaussures dans un tramway : elle est repartie pieds-nus, rigolarde. Il y a beaucoup d’asiatiques aussi, en couple, ou avec un compagnon européen. Un mélange riche et détonant ! La cour des miracles. Il suffit que tous aient du courage, soient à peu près libérés de leur passé, comprennent et parlent bien le français, soient capables et volontaires pour progresser, s’intégrer, et travailler. Et, apparemment, je ne connais pas encore parfaitement Grenoble, puisqu’on m’a dit qu’il y a des quartiers où les « étrangers » (ceux qui ne sont pas du quartier et ne sont manifestement pas de la même classe sociale ou de la même origine géographique) ne sont pas les bienvenus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :