Poulet aux prunes

Bien ! C’était un bon moment. Un film différent, bizarre, attachant, triste, rigolo parfois. Un OVNI. Ah ! L’amour… C’est qu’il l’aimait vraiment. Et elle aussi. Nasser-Ali, Farenguis, Ariâne, Cyrus, Lili. Et un petit goût de l’Orient comme on aimait qu’il soit, avant les barbus. Maintenant, plus de robe légère, plus de rouge-à-lèvre… des draps noirs pour se cacher des regards concupiscents. Bon, décrit comme dans le film, c’était sympa l’Iran. Nostalgique. Nasser-Ali a une âme d’artiste. Et il faut souffrir de ne pas avoir ce qu’on désire le plus au monde pour donner le meilleur de soi. Il s’est éteint comme une bougie quand la flamme qui le portait s’est éteinte, feignant de ne pas le reconnaître à Ishram. Une histoire d’amour. La vie et ses mauvaises surprises. Un bon film !

Publicités

2 Réponses to “Poulet aux prunes”

  1. prinsessan Fluflu Says:

     » la vie et ses mauvaises surprises »
    oui, mais il y en a des bonnes aussi, de temps en temps ! 🙂

    En lisant  » Poulet aux prunes  » j´ai cru,un instant,
    que vous étiez en train de vous lancer dans un blog cuisine.
    Remarquez qu´il faut une certaine philosophie pour consacrer sa vie à ce sujet !

    Vous voyez, vous m´inspirez, il y aura du poulet aux prunes sur ma table d´ici la fin de la semaine.

    Pour le film, je verrai plus tard 🙂

  2. trex58 Says:

    Oui, bien sûr qu’il y a de bonnes surprises, de temps en temps ! Elles sont juste contre-balancées par de mauvaises… Suffit juste que la balance penche du bon côté.

    La cuisine ? Ah… j’étais assez nul pendant longtemps… Le couple classique : je travaillais, elle s’occupait du reste. J’ai dû apprendre en accéléré, mais je n’ai pas le goût à passer des heures à cuisiner. Jeune, j’ai appris à manger simplement. Et avoir appris dans son enfance ou avec quelqu’un, ça aide à être plus débrouillard et plus audacieux. Mais, bon, de temps en temps, je fais un effort.

    Bon « poulet aux prunes » !

    Quant au film, il est « différent » ! Avec des hauts et des bas. Mais avec des sentiments. Inégal, imparfait, mais à voir. Comme « Tree of Life » : pour une façon unique de faire un film, pour une beauté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :