Je l’aime toujours ! Merde ! Ca fait chier !

Ouais ! Je l’aime toujours ! Et ça m’emmerde ! Comment puis-je être entier dans une autre histoire si j’ai toujours une pensée pour elle ?

Aujourd’hui c’est lundi, et trois des boulangeries où je vais d’habitude sont fermées, et la quatrième, ouverte, n’a pas de « bon » pain le lundi. Alors, tous les lundis, je vais à une cinquième boulangerie, plus loin, mais – surtout – près de chez elle. Ce matin, en revenant avec mon pain, je l’ai vue : elle était arrêtée en voiture près du container de verre, où elle jetait quelques bouteilles vides. Je ne l’ai pas bien vue, mais j’ai trouvé qu’elle était bien habillée, en gris. Elle avait encore cet air sévère et un peu dur, toujours pressée et pleine d’énergie. J’avais eu l’occasion de recevoir d’elle des sourires aimables, au début des quelques fois où nous nous étions rencontrés, avant que son visage ne se durcisse en me voyant. Je ne reviendrai pas sur cette (trop) longue histoire, une non-histoire en fait, une sorte de folie amoureuse mêlée d’obstination débile de ma part sur la fin. Et non-réciproque, surtout ! Mais, 10 mois après qu’elle m’ait interdit d’essayer de nouveau de la voir ou même de lui écrire, la voir me remue toujours… et ça fait bien chier ! Elle n’est pas vraiment belle et elle a été rude avec moi, qui ai été bien maladroit, même si elle a eu de la patience de supporter mes mails et mes courriers, et même des poèmes (c’est bizarre, les poèmes, on dirait que les femmes ne les aiment que lorsqu’ils ne leur sont pas adressés ! ;)) En tout cas, me voilà bien remué. Et je ne comprends pas pourquoi, après une fin de non-recevoir si claire et si nette de sa part, après tant de temps, après avoir été aimé par une autre que j’ai tant aimée aussi, après avoir discuté avec et rencontré plusieurs autres femmes, je n’arrive pas à tourner la page… m’empêchant sans doute d’avoir l’esprit totalement libre, pour une autre. Je voudrais une remise-à-zéro sentimentale ! Pourquoi une voix, un regard, des sourires, des expressions, cela peut faire tant d’effets ? En plus de ses longs cheveux roux et bouclés. L’an passé, j’étais désespéré, et aussi bien fatigué par un premier semestre de travail épuisant. Mais, cette année, c’est différent ! Mais comment peut-on encore aimer une femme qui ne veut plus vous voir ? Je suis trop con ! Probablement que, si je la connaissais mieux, je verrais tous ses défauts, que je ne supporterais pas. Je l’ai idéalisée, bien sûr. Lumineuse, lui avais-je dit… Et j’aime beaucoup de ses photos, en sténopé. Mais elle en fait aussi qui sont moches… Mais comment peut-on encore aimer une femme qui ne veut plus vous voir ? Je suis trop con !
Ou, plutôt, je n’ai jamais pu lui parler vraiment. Ce que j’arrive à faire, calmement, avec d’autres, je n’y étais pas arrivé avec elle, décontenancé par sa gentillesse mécanique puis par sa distance indifférente. Et puis, j’avais tant manqué de légèreté… Double erreur : incapable de lui dire franchement qu’elle me plaisait, et incapable de m’approcher calmement d’elle, pour lui permettre de mieux me connaître. Je lui ai montré mon côté sombre… Comme un enfant devant un trésor, j’ai perdu tout contrôle de mes émotions. Mais, si j’avais contrôlé mes émotions, je me serais abimé, cela n’aurait pas été moi, je n’aurais pas été vrai. Mais je m’en veux de ne pas avoir su gérer cette histoire un tout petit peu mieux. Reste seulement le déplaisir de me dire que j’ai merdé et qu’il y a à Grenoble une femme qui change de trottoir si elle me voit… Alors que d’autres aimeraient bien recevoir un dixième de ce que j’étais prêt à donner. C’est toujours la même histoire… Marie qui aime Pierre qui aime Julie, et Julie qui s’en fout.

Publicités

6 Réponses to “Je l’aime toujours ! Merde ! Ca fait chier !”

  1. cath Says:

    Il y a beaucoup de ça dans l’amour… impossible de trouver des raisons objectives quand on est concerné. Le coeur s’emballe et c’est ainsi. Alors il y a plein de raisons objectives qui font que, si tu n’étais pas toi, tu ne l’aurais pas aimé, tu ne l’aimerais pas encore, tu ne souffrirais pas. Mais voilà, ça ne fonctionne pas comme ça, tu l’aimes encore malgré tout ce que tu dis… As tu lu Passion simple d’Arnnie Ernaux ? un magnifique petit livre sur la passion et ses ravages collatéraux…

    • trex58 Says:

      « L’amour a ses raisons que la raison ignore. » Oui, je sais… Enfin, la partie raisonnante de moi sait. Quant à l’autre, elle n’en fait qu’à sa tête…
      Non, je n’ai pas lu ce livre. Je viens de le commander. Merci.

      Mais, bon, étouffer ses passions, ce n’est pas sain non plus. Le problème, c’est comment libérer son coeur sans emmerder celle qui ne veut pas ? Y’a pas de solution…

  2. marlaguette Says:

    La folie amoureuse, comment lui résister… moi, je ne sais toujours pas…

    • trex58 Says:

      Il ne faut pas lui résister ! Il faut foncer, tout de suite. Dire ce qu’on sent si vrai au fond de soi. Après, si on se fait jeter, au moins on aura vidé son élan et, après un moment de tristesse, on repartira gaiment. Ce qui est mauvais, c’est que l’histoire traîne en longueur, marquant son territoire en nous.

  3. Une femme libre Says:

    La dame qui habite une petite maison de campagne et qui est artisane? Celle avec qui vous aviez fait un peit voyage qui s’était mal terminé? Me semblait qu’elle avait les cheveux courts, pas longs et bouclés. Mais c’est peut-être une autre….

    Je suis mélangée dans vos histoires amoureuses, Tony. Passez vous donc de pain le lundi, vous n’en mourrez pas et puis ça fait grossir de toutes façons. Parce que faire exprès pour la revoir, là… c’est aimer tourner le couteau dans la plaie. Continuez à monter vos montagnes et à faire de nouvelles rencontres féminines ( non, mais, ça va bien finir par marcher! ), c’est beaucoup plus sain.

    • trex58 Says:

      Non, c’est pas celle-ci. Celle dont vous parlez a les cheveux courts mais pas bouclés. Le voyage s’était bien passé. Sauf que, au retour, elle me trouvait trop… Trop, tout court. Trop amoureux, trop présent, trop doué pour lui faire découvrir au-delà de ce qu’elle croyait être les limites de son plaisir, trop … pour elle. Une autre aurait sans doute adoré… ou m’aurait gentiment fait comprendre de me calmer, ou aurait attendu que je me calme. Elle a des démons en elle.

      Non, celle-là a de longs cheveux roux bouclés.
      Mais ! J’aime tourner le couteau dans ma plaie ! J’adore ça. Rien de tel que de souffrir pour se rendre compte qu’on est bien vivant et que la vie est formidable. Et pour bien se remettre en tête les erreurs commises afin de ne pas les répéter. Samedi soir, j’étais au cinoche avec G. Et hier soir je goûtais du vin avec M-J. Sans parler de M. qui adore sortir au cinéma avec moi. Je continue à faire des rencontres, et elles sont toutes différentes, chacune avec son charme, ou ses défauts, ou son passé encore douloureux. Soit je retomberai amoureux rapidement, soit nous prendrons plaisir tous les deux à nous voir. J’aide juste un peu le hasard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :