Sagesse, solitude, bonheur, réflexions en vrac

Je ne sais pas si je suis si sage qu’il peut sembler à certains …
D’ailleurs, la sagesse, c’est juste être un peu plus sage tout en gardant ses petites folies.
Il faut lire. Des livres sur la philosophie, sur le fonctionnement de nos esprit, sur la psychologie, sur la spiritualité, etc. Pour accepter…
Il faut accepter, et se calmer, et être ainsi disponible.
C’est une position difficile : accepter l’idée que, PLUS JAMAIS SANS DOUTE, on ne trouvera quelqu’un avec qui vivre, tout en se disant que c’est quand même possible. Pour cela, il faut trouver un sens à sa vie, seul(e). Ou avec les autres.
Peut-être faut-il des expériences de retraite, seul(e) dans une chartreuse ou un centre bouddhiste, pour s’habituer au calme profond ? et ainsi apprécier la moindre des choses ?
Accepter, renoncer à l’espoir de ce qu’on ne contrôle pas pour se concentrer sur ce qu’on peut changer ? Aller sur Meetic, ce n’est pas l’idéal… Mais, en restant chez soi, c’est PIRE ! Ou bien, aussi, il y a OVS. Si l’on n’y trouve pas l’amour, on peut y trouver des personnes fort intéressantes, des amis, des amants… D’une amitié peut naître, peu à peu, un sentiment, de plus en plus profond. Notre désespoir d’être toujours/encore seul, le manque de ce que nous avons perdu (notre conjoint), nous font oublier l’essentiel : nous sommes vivants, et la vie est belle ! Pour cela, il faut arrêter les pensées tournoyantes : soit s’occuper pour qu’elles se taisent, soit consciemment les faire taire, ou – en méditation – calmer son esprit.
Je ne suis pas encore tout à fait tout seul, car je vois mon fils un jour par semaine, moins encore à partir de septembre. Mais, bon, quand il vient, c’est une bonne surprise, mais je me débrouille sans lui.
Oui, n’avoir personne à qui parler le soir en rentrant, c’est pénible… Mais on peut avoir des amis, à appeler, à visiter. D’autres sont dans la même situation. Partager nos solitudes…
Oui, relâcher nos rêves et désirs. Il nous faut y renoncer … presque. Chercher ce qui nous fait plaisir, ce que nous aimons : peindre, écrire, visiter, etc. Et le faire. Ce serait mieux à deux, sûrement ! Mais, déjà, il faut arriver à être heureux seul, car qui voudrait de nous si nous faisons la gueule ? 😉 Et trop espérer de l’autre, c’est mettre une trop forte pression qui peut le faire fuir. Aimer l’autre tout en ayant une petite pensée qui nous surveille et nous aide à laisser l’autre marcher à notre même rythme.
Nous ne sommes pas faits pour vivre seul… mais il faut malgré tout apprendre à l’être tout en gardant sa bonne humeur. C’est difficile… comme marcher sur une corde raide, sur le fil du rasoir. Mais on doit pouvoir y arriver, en s’appuyant sur l’aide (consciente ou pas) que d’autres sont prêts à donner, par bienveillance.
Il faut lire… encore et encore, pour savoir le pire qui peut encore nous attendre, pour savoir ce que d’autres ont fait pour s’en sortir, pour accepter que notre malheur n’est pas si grand que cela…, pour penser aux autres…
Donner aux autres sans espoir de retour : bienveillance. Dans l’espoir de recevoir aussi ; et de trouver quelqu’un qui fait pareil.
Se préparer à vieillir. Accepter. Accepter ce qui est passé, ce qui n’est plus. Être dans le présent. Voir la beauté et la joie autour de soi, et s’y glisser délicatement, avec le sourire et de la bienveillance.
Plus facile à dire qu’à faire… je sais. Mais bah, c’est mieux que de passer ses soirées devant la télé ! 😉

Publicités

4 Réponses to “Sagesse, solitude, bonheur, réflexions en vrac”

  1. marlaguette Says:

    Et bien, moi, je crois qu’il faut au contraire continuer à s’accrocher à nos rêves et nos désirs… et qu’il y a forcément quelqu’un qui est là quelque part, prêt à partager ce qu’il nous reste à vivre… Mr Hazard s’arrange pour se faire rencontrer les gens qui ont un truc à partager… Ne pas chercher, ça se passera sans même que tu ne t’en rendes compte !
    Quant au passé… il est passé… avec ses joies et ses peines, ses erreurs et ses déceptions… Je crois qu’il faut lever le nez et sourire aux étoiles et à la vie. Voilà !

  2. trex58 Says:

    Il faut avoir des rêves et des désirs. Mais il ne faut pas se perdre dedans et attendre que cela nous tombe dessus sans rien faire.
    Ca me rappelle une blague : « Dieu parle à Joseph qui lui a demandé de l’aider en le faisant gagner à la loterie : Ecoute Joseph, je suis prêt à t’aider. À condition que tu y mettes un PEU du tien : achète au moins un billet de loterie !! ».
    Il faut garder ces rêves et ces désirs, mais surtout il faut s’accrocher à faire tout ce qu’il faut pour qu’ils puissent se réaliser : donner un coup de pouce au hasard : aller au cinoche, flâner sur les marchés, être avenant et gai, sympa, oser engager la conversation avec quelqu’un d’intéressant, avoir des activités avec d’autres personnes, faire ce qu’on aime et aimer le partager avec d’autres… sans se forcer, par envie, par envie du plaisir du contact avec une autre personne. Ensuite, tout est possible.
    Ne pas chercher : ne pas se rendre malade si, malgré les années qui passent, on ne rencontre toujours personne avec qui reformer un couple. Mais profiter des autres rencontres pour se faire des connaissances, ou amis, sympas. Ce serait mieux de pouvoir serrer la main de l’aimé(e), mais ce serait pire de ne parler à personne.

    Oui, tu as raison ! Il faut sourire aux étoiles et à la vie !
    Là, pour le moment, il fait une chaleur d’enfer à GNB, et c’est crevant ! Alors, après un petit salut aux étoiles, au lit ! Demain, je déciderai : travail, montagne, photo, farniente.

  3. Encolie26 Says:

    Je ne peux pas vraiment dire que te lire me remonte le moral! Alors j’essaierai juste de faire taire l’écho tonitruant de tes propos.
    Tu peux essayer le Monastère de la Visitation à Voiron, des femmes formidables, j’ai une copine là-bas. Pas besoin d’être croyant. J’y ai fait des WE d’une incroyable expérience de liberté intérieure.
    Je voulais te dire … Parfois on rencontre un ange … c’est juste quelqu’un qui t’aide à passer le moment difficile en tenant ta main. On a à peine conscience de ce qui se passe, c’est après que l’on réalise l’amour que l’on a reçu … sans contre-partie, sans condition. Ca peut être n’importe qui, ce n’est pas mystique, ce n’est pas religieux .. mais moi j’appelle cela une grâce (c’est juste par ce que je n’ai pas trouvé mieux).. un sourire de l’Autre.
    Aie confiance.

  4. trex58 Says:

    Un sourire… disait Gandhi. Donner un sourire, cela ne coûte rien. Surtout, cela montre sa bienveillance envers les autres, sans désir de contre-partie.
    Un WE à méditer chez les soeurs ? Hummmm Je vais commencer à lire un livre sur le Bouddhisme. Même si ce n’est pas parfait, il y a des choses intéressantes (à condition d’oublier le côté « paranormal » du bouddhisme : lévitation, magie, etc).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :