La vie

Pour parodier Woody Allen (« L’éternité, c’est très long. Surtout vers la fin »), je dirais :

Une vie, c’est très court. Surtout vers la fin.

Enfin, c’est court pour ceux qui ont encore l’envie de faire plein de trucs encore. À rapprocher d’Aragon « Chausser des bottes de sept lieues En se disant que rien ne presse ». Pour ceux qui ont renoncé, ce temps inutile leur est insupportable de lenteur. Surtout si, comme beaucoup, ils se rendent compte qu’ils n’ont pas vécu. Reste à savoir comment conserver longtemps l’envie de vivre… Aller vers les autres.

Mon but n’est pas d’être déprimant en parlant des sujets désagréables (mort, vieillesse, déchéance, solitude, etc). Mais ces sujets, on ne peut pas leur échapper : autant s’en faire des « amis » : les apprivoiser. Quant à échapper aux autres par le premier, c’est une bien mauvaise idée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :