En panama

De retour du Panama, juste descendu d’un vol de la Pan AM, coiffé d’un panama, et déambulant dans les rues de Panam, tout en écoutant « Tana Mana », me voici.

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

PN 1

Publicités

Étiquettes :

10 Réponses to “En panama”

  1. trex58 Says:

    C’est un vrai panama ! Adopté à Avignon il y a deux semaines.

  2. Une femme libre Says:

    Beaux portraits. Vous avez l’air taquin.

  3. marlaguette Says:

    Tu vas les faire craquer !

  4. prinsessan Fluflu Says:

    Quel beau panama !
    et le superbe sourire de la photo n°7 nous oblige à sourire nous-même ! 🙂
    Il ne vous manque plus qu´un noeud papillon pour les plus grandes occasions ! 🙂

    • trex58 Says:

      Ah ! Le sourire c’est communicatif ! Comme de tirer la gueule, d’ailleurs… Souriez ! 😉
      Un noeud-pap ? Oui, pourquoi pas ? Je n’aime pas les cravates, qui m’étranglent. Mais pourquoi pas un noeud-pap ? Je vais y réfléchir… Merci pour l’idée !!

  5. marlaguette Says:

    Pas les chapeaux .. les dames !

  6. marlaguette Says:

    Un « tit » brin séducteur non ?

    • trex58 Says:

      Oui ! J’essaye de séduire le capteur demi-format de mon Nikon D90 pour qu’il fasse de belles photos alors que je ne suis pas DERRIÈRE l’objectif et que je n’ai qu’une vague idée de ce que ça va donner.
      Quant à séduire les femmes, je ne suis pas suffisamment à l’aise lors de la première rencontre pour réussir à être « naturel » comme sur ces photos.

  7. trex58 Says:

    Ah ! Que de compliments ! J’ai les chevilles qui enflent !
    Taquin. Séducteur. Hummm
    L’exercice de l’auto-portrait photographique n’est pas si évident que ça… L’an passé, j’avais fait une séance du même genre : je tirais pas mal la gueule et mes sourires étaient forcés. Cet été, devant l’objectif, je m’amuse, je joue. Mais je ne joue pas un rôle, je ne fais pas semblant : devant l’objectif, je souris du plaisir de jouer au photographe qui se prend en photo, et je ris du plaisir que j’ai à sentir que je suis heureux de jouer ainsi. Pour parodier Woody Allen qui disait : « Ah, comme je serais heureux si j’étais heureux ! », je dis : « Je suis heureux d’être heureux », et ça se voit sur les photos. Les photos sont mises dans l’ordre de déclenchement : le sourire de la photo n°7 vient juste après celle où je tire la langue : je ris encore de ma gaminerie.

    « Les faire craquer ? Une seule me suffirait. Je ne suis pas collectionneur et je mets tant de moi-même dans une relation que je ne peux guère renouveler souvent l’exercice et surtout pas deux en parallèle. Là, il m’aura fallu trois mois pour digérer la rupture d’ELLE. Je sais que j’ai été maladroit avec elle, mais ma raison s’était évaporée face au bonheur que je vivais (enfin) : certain(e)s, face à des sentiments qu’ils/elles n’ont jamais ou rarement reçus, sont désarmés et ne voient que dans la fuite le moyen d’arrêter le flux incontrôlable d’émotions mélangées (bonheur et souvenirs douloureux toujours pas digérés) qui les submergent. Je suis attiré par les personnes qui ont souffert et qui luttent, j’ai l’impression…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :