Archive for août 2011

Responsabilités

2011/08/31

Chut… j’écris tout bas. Car elle dort sur mes genoux, fatiguée.
Oui, un chat, ce sont des responsabilités… Ce n’est qu’un animal… mais si « attachant ». Enfant, elle joue, elle a besoin de câlins, d’être rassurée. Elle a besoin d’une présence, ne serait-ce qu’un spectateur de ses pitreries, et de ses bêtises… D’une certaine façon, je (ou tout humain chez qui elle vivra) suis à la fois sa mère et ses frères de jeux, et un drôle d’animal aussi : je soupçonne les chats de voir en mes mains, mes pieds, et mes yeux, diverses « entités » indépendantes qui inter-agissent avec elle.
Fatiguée, et mal à l’aise sur mes cuisses où elle glisse, elle est allée se coucher sur le pouf, juste à côté, et sa tête glisse doucement, accompagnant sa chute dans le sommeil ; elle dort vraiment, là.
Un chat, c’est le risque de s’y attacher… C’est le risque de devenir accro à ses demandes de caresse et de présence rassurante. Dans tout amour, il y a la peur de la perte… Si je la rends à ses maîtres (si je les trouve), elle va me manquer, déjà… Et si je la garde, je vais devoir adapter ma vie à ses besoins, vitaux et de présence ; et me sentir coupable d’en avoir privé quelqu’un autre (mais il l’avait mal gardée…).
Zut ! Mieux vaut un poisson rouge ! 😉
Mais on n’a jamais vu de poisson rouge sauter dans une voiture et adopter un humain…
Mais, dans ma bêtise, j’oublie que, elle-aussi, elle peut s’attacher à moi… Allez donc savoir… On dit que les chats sont indépendants, mais aussi ils prennent vite des habitudes…

Publicités

Chat Pitre

2011/08/31

Le chat pitre
Se tourne
Vers le livre
Dont je tourne
Les pages.
Fin du chapitre.

Sinon, contre les moustiques, je vous recommande le chat ! Là, elle vient d’attraper, et manger, une mouche imprudente.
Vais-je la garder ? Il y a probablement un maître à qui elle manque… Il me faudra faire le tour des boulangeries du quartier et voir s’il n’y a pas un avis de recherche. Ou pas…
Là, elle mange l’une de mes chaussettes… Elle doit avoir faim, après avoir vomi tout l’excès de viande qu’elle avait mangé…
Je lui ai roulé une vieille chaussette de sport, et elle joue avec comme une folle !! 🙂 C’est un bonheur de la voir traverser mon lit, la chaussette dans la gueule, et faisant le gros dos et la queue en l’air en passant devant la glace où la regarde … son image. Du vrai bonheur… si simple.

Portrait de chatte

2011/08/29

Voici quelques images de la boule de poils.
Bien difficile à attraper dans ma petite boîte magique, la boule de poils… Un petit tigre en fait. Une tigresse. Là, après avoir chassé son image dans mon miroir pendant un long moment, elle dort !

1

2

Là, elle est vraiment belle !
3

4

5

6

7

Le Chat

2011/08/28

Alors, que fais-je de la boule de poil ?
La petite tigresse mange du fromage de chèvre… et elle préfère le foie de lapin aux croquettes de Carrouf. Elle aime jouer, se battre avec moi, défier l’autre chat dans le miroir, et se faire caresser (à en ronronner d’aise).
Le temps passe plus lentement et mieux avec elle.
Là, épuisée, elle pèse des figues…
Une chatte, cela donne bien des plaisirs…, et c’est bien plus simple à vivre qu’une femme ! 😉 Mais, bon, ce n’est pas pareil…
Et voilà que j’habite chez ma chatte…
Que vais-je faire d’elle ?
Me voilà une nouvelle responsabilité…

Tu seras mon fils

2011/08/28

« Tu seras mon fils » : un bon film, bien interprété. Ce père qui n’aime pas son fils (qui n’a pas de « nez ») et qui n’aime que le vin, et son vin, et qui est prêt à tout. Un bon film, qui finit drôlement, sur un dénouement inattendu mais logique : ne pas prendre le fils de quelqu’un qui n’a plus rien à perdre. Niels Arestrup joue formidablement le rôle d’un homme qui ment, trafique son passé, et prend les autres comme des objets à son service. À voir.

Magnifique journée !!

2011/08/28

Ce fut une journée magnifique ! L’atmosphère lavée par la pluie d’avant-hier, le ciel bleu sans nuage, pas de vent.
La Chartreuse, encore. Et encore la même balade : Col de la Charmette, Col de la Petite Vache. Puis, en passant par le col de la Grande Vache et le col d’Hurtière, jusqu’au bout, à la baraque au sud, et jusqu’au-dessus de Grenoble. Repas au sommet du Mollard de la Chaleur, avec vue sur toute la Chartreuse, tout Belledonne, un peu du Vercors, et le Mont Blanc au nord-est.
5h1/2 de marche, avec deux amis de mon âge (mon âge à eux deux) et qui avaient du mal à marcher aussi vite que moi.
Ils sont revenus épuisés !!!! mais heureux ! Heureux du spectacle. Heureux de leur fatigue.
Hélas, mon fils n’a pas voulu venir… sniff. Cela aurait été un si beau souvenir, une si belle journée là-haut.

Chat

2011/08/27

Me voilà avec un chat…
J’avais bien besoin de ça…
Bon, c’est vrai, je me posais la question…
la question d’en avoir un.
Mais je me disais qu’un pauvre chat dans un appartement au 6ème ça ne serait pas le pied pour lui…

Je ne l’ai pas acheté.
On ne me l’a pas donné.
Je ne l’ai pas vraiment trouvé.
Disons que … il m’a adopté.

En fait de chat, c’est une chatte, un chaton.

Ce matin, j’allais poser son chèque dans la boîte à lettre de ma femme de ménage, avant d’aller faire des courses, en voiture. J’arrête ma voiture dans sa rue en cul-de-sac, à 3 mètres de la boîte. Je descends, laissant la porte grande ouverte, et je vais jeter l’enveloppe dans la boîte. À ce moment-là, un tigre miniature gris et rayé s’approche de moi en miaulant fortement et se frotte à mes pantalons, la queue ondulant verticalement. Machinalement, je me penche pour le caresser, puis je me redresse et l’observe : il (je ne savais pas encore que c’était une fille…) se dirige tranquillement vers ma voiture et … grimpe dedans. Interloqué, je ne pas quoi faire… Au bout de 2-3 minutes, le chat toujours à visiter ma voiture, je décide de laisser faire le hasard, ou bien la curiosité du chat, et je pars faire mes courses, avec la chatte qui visite toujours ma voiture et réclame encore des caresses.

Là, elle dort sur une chaise en paille de la cuisine, après avoir mangé un peu de foie et avoir joué follement pendant plus d’une heure avec un bouchon attaché au bout d’une ficelle.

Est-elle perdue ?
Est-elle sauvage ?
Qu’en faire ?

Je pense que j’irai mettre un papier disant que j’ai trouvé l’animal, en espérant que personne ne le réclame…
Mais, bon, à part les dégâts que 2 paires de pattes armées de lames de rasoir assistées d’une trancheuse peuvent faire à mon appartement, qu’en ferai-je si je désire partir plus de 2 jours ?

Hummmm
Me voilà bien embêté, adopté par une chatte.
Moi, c’est plutôt l’inverse auquel je pensais… 😉

Fin de l’été ?

2011/08/26

Temps bizarre aujourd’hui sur Grenoble. À 14h, il y avait une chaleur étouffante, qui prenait à la gorge, avec le vent du sud. 35° ? 40° ? Puis le vent tourna du nord, et il fait maintenant 20° sur ma terrasse, la foudre frappe de temps en temps et le tonnerre gronde, il pleut (raisonnablement), et le vent a soufflé en furie. La météo me dit : 37° l’aprèm et 14° à 19h !

Fin de l’été ?
Premier et dernier orage de cet été bizarre ?

En tout cas, je me félicite d’être allé marcher en montagne mercredi : le vent du sud était froid le matin ! à 1700m, avant que la chaleur ne revienne, mais il faisait si bon là-haut dans « mon » jardin (je n’ai vu personne pendant plus de 3 heures, comme perdu là-haut, pourtant à portée de vue de Grenoble, si près et si loin). Et je me félicite d’être allé manger en ville hier soir avec deux amies : presque 5 heures à manger et discuter en plein centre-ville, avec une température idéale et constante, de sorte qu’à minuit passé ma veste était toujours inutile. Et presque 5 heures à rire de bon-coeur de tout et de rien, de quelques jeux de mots, de nos petits malheurs, et du bonheur d’être en vie et en bonne santé.

Oui, l’été est un bonheur. Encore un mois d’été, nous dit le calendrier, puis l’automne. Encore de belles balades en montagne à venir. Et cette journée à passer à Lyon enfin, à traîner dans les rues l’appareil photo à la main (même s’il me reste encore des milliers de photos à finir de trier…). Peut-être aussi un tour dans le midi : Aix-en-Provence, Cassis, la mer, les calanques… on verra.

L’Alpage sous la Grande Sure

2011/08/24

L’alpage sous la Grand Sure, par le Col de la Charmette. Presque 5 heures de marche tranquille. Un bonheur !

Reflets :
Eau

L’alpage :
Alpage

Attention ! Elles me surveillent !
Vaches

Les pieds en éventail !
Le pied !

Si haut !
Troncs

La preuve !
Col

La Grande Sure à droite :
La Grande Sure

Montagne, montagne, montagne

2011/08/23

Mardi passé, je marchais dans le Vercors : longue balade dans l’alpage.
Dimanche passé, je marchais dans le Vercors : moyenne balade en forêt, écrasé par la chaleur de la canicule.
Demain, sans doute, je retourne en Chartreuse : toujours la même balade dans l’alpage.

Même lieux, toujours. Mais pas les mêmes moments, pas les mêmes rencontres et discussions, pas la même lumière, pas la même fatigue, pas la même façon qu’a mon corps de me demander de se reposer (et je l’écoute de plus en plus, heureux de céder à la sieste), pas la même recherche. Avant, je cherchais à fatiguer mon corps, à maigrir. Avant, je cherchais à calmer mes pensées en obligeant mon cerveau à se concentrer sur chaque pas. Avant, cela m’était une thérapie. Maintenant, cela m’est un plaisir, le nez au vent, le regard au loin, les pieds dans l’herbe ou sur les cailloux du chemins, attentif à la Nature et aux gens que je rencontre, prêt à la discussion, offrant mon sourire sincère. Pas la peine d’aller au bout du monde, à Bali, en Chine, à L.A., pour trouver un moment de bonheur. Certes, partir nous fait oublier notre vie, nous déconnecte de notre vie, rompt le rythme et nos habitudes ; pour un temps, avant de revenir et de recommencer. Partir en soi, promener son corps et son esprit en des lieux amicaux car si souvent pratiqués, c’est aussi une aventure, plus simple. Il n’y a pas plus belle découverte que de marcher dans son jardin, qui n’est jamais pareil. Seul. Ou à deux. Mais il ne faut pas s’attendre qu’il/elle en ressente les mêmes plaisirs. Et puis, à deux, on peut partir loin, et partager. Partager, maître mot. Echanger. Vivre ensemble des moments qui créent en nos mémoires des souvenirs à la fois communs et différents, mais qui nous lient. La montagne, oui, tant que je suis seul. Ensuite, ensuite… Ensuite ? On verra bien. Si jamais cela arrive. Bah, l’été tire sur sa fin. Bientôt l’automne, l’hiver, puis le printemps. Et le cycle recommencera. Trouver de la beauté en tout, autant que possible… et la chercher en soi, chercher le germe à faire grandir, et le faire grandir, peu à peu, malgré la solitude. Et s’ouvrir vers les autres, LES autres à défaut d’UNE autre ; certes… Mais, pour plaire à un(e) autre, déjà il faut être bien en soi.
Allez, je vais lire, dans cette chaleur étouffante et pénible, mais que nous regretterons lorsque le froid de l’hiver sera de retour. Comme quoi, on ne sait jamais profiter de ce qu’on aime, et cela peut toujours être pire !
Être dans le présent…