Tout a une fin…

Mon fils vient d’être accepté pour faire son Master à Valence. Le voilà donc bientôt parti de la maison. Certes, je ne le voyais pas souvent déjà, et ce n’est pas bien loin de Grenoble… mais son amie poursuivra ses études (probablement) à Caen. Ca va pas être simple pour eux… Et je pense donc que je les verrai encore moins qu’avant. En plus des frais supplémentaires. Et, bien sûr, vas savoir où il vont aller s’établir ensuite. À Brest ? 😉
Quant à ma fille, son ami cherche toujours un job en … Australie.
Hummmmmmmm J’envie ceux qui sont nés dans une ville, y ont grandi, y ont fait leurs études, y travaillent, et dont les enfants font de même. Certes, changer de ville, ça évite de s’encroûter. Mais, non-Dieu qu’il n’est pas facile de se faire des amis… surtout pour moi. Et qu’il est bon d’avoir ses enfants pas trop loin. Lyon, par exemple.
Bon, j’ai passé 5 ou 6 heures à tirer des photos… et hier j’ai fait du sténopé en montagne, et demain matin aussi.
Qu’est-ce qu’il disait, Epicure ? Ah oui : on passe sa vie à : 1) satisfaire ses besoins vitaux, 2) se distraire, 3) penser à sa mort. Et l’amour, dans tout ça ?! 🙂

Publicités

4 Réponses to “Tout a une fin…”

  1. jobougon Says:

    Tout a une fin, et c’est l’occasion d’un nouveau début. Moi je rame à me demander vers quoi je vais bien m’orienter, Car le début s’annonce mais sans encore me donner de direction. Alors il reste les sorties sur ovs, les spectacles de l’été, mais quand le coeur n’y est pas, cela ne représente pas grand-chose finalement.
    Mais vous avez raison, les bonnes choses à prendre sont là et surtout ne pas les rater quand elles arrivent.
    Mais pour l’instant, ça bloque, ça bloque et ça rebloque. Juste un peu marre. J’aimerais que la joie revienne dans ma vie.

  2. trex58 Says:

    Je fais de la photo en partie parce que cela donne de la joie : pour moi bien sûr, mais aussi du plaisir parfois pour celui qui les regarde, et surtout de la joie pour celui/celle qui se découvre vraiment sur mes photos et pour qui, avec sa famille, c’est un peu magique. Bon, ça n’arrive pas toujours… mais la maman de Julien avait mis ma photo sur FaceBook, Marine montrera mes photos à ses enfants, et Ariane est finalement enchantée des photos que j’ai faites d’elle comme cadeau de la fête des mères.
    Alors, donner de la joie aux autres, c’est une solution, un début, une piste.

  3. miaasublime Says:

    Et l’amour dans tout çà? Mais pour moi, çà fait partie des besoins vitaux! Sans amour pour soi, on passe à l’étape 3. Mais sans amour (peu importe la forme qu’il revêt : filial, amitié ou réelle passion), où trouver l’envie d’avancer?
    D’accord l’espoir fait vivre, mais quand même…

  4. trex58 Says:

    Oui, miaasublime, l’amour fait bien partie des besoins vitaux, tu as bien raison de le dire. Sans amour, à donner ou à recevoir, nous ne sommes pas grand chose… et nous nous étiolons comme une plante sans lumière. Enfin, la plupart des Hommes. Certains sont arrivés à pouvoir s’en passer, les pauvres. Mais c’est vrai que c’est compliqué… Que faire de sa vie si elle ne compte pas pour quelqu’un ? Finalement, une mère Térésa qui a consacré sa vie à aider les pauvres étaient bien récompensée par leur joie et leur amour pour elle.
    Où trouver l’envie d’avancer, ou simplement de continuer à vivre ? Oh, pour certains, vivre devient une habitude… Qu’importe pour eux qu’ils tournent en rond et effleurent juste la surface des choses et qu’ils marchent vers le tombeau sans rien comprendre… ils s’en moquent. Beati pauperes spiritu : Heureux les simples d’esprit. À mettre en parallèle avec Adam et Eve chassés du paradis parce qu’ils ont acquis la connaissance : ils se sont rendus compte qu’ils sont nus. Ne pas savoir permet de vivre tranquillement… Trop bien savoir risque de faire louper les choses simples…
    L’espoir fait vivre ? Hummmm Je joue au Loto de temps en temps, c’est vrai. Mais, bon, entre deux espoirs de gagner le gros lot, j’arrive à vivre ! 😉 Mais l’espoir sur quelque chose qu’on ne contrôle et qui pourrait arriver… ce n’est plus de l’espoir, c’est de la folie. Folie bien commune… Un moyen d’échapper au présent parfois bien désagréable…

    Oui, l’amour fait partie des besoins vitaux. Mais, hélas, ce n’est pas comme des tomates dont on achète les graines et qu’on fait pousser, ni comme un poisson qu’on essaye d’attraper avec un bon appât. L’amour est … trop subtile pour qu’on puisse en parler en quelques phrases !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :