Elle…

À la fin de mon « deuil » de ma relation avec Elle, je lui ai écrit :
« Désolé, mon attachement pour toi était profond et sincère ; alors mon acceptation de ta rupture brutale ne pouvait pas se faire rapidement ni sans douleur pour moi. »
J’aurais dû rajouter :
« Et, quand j’ai mal, je crie, je pleure, et j’écris ce que je ressens pour évacuer ma souffrance. »

Là, ça va mieux ! Je me sens mieux. Normal, c’est le printemps !

(ne riez pas pour le mot « deuil ». Pour pouvoir entamer une nouvelle relation, il faut avoir pu faire le deuil de l’ancienne. Le problème, contrairement à un vrai macchabée, c’est qu’elle est toujours là… et que, quelque part au fond de moi, est tapie l’idée que, peut-être, pourquoi pas, bien qu’elle ait vigoureusement affirmé définitivement le contraire, elle pourrait changer d’avis…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :