Indignez-vous ! (1)

« Indignez-vous! » de Stéphane Hessel.

Jusqu’à présent, je n’avais pas cédé à la folie commune de lire ce pamphlet de 19 pages.
Je viens de le trouver (gratuit) sur le Web : Indignez-vous !

Quelques remarques:

– Monsieur Hessel se réfère aux valeurs définies par le Conseil National de la Résistance. C’était il y a fort longtemps… trop longtemps à mon avis. Les temps ont changé. À cette époque, par exemple, on n’imaginait pas que la Terre et nos civilisations puissent être à l’agonie, comme elles le seront bientôt. Sans parler de l’accumulation de connaissances sur le fonctionnement du monde et de nous-mêmes. Il n’est pas possible de baser notre pensée sur un texte écrit il y a si longtemps… et qui baignait dans une atmosphère fasciste et communiste.

– « L’écart entre les pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important ». Hummm Une étude que j’ai lu récemment disait qu’en France, entre les 20% les plus riches et les 20% les plus pauvres, il y a un rapport 4. Dans d’autres pays (genre USA), ça monte à 9, voire 20…

– « On ose nous dire que l’Etat ne peut plus assurer les coûts de ces mesures citoyennes ». La France n’a jamais eu une telle proportion de fonctionnaires…

– Il s’en prend aux Banques. Il a raison ! Elles ne pensent qu’à créer de la richesse … virtuelle. Mais elles ne sont pas la cause de tout. Il y a des Banques dans tous les pays ; et l’Allemagne, après une cure d’austérité, se porte assez bien.

– « L’indignation » : Pour avoir le loisir de s’indigner, il faut déjà pouvoir subvenir à ses besoins de base : logement, nourriture, eau, travail. Combien de milliards d’hommes sur Terre n’ont pas ce minimum ? S’indigner, c’est un luxe de riches.

– « Transmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux ». Et oui, les « idéaux », c’est beau. Et ça fait pleurer dans les chaumières. Le problème, c’est l’application de ces idéaux dans leurs détails et toutes les dérives associées. Par exemple, pour la Sécurité Sociale et les Retraites, c’est formidable ! À condition que ceux qui les gèrent traquent consciencieusement ceux qui trichent ; ce qui n’est pas le cas… L’Enfer est dans les détails de l’application des idéaux.

– « La dictature internationale des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie ». Hummm Que voilà une phrase poubelle qui ne veut pas dire grand chose. La paix ? Il n’y a pas eu de guerre « sérieuse » depuis … 1945. Pourquoi ? Quand les hommes ont oublié la faim, ils restent tranquille. D’où nos soucis futurs, quand eau et nourriture se feront rares sur cette Terre…

– « Plus de justice, plus de liberté » : Les moyens donnés à la Justice en France sont effectivement insuffisants. À cause des gaspillages ailleurs ? « Plus de liberté » : dans le respect des autres ; ce que nombre de jeunes ont tendance à oublier, croyant que le mot « liberté » signifie qu’ils ont le droit de faire ce qui leur passe par la tête.

– « ce qui a causé le fascisme » : l’égoïsme des possédants, pense-t-il. Une autre hypothèse penche vers la schizophrénie induite par la religion protestante et son idéal débile de « pureté », d’où la pureté de la race. Rappelons-nous aussi que, si les Chrétiens n’avaient pas vu en les Juifs ceux qui ont condamné Jésus à mourir sur la croix, la Shoah n’aurait pas existé. D’ailleurs, je n’ai jamais compris cette haine des Chrétiens envers les Juifs, puisque Jésus était juif et que, de toute façon, s’il n’avait pas été condamné à mort, le Christianisme n’aurait jamais vu le jour ! Finalement, les Chrétiens ont reproché aux Juifs, par l’intermédiaire d’UN SEUL de leurs représentants, d’être la cause de l’élément fondateur de leur religion : sans cette trahison, ils ne seraient pas chrétiens !! (Je rappelle juste que ni Jésus, ni Judas n’ont existé. Ce ne sont que des personnages fictifs inventés dans le cadre d’une campagne de propagande pour faire passer un message d’avant-garde (pour l’époque) mais qui a tourné à la connerie au fil des siècles à cause de tous ceux qui ont détourné les idées originales).

– « Résister contre l’occupation allemande, c’était simple, pour les jeunes de l’époque » : Et oui, pour les jeunes d’aujourd’hui, résister contre l’envie de posséder un iPhone ou un sac « Lacoste », c’est très difficile… D’ailleurs, peu d’entre eux y arrivent…

– « Communisme : forme insupportable de totalitarisme » : Hessel dit que, dès qu’il a eu connu les procès staliniens de 1935, il avait senti la nécessité de s’opposer à cette « forme insupportable de totalitarisme ». J’aimerais savoir QUAND la peau de saucisson qui brouillait sa vue claire sur la folie communiste en URSS a disparu. A-t-il été parmi les premiers ou les derniers ? Historiens, au boulot !

– « Sartre : vous êtes responsable en tant qu’individus ». Hummm, cette phrase n’était-elle pas surtout destinée à libérer les Homme du joug de Dieu ? plutôt que d’un pouvoir terrestre ? Hessel détourne des idées de leur but premier ?

– « Mon optimisme naturel, qui veut que tout ce qui est souhaitable soit possible » : Naïveté ? C’est une force qui aide à abattre les montagnes. Mais celui qui s’assigne un but doit surtout analyser et comprendre l’ennemi pour mieux l’abattre. L’enthousiasme ne suffit pas.

– « Hegel interprète la longue histoire de l’humanité comme ayant un sens : la liberté de l’homme progressant étape par étape ». (Hessel est un disciple de Hegel). Cela me rappelle les créationnistes, qui voient dans la Nature la preuve qu’elle a un but, dessiné par Dieu bien sûr. Hegel et Hessel, finalement, sont encore très religieux : ils refusent d’accepter que le Monde est chaos, et qu’il n’y a aucune certitude que l’Homme progresse vers le mieux, vers « l’Etat démocratique dans sa forme idéale » comme il dit. Ou bien : « l’histoire des sociétés progresse ». Lorsqu’il y aura TROP d’Hommes sur Terre, nous risquons de retrouver certaines formes de dictatures que nous avons oubliées… juste peut-être pour éviter que chacun ne tue ses voisins pour survivre soi-même. Hessel est un utopiste. Ils sont utiles. Mais il faut aussi lire ceux qui anticipent le pire, non pas pour nous faire peur, mais pour fournir des pistes pour l’éviter. Mais, c’est bien connu, ce n’est que lorsque l’Homme est entré dans le pire qu’il en prend conscience…

– Hessel s’indigne de ces jeunes qui sont indifférents à ce qui est « insupportable » dans le monde. Pour lui, s’indigner est « l’une des composantes essentielles qui font l’humain ». Hessel confond son idéal d’Homme avec la réalité… Pour comprendre l’Homme, il faut lire des psychologues, des neurologues, et des philosophes modernes ; pour comprendre les mécanismes sous-jacents qui nous poussent à agir, comme par exemple les traumatismes de l’enfance, ou la variabilité de l’empathie et de la compassion envers l’autre en fonction de sa « distance » (familiale, nationale, culturelle, de couleur de peau, etc) avec l’autre. Le racisme, par exemple, est mal étudié et mal compris : par nature, chaque homme se méfie de l’étranger ; que cet étranger soit un voisin bizarre ou un immigré d’une couleur de peau différente. Plus on « pratique » ceux qui nous sont différents, moins ils nous sont différents.

– « Les très pauvres et les très riches » : Hessel compare les plus pauvres des pauvres sur Terre ( 2$ par jour) avec les plus riches (banquier aux USA ? ou oligarche en Russie ?). Or, dans certains pays, avec 2$ par jour, on vit « bien », s’entend : on satisfait ses besoins de base. Par exemple, il y a encore des paysans qui s’auto-suffisent : ils ne gagnent rien, mais ne dépensent rien. Alors que, avec 50$ par jour à New-York, c’est la galère… Le bonheur ne se mesure pas au nombre de $ gagnés chaque jour…

– « Tout individu a droit à une nationalité » : Pourtant, n’est-ce pas à cause de la création de grandes Nations, fortes et centralisées, que les plus grands malheurs sont advenus ? Faire partie d’un groupe est un mécanisme psychique fondamental chez l’Homme (et chez les animaux) : c’est lui qui nous pousse à protéger ceux qui sont dans notre groupe et à repousser les autres, traités de non-humains. Dans les peuples « primitifs » (au sens : antérieurs aux peuples « civilisés » actuels. Mais qui n’ont rien de vraiment primitif au sens d’être les premiers), ceux qui ne font pas partie du peuple sont considérés bien souvent comme non-humains ; ce qui veut dire qu’à eux ne s’appliquent pas les règles qui assurent la stabilité et la cohérence du groupe : on peut les tuer. Ainsi, le commandement « Tu ne tueras point », donné aux Juifs, ne s’appliquait qu’aux Juifs !! Ce commandement ne s’appliquait pas aux non-juifs de l’époque (bien avant Jésus) ! Et les juifs de l’époque ne se sont pas gênés pour massacrer et prendre les territoires des autres (d’ailleurs, ça s’est passé récemment en Palestine, non ?).

– « Toute personne a droit à la Sécurité Sociale » : Que tous aident chacun, c’est bien. Le problème, c’est qu’ainsi chacun devient anonyme et que chacun devient indifférent aux autres. Avant, la solidarité s’exprimait dans le groupe (voir les risques dans le chapitre précédent) et cela créait des liens humains. Aider l’uni-jambiste qui habite dans le quartier, ce n’est pas comme se faire ponctionner son salaire par l’Etat pour le redistribuer à des inconnus qu’on soupçonne de tricher pour toucher les allocations… L’idée est bonne, mais sa perversion est facile… D’ailleurs, c’est souvent un problème fondamental : on crée des lois bonnes en oubliant que tous les individus ne sont pas « bons » et que certains voudront abuser de ces lois. Ainsi des textes de loi pour les intermittents du spectacle, dont le nombre de bénéficiaires a explosé, bizarrement…, de telle sorte que même les éclairagistes en bénéficient.

– « Jeunes : regardez autour de vous, vous y trouverez les thèmes qui justifient votre indignation ». Je suis personnellement indigné que le tabac continue de faire autant de dégâts en France ! Et cela commence par les plus jeunes, mal protégés par leurs aînés. Hessel a vécu dans un monde dur où, soit on grandit vite, soit on est écrasé ou on meurt. Ce n’est pas le cas aujourd’hui… Le monde actuel en France fait que nos enfants prennent leur temps pour être adultes. Ce n’est pas tous, bien sûr ; mais c’est vrai pour une majorité. Hessel se fait des idées sur ce qui se passe dans la tête des jeunes. D’ailleurs, avec leur manque systématique de sommeil (télé, téléphone, PC) et leur incapacité à se concentrer à force de faire du zapping en permanence, il ne doit plus guère se passer grand chose… Sauf : trouver les fringues à la mode, avoir le dernier téléphone portable, être dans un groupe, prendre du plaisir vite, etc. (Oui, on dirait un vieux con qui parle… je sais. Mais le manque de sommeil et le zapping sont un fléau pour le développement de l’intelligence de nos enfants. Et le tabagisme est une addiction mortelle. Hessel s’en indigne-t-il ? j’attends de lire la fin pour savoir).

(page 8 ) À suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :