Le malheur d’aimer

Très largement inspirée d’un magnifique texte de Francis Dannemark (Poèmes et lettres d’amour, 1997), voici ma propre interprétation (en vers de 10 pieds et quelques rimes) du malheur d’aimer.

C’est un jour d’hiver La neige vole dans l’air
Me rappelle les flocons de ses cheveux
Du soleil couchant rougis de lumière

De son regard si dur la lueur bleue
L’énergie de ses geste Ses longs cheveux
Sa voix étrange qui m’est douce et amère
Ses lèvres dures Son visage anguleux
Son corps inconnu et si mystérieux
Son caractère de lionne et de panthère
Tout cela dessine au nid de mes nuits
La forme la plus juste du désir

D’elle je ne savais que bien peu de choses
Mais si lumineuse elle m’a plu soudain
Depuis je sais que les gens vraiment beaux
Sont ceux qui rendent belles les choses qu’ils touchent

Et depuis lors l’envie de l’inviter
À inventer avec moi comme une île
Fut-elle perdue secrète et minuscule
N’a jamais cessé de me posséder

Mais je reste pour elle un étranger
Elle ne me voit pas ne m’entend pas
Et qui suis-je donc pour oser lui dire
Que tant et tant je l’aime et la désire
Et qu’en dépit de ses silences blessants
En dépit de sa dure indifférence
Et malgré cet ami qui l’a charmée
Je ne voudrais pas mourir sans avoir
Sur ses lèvres dont le goût m’est inconnu
Sur la framboise et la fraise de son corps
Dans les vagues et les tempêtes de son âme
Ne fut-ce qu’un court et douloureux éclair
Partagé à deux l’immense dévorante
Précieuse et émouvante envie de vivre

Publicités

4 Réponses to “Le malheur d’aimer”

  1. jobougon Says:

    Un merveilleux malheur.

  2. trex58 Says:

    J’aime votre poème Vendanges : http://jobougon.wordpress.com/2010/12/12/vendanges/ . Il résume bien ce que je ressens… Merci.

    « Il y a un jardin secret dont je voudrais respirer les parfums afin de savoir si j’ajuste, si je sursois, ou si j’abandonne mon attente et mes souhaits. Mais, tant que je n’ai pas respiré ces parfums, comment savoir ce que je dois faire ? Laisse-moi entrer dans ton jardin secret, que je sache qui tu es vraiment au-delà des apparences, enfin. Alors, je saurai quoi faire et les noeuds seront dénoués. Tant que ta grille est fermée, je me tordrai le cou pour savoir quelles fleurs parfumées y poussent et si j’aime vraiment leurs parfums. »

  3. trex58 Says:

    Oui, aimer même si ce n’est pas réciproque, même si cela fait souffrir, c’est essentiel à nos vie. C’est « merveilleux ». Mais, bon… j’en ai un peu marre de souffrir ! Enfin, en me torturant (pas trop, quand même…), j’apprends, sur moi, et sur les autres. Et mon envie d’apprendre est insatiable… et donc mon envie de vivre est infinie… Mais, parfois, je me demande tout simplement si je ne suis pas … très con ! 😉

  4. jobougon Says:

    Tu es peut-être tout simplement en vie.
    Les êtres humains ont en commun l’envie d’aimer et d’être aimé, certain trouvent des parades pour pallier en poursuivant la réussite sociale, le pouvoir, la thésaurisation, la médiatisation, la consommation…
    Ce qui rempli le vide existentiel.
    L’épanouissement à mon goût se situe dans la réalisation de soi avec l’idéal en trame de fond, recherche de ce qui pourrait bien nous rendre heureux, et si c’est l’amour pourquoi pas. Nous sommes nombreux à partager cette recherche mais trouver de la réciproque en ce domaine est bien complexe. Alors parfois le lâcher-prise devient nécessaire, ne serait-ce que pour mieux rebondir. Il faut se donner un maximum de chances et écouter son intuition.
    Bonne chance et je vous en prie, cessez de penser cela de vous-même.
    Vouloir apprendre est une si belle qualité. On apprend aussi à moins souffrir puisque ne plus souffrir du tout voudrait aussi dire que notre âme est morte. N’allons pas jusque là. Personne n’échappe à la souffrance, l’accepter la rend plus supportable surtout quand on lui donne tout son sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :