« Nu artistique »

Je me suis essayé au « nu artistique ».
Avec Mélaine, étudiante, en couple, qui avait déjà pratiqué ce genre, avec même un peu plus d’exhibition.
Avec Lala, 25 ans, modèle professionnelle.
C’est difficile…
Mais c’est beau.
Pourquoi ?
Comment ?

Pourquoi ai-je envie de faire de telles photos ?
Pourquoi des modèles aiment poser ainsi ?
Pourquoi ces photos gênent parfois certaines personnes ?
Comment j’arrive à faire ces photos ?

Il n’y a pas de voyeurisme en moi lorsque je fais ces photos. Pourtant, de ces deux modèles, de leur corps, j’ai presque tout vu. Du corps de Lala, je pourrais en dessiner la carte… complète. Mais il n’y a en moi, pour elles, aucun désir sexuel, aucune envie de toucher leur corps, pourtant offert à ma vue. Lorsque je prends certaines photos, je suis très près. Pour certains portraits, je suis assis à côté d’elles, à les toucher. Mais seul compte mon envie de réussir de belles photos, de capter des attitudes, de créer de « belles » images d’elles, qu’elles puissent aimer ces images, se trouver belles. Mélaine trouve que certaines photos d’elles sont poétiques. Lala a aimé les quelques photos qu’elle a pu voir, entre deux trains ou avions. Ces photos sont belles, il me semble, parce que les modèles sont belles, et aussi peut-être parce que j’appuie parfois au bon moment et que j’essaye de cadrer. Mais tout est relatif…

Mais, pourquoi le nu ? Et de femmes, pas d’hommes… D’abord, il y a bien plus de modèles femmes que d’hommes… Ensuite, le corps de la femme idéalise la beauté, avec ses multiples appâts : fesses, jambes, hanches, taille, seins, pubis, cheveux, regard, sourire, bouche, voire plus. Mais, qui dit « appât » dit « attrait sexuel ». Or, dans les photos que je fais, je ne veux pas qu’il y ait d’attitude « érotique », du genre qui émoustille le mâle. Ces photos doivent être « naturelles » : c’est-à-dire que les poses doivent être « naturelles ». Ce qui exclut les poses ostentatoires, provocantes, impudiques. Ne doit être montré du corps lors d’une pose que ce qui peut être vu grâce à une position qu’une femme peut prendre lorsqu’elle est seule et nue, dans des positions qui lui sont familières. Avec, également, une lumière naturelle et les ombres, délicates, qui marquent les contours de son corps. Et le regard doit être calme, souriant peut-être, mais pas ce genre de sourire qui dit oui au mâle qui regarde. À regarder les photos de Willy Ronis, et celles de JeanLoup Sieff, je vois qu’il y a plein d’autres façons de faire de belles images, prises dans l’instant, ou construites, dans l’ensemble de la personne ou par des morceaux, par des poses simples ou sophistiquées. Mais en Noir & Blanc, et avec un « décor » soit absent soit contribuant à la photo. Le N&B permet d’être en-dehors du réel, de transcender un corps en une image. La couleur, elle, nous renvoie à la réalité du corps et de la personne.

Alors, si ce n’est pas pour émoustiller le mâle, que reste-t-il dans ces photos ? Attraper l’impermanence de la beauté ? Voir ce qui est beau mais toujours caché ? Admirer ce que la Nature nous offre ? Se demander pourquoi/comment le corps des femmes est ainsi fait, pour nous envoûter ? Pour voir des lignes et des courbes qui dessinent un lacis de traits noirs sur fond blanc (ou l’inverse) dans lequel l’oeil se perd ? Allez donc savoir…

Pour Lala, danseuse, elle aime son corps, et elle aime le mettre en valeur. Et elle sait comment le mettre en valeur, depuis le temps qu’elle pose… Pour Mélaine, je ne sais pas… Peut-être, pour toutes les femmes qui posent nues, est-ce une idée pour garder un souvenir de ce corps qui était si beau, si frais, si attirant, dans sa crue nudité. Ou est-ce simplement une façon de créer de la beauté, par l’intermédiaire de photographes. Mais, pour exposer ainsi leurs chairs les plus tendres, les plus secrètes, il faut un certain courage. Bien sûr, tous les corps sont faits sur le même modèle… mais avec de nombreuses variantes. Mais, dans l’inconscient, se montrer nue c’est se livrer à l’autre, aux autres, à des inconnus dont on ne sait rien de leurs pensées… Pour certaines femmes, il est déjà bien difficile parfois de se laisser prendre en photo… juste un portrait. Alors, quelle honte peut-être les assaillit si elles s’imaginent, nues, vues par n’importe qui. Pourtant, quelle importance… Mais il y a la « pudeur », exacerbée dans nos contrées judéo-chrétiennes. Ayons une pensée dégoûtée pour ces connards d’américains qui n’acceptent que soient vus les seins d’une femme que si les tétons sont cachés… Ainsi, sur FaceBook, point de nus, même artistique. Dans d’autres sociétés, ou à d’autres époques, les seins des femmes n’étaient pas autant cachés…
Mélaine et Lala ont choisi leurs poses. À part quelques détails où je suis intervenu, elles ont montré ce qu’elles voulaient montrer de leur corps.

Ces photos sont belles, si elles respectent la pudeur de la modèle. Mais, souvent, c’est le « spectateur » qui peut être gêné de voir ce qui ne saurait être vu, paraît-il, que par l’amant. Cela rejoint l’idée qu’une femme appartient à quelqu’un… et qu’elle ne peut pas, ainsi, sans être une femme de « mauvaise vie », montrer son corps, nu. Mais, entre une femme sur la plage en monokini ou string et la même sans ces quelques centimètres carrés de tissu, quelle différence ? La vision de la fente vulvaire, impudique sans doute, attirant le regard, ce regard trouble du mâle… Encore plus si des nymphes se montrent. Mais, avant, avant que la mode de tout raser ne s’était imposée, la toison faisait office de cache-sexe. Ainsi, une photo de Ronis, prise de face, ne montre rien, sinon un buisson délicat de poils noirs.

Jean-Loup Sieff aimait les derrières. Il n’était pas le seul. Willy Ronis semblait aimer tout des femmes. Sally Mann, si elle a montré ses filles pré-pubères nues, ne s’est pas montrée nue, mais a montré son mari nu, sans détails, dans la déchéance de son corps se figeant par sa maladie. Le corps est émouvant. Celui d’une jeune femme rappelle l’enfant qu’elle était. De certaines photos de Lala, certaines semblent être d’une enfant. De mon amie Vilaÿ (habillée !), j’ai pris, l’espace de 2 minutes, une photo où je retrouvais la jeune fille de 16 ans que j’aimais, et une autre où son âge s’affichait clairement, par le simple mouvement de quelques muscles… Magie. Et puis, certaines femmes sont belles, nues. Et d’autres le sont moins… Et puis, tout ça fait partie du Grand Plan de la Nature, qui a décidé, par la Sélection Naturelle, de développer chez la femelle d’Homo Sapiens certains de ses attributs. Les seins sont gros ? parce que, chez les primates, les mamelles gonflent lorsqu’elles sont en œstrus (fécondables), les lèvres aussi d’ailleurs. Et puis, la copulation se faisant de face, il fallait bien remplacer l’attrait du fessier par autre chose… Mais je m’égare…

Bref, à part la poésie, et la peinture, et la musique, quoi de plus beau ? qu’une belle femme… un peu mystérieuse, distante, tranquille, libre mais non offerte, exposant avec sérénité son corps aux regards. Surtout en Noir & Blanc.

La joconde

JLS

« pour réaliser une photographie de nu artisitique, il faut une idéalisation du corps en supprimant tout effet érotique »

Nues tout simplement. Claude Jacquot

« Il y aura toujours les tenants de la photo art et ceux de la photo document, ceux de la photo souvenir et ceux de la photo témoignage, mais la définition de l’art en général ou de la photographie en particulier restera aussi controversée que le sexe des anges. Pour simplifier ce débat éternel et vain, je propose, sans grand espoir d’être suivi, de classer les photographies en deux grandes familles : les bonnes et les mauvaises ! ». JeanLoup Sieff.

Publicités

5 Réponses to “« Nu artistique »”

  1. Une femme libre Says:

    En fait, ce qui me dérange un peu, c’est que le nu féminin soit nécessairement un nu de corps jeunes et classiquement beaux. On peut tenter d’éviter l’érotisme, comme vous semblez le faire, mais l’esthétique du corps est le premier critère. Assez banal, en somme.

    Je serais davantage touchée par un ou une photographe qui saurait rendre la beauté d’un corps plus mûr ou moins parfait selon les normes établies et traditionnelles de la beauté, car un corps qui a du vécu peut être fort beau aussi. C’est un autre genre de beauté, qu’un photographe attentif et qui aime vraiment les femmes peut faire valoir.

    Si je photographiais des hommes nus, ce serait le corps d’un cinquantenaire que j’aurais envie de poser. Parce que je les connais, ces corps alanguis et que je les aime et qu’ils sont de ma génération et que j’aimerais transposer un peu de leur âme dans mes clichés. Parce que je les trouve beaux aussi.

    Que les hommes, quel que soit leur âge, soient attirés par le corps de femmes assez jeunes pour être leur fille ou leur petite-fille, esthétiquement ou sexuellement, me dérange, oui. Mais il y a probablement une part de nature qui n’a rien d’intellectuel, un instinct qui pousse l’homme âqé vers la nymphette avec laquelle il pourrait se reproduire et devenir ainsi éternel.

    Qu’un homme de cinquante ans soit attiré exactement par le même corps de femme qui ferait tripper son fils de 20 ans a quelque chose d’étrange. Pour moi, évidemment. Je donne ici mon avis très personnel. Je ne me verrais pas attirée par le corps du chum de ma fille.

  2. trex58 Says:

    Vous êtes bien dure, je trouve. Je vous trouve même méchante quand vous parlez d’homme âgé avec une nymphette. Je ne cours pas après les jeunes femmes pour me prouver que je suis encore jeune. Ce serait idiot ! Non, j’aime la beauté des femmes. Si une femme plus âgée voulait poser, je ferais des photos et essaierait de montrer sa beauté, dans ce corps qui a déjà bien vécu.

    « Nymphette : une pré-adolescente sexualisée par le regard d’un homme mûr, le nympholepte. »

    Mélaine et Lala sont des femmes, en couple. Elles n’ont rien de nymphette. La première a posé pour des photos montrant bien plus de son corps. La seconde pose depuis 7 ans.

    Je suis bien d’accord avec vous qu’il n’y a pas que les corps de jeune femme qui soient beau. Mais les femmes d’âge mûr qui posent sont rares. J’en ai trouvé une, 43 ans, mais à 150km d’ici. Un peu loin. Et puis, débutant dans ce domaine, il m’a semblé plus simple de commencer avec des femmes qui ont l’habitude de poser nues. J’ai appris, par elles, comment être pendant la séance. J’ai aussi lu un petit guide expliquant ce qu’il faut faire ou pas. Sinon, j’avais trouvé un modèle homme (pour du portrait), mais nous nous sommes loupés.

    Ensuite, pour les femmes mûres, encore faut-il en trouver une qui accepte de se montrer. Déjà, parfois, rien que leur faire leur portrait est une galère, tellement elles n’aiment pas se voir telles qu’elles sont et plus telles qu’elles étaient.

    Si vous aimez les femmes et les hommes mûrs en photo, venez poser ! Sinon, je vais essayer de poser moi-même, en auto-portrait, dénudé. Un de ces jours.

    Non, je ne pense pas que Lala fasse « tripper » mon fils. Il n’aime guère les asiatiques.

    Non, je ne suis pas « attiré » sexuellement par les femmes très jeunes. Mes dernières amantes avaient 51, 45, et 52 ans.

  3. Une femme libre Says:

    Je savais que « homme âgé » allait vous frapper de plein fouet. Pour moi, vous êtes un jeune homme, mais pour une femme de 18 ou 25 ans, vous êtes un homme âgé, n’en doutez pas. C’est dur, mais c’est la réalité. Les femmes y sont confrontées bien plus tôt que les hommes à leur vieillissement. Les hommes le nient plus longtemps, mais il est là.

    Si le corps des femmes mûres était plus apprécié, bien sûr qu’elles poseraient nues. Je suis contente de lire que vous n’y êtes pas allergique et que vous oseriez en faire une oeuvre d’art. Un bien plus grand défi et plus original que de photographier des femmes très jeunes et au corps parfait, comme tout le monde le fait.

    Il me semble qu’avec le talent que vous avez (je ne nie pas que vous fassiez de la belle photo), vous pourriez vous aventurer dans des avenues moins fréquentées.

    Mais ce sont mes goûts à moi et je les partage! ;o)

    Il y a évidemment de la frustration personnelle dans mes commentaires et vous l’avez probablement perçue. Je ne la nie pas.

  4. trex58 Says:

    Oui, l’apparence des hommes vieillit moins vite que celle des femmes. Les rides, pour les uns, ne font qu’ajouter un certain charme, alors que pour les femmes, elles diminuent leurs charmes. C’est comme ça… La Nature a fait les hommes de telle sorte qu’ils recherchent instinctivement une femme avec laquelle ils puissent avoir des enfants… Vous le disiez plus haut.
    Je ne nie pas mon vieillissement… qui se voit surtout dans la perte et le blanchiment de mes cheveux, compensés par une croissance des poils de mon torse. Dans mon buste aussi, qui se penche.
    Et, comme dans la chanson de Souchon « Saute en l’air », j’essaye de ralentir la décrépitude, sport et assouplissement. Juste un ralentissement, juste repousser à plus tard l’inéluctable. Lutter encore. Ne pas se laisser aller.
    Je pèse aujourd’hui 67kg500, 8 kg de moins qu’il y a 6 ans, 3 kg de plus que mon poids idéal. Avoir du bide me rendrait honteux. Un homme dont le ventre le précède, c’est affreux…

    D’autres que moi ont pris des femmes moins jeunes en photo. Laissez-moi le temps d’apprendre un peu et, un jour peut-être, j’essaierai. Pour convaincre des femmes de poser nues, il faut leur montrer ce qu’on a déjà réussi à faire, et qu’elles aiment. Je n’aime pas la vulgarité, comme je préfère les poèmes en vers et rimes plutôt que les poèmes en prose. Les contraintes sont nécessaires pour créer de belles choses.

    Oui, j’imagine combien il est difficile, pour une femme, de se rendre compte que le regard des hommes sur elle change, se fait plus léger, moins insistant, et qu’elle devient peu à peu transparente… Difficile et douloureux de perdre sa féminité, son attrait auprès des hommes, alors que votre corps a toujours ce désir d’être touché, caressé, aimer, amené à la jouissance. C’est notre lot à tous… de nous faner, peu à peu. Il nous faut l’accepter…

    Aurais-je du talent ? On verra… En tout cas, je ne suis pas sûr que l’allée (nu artistique en N&B) dans laquelle je m’engage soit si fréquentée que cela… Beaucoup de photographes font des photos de femmes nues qui… ma foi, me laissent dubitatif, par la complexité de leur approche, par les accessoires utilisés, par les poses allambiquées et bizarres. Faire simple, c’est pourtant pas compliqué ! Une femme, un drap, une lumière qui rentre par la fenêtre, des ombres, peu de sourire, beaucoup de pudeur et de naturel, une confiance réciproque, un moment tranquille à essayer d’attraper le papillon d’un moment fugace… ce n’est pas bien compliqué !

    Allez, laissez-moi le temps ! Cela ne fait que 5 mois que j’ai vraiment pris la photo à bras-le-corps ! Trop de retard à rattraper…

    Mais, bon, j’aime les courbes du corps des femmes, les lignes, les rondeurs, les ombres. Cela m’émeut. Surtout voir dans la femme la jeune fille qu’elle était. Non dans le corps, mais dans la fragilité du temps qui a déjà passé… Retrouver dans ses sourires son innocence passée et ce moment de l’adolescence. Je trouve magnifique que la photo d’une femme de 48 ans puisse montrer un peu de ce qu’elle était à 16 ans…

  5. Une femme libre Says:

    Vraiment, vous trouvez que les rides d’une femme diminuent son charme? Hé ben! Pas moi. Je les aime mes quelques rides, je les trouve sympathiques, uniques et attendrissantes. Quand je parlais de frustration, je ne parlais pas de celle de vieillir et de changer. Je parlais de celle de n’être plus représentée nulle part. Vous ne me touchez pas vraiment en voulant me rendre la monnaie de ma pièce et en m’écrivant que « c’est douloureux de perdre ma féminité »! Mais je ne l’ai pas perdue du tout mon cher! Qu’allez-vous chercher là? Plus une femme vieillit, plus elle la découvre sa féminité, plus elle est en mesure de l’approfondir et d’en jouir. Je ne me définis pas qu’à travers le désir des hommes et je n’en ai que faire d’un photographe qui, au lieu d’explorer la beauté de mes 57 ans, tenterait de montrer un peu celle de mes 16 ans! Mes 16 ans sont finis et mes 57 ans, je les aime et j’en suis fière. Vous les connaissez bien mal les femmes de votre âge et étant donné la piètre opinion que vous avez d’elles, je vous conseille tout à fait de vous en tenir aux jeunes femmes pour vos photographies. C’était un bon choix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :