Des larmes dans l’âme

Les femmes de mon âge ont encore des enfants. Le lien charnel qui les lient ensemble est puissant. Lorsqu’elles se séparent d’un conjoint ou d’un compagnon, elles gardent auprès d’elle leurs enfants, même si c’est en partage. Alors, chaque jour, malgré les difficultés et parfois les colères ou tempêtes, elles ont ce bonheur de pouvoir se réconforter auprès de l’amour qu’elles partagent avec leurs enfants ; même si, parfois bien sûr, c’est moins idyllique que je ne l’écris… Elles peuvent, ainsi, hiberner sentimentalement, nourries de tendresse ou d’une responsabilité envers leurs enfants, ou bien recharger auprès d’eux leur besoin de bonheur et d’espoir.
Mes enfants sont grands, l’une partie à Paris, l’autre se préparant à larguer les amarres. Et, lorsque je rentre : personne. Pas de baiser sur la joue. Pas de câlins. Pas d’engueulade pour les devoirs pas faits ou pour les mauvaises notes. Juste le silence, le clavier de mon PC, quelques bouquins, de la musique… et, parfois, une sortie. Pour rencontrer quelqu’une, et ne pas s’accrocher à elle comme à une bouée de sauvetage, il faudrait être en équilibre avec soi-même, avoir trouvé un certain bonheur, avec ses enfants, ses amis, ses occupations, etc. Je le sais bien qu’il faut d’abord savoir nager tout seul pour nager de concert. Mais je n’ai plus de bouée, et je nage assez mal… Et, parfois, je ne vois pas les cadeaux qu’on me fait. Normal, j’ai des larmes dans l’âme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :