Besoins – Manques – Souffrances – Et …

Nous sommes des animaux, des primates, et des êtres humains.
Nous avons des besoins, physiques et psychiques. Physiques, comme : boire, manger, pisser, déféquer, dormir, bouger, faire l’amour, etc. Psychiques, comme : avoir de la compagnie, ressentir et recevoir de la tendresse, parler, se sentir exister dans le regard des autres, etc.
Quand certains de ces besoins ne sont pas satisfaits, nous avons des manques : soif, faim, sommeil, tristesse, ennui, etc.
Et nous souffrons, de ces manques naturels, ou de manques artificiels dus à des besoins inventés, ou parce que la vie n’est pas un « long fleuve tranquille » : maladies du corps, troubles de l’esprit.
Et nous ressentons des douleurs, physiques ou psychiques…
Et notre corps, parfois, ne fonctionne plus tout à fait « normalement », comme nous en avions l’habitude…

Notre vie se construit autour ce ces besoins, manques et souffrances… en essayant d’éviter les douleurs.
Trop d’activités : tensions, fatigue et épuisement ou folie parfois. Pas assez d’activités : relâchement, ennui et dépression parfois.
Nous sommes toujours à rechercher cet équilibre entre les extrêmes qui nous tentent, entre bouger trop ou pas assez.
Mais ne plus rien faire pour ne pas tomber dans l’un ou l’autre des précipices qui nous entourent et nous tentent, c’est ne plus vivre. Car vivre, c’est bouger, c’est toujours aller de l’avant, rompre l’équilibre, accepter que rien ne reste identique et que tout est impermanent, avec des pauses pour digérer, pour recharger ses batteries, avant de repartir. Et, si l’on ne peut plus avancer, c’est la mort.
Mais faut-il toujours courir partout ? vouloir toujours faire plus et mieux, ou autrement ?
Et ces manques ne se manifestent pas tous clairement à notre conscience. Nous sommes parfois dirigés comme des robots par des mécanismes que nous ne soupçonnons pas. Nous obéissons à des programmes qui réagissent à nos besoins et manques, sans que « nous » ne le sachions la plupart du temps.
« Vivre en conscience », n’est-ce pas comprendre ces mécanismes qui nous manipulent ? leur obéir (nous n’avons guère le choix…) mais en étant conscient des fils qui dirigent notre marionnette ? et en essayant de couper quelques uns de ces fils ?
« Connais-toi toi-même » pour comprendre ce qui nous dirige. Et essayons de changer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :