Homosexualité

Je suis embêté par ma position sur l’homosexualité (avec jeu de mots). Car, si je trouve « beau » que deux femmes se fassent l’amour, je n’ai pas le même avis pour deux hommes…
Pour deux raisons.

L’une, classique, est liée à notre nature. La sodomie est rarement pratiquée dans la Nature. Les primates simulent plutôt qu’ils ne pénètrent vraiment. Et si quelques animaux la pratiquent, j’ai lu que c’était souvent pour évacuer du vieux sperme, toxique et inefficace ; bref, une alternative en attendant de passer aux choses sérieuses : une vraie et bonne femelle. De plus, la Nature ne nous a pas construits (au sens Darwinien) de telle sorte que la pénétration anale génère du plaisir : les connexions nerveuses ne sont pas conçues comme celles de la verge, pas pour transmettre du plaisir… Bien sûr, il paraît que les caresses de la prostate sont agréables… Et, finalement, le vagin des femmes ne devient source de plaisir que par une éducation des sens (ou grâce au clitoris qui y affleure…) : on pourrait imaginer la même chose pour l’homme, sauf qu’il n’y a pas de clitoris affleurant en ce lieu… Quant à la pédérastie grecque entre homme adulte et jeune homme, on a beaucoup exagéré… Bref, pour faire bref et cru, la Nature n’a pas vraiment conçu notre trou-du-cul pour en faire un centre de plaisirs. Même si certains et certaines en ressentent.

L’autre est liée au plaisir. Le plaisir sexuel des hommes est plus bref et moins puissant que celui des femmes (appelez-vous le lapin qui tombe en syncope au moment de l’éjaculation). Pour l’homme, quelques secondes de plaisir après une plus ou moins longue « montée en puissance » suite à un désir puissant, et c’est tout (hélas…). La Nature a mis en nous (les hommes) le désir de vite remplir le « vase » de ces dames, probablement parce que nos ancêtres primates ont pratiqué pendant longtemps ce que l’anthropologue Picq appelle : « la guerre du sexe » : comment « foutre » rapidement une femelle, être le dernier à le faire, et évacuer auparavant le sperme du précédent grâce à la forme « pompe à sperme » de notre verge. Bref, quelques mouvements rapides, et une éjaculation suivie d’un plaisir intense mais bien bref. Le plaisir devait plus venir de l’adrénaline ressentie lors du jeu de cache-cache avec le mâle protecteur de la femelle convoitée ! Pour les femmes, l’orgasme est moins souvent obtenu mais bien plus goûteux, avec des manifestations parfois bruyantes. Bref, jouir se conjugue surtout au féminin ! Pourquoi ? Probablement d’abord parce que le plaisir ressenti avec un partenaire régulier, dans une relation de confiance, la pousse à recommencer avec ce même partenaire, celui qui est le père de ses petits. Pour une femelle humaine, pour qui l’élevage des petits ne peut se faire sans l’aide d’un partenaire (et d’autres femmes), il est crucial de garder près de soi, jusque vers les 6 ans de l’enfant, un mâle qui les protégera et l’aidera. Se donner à ce mâle, jouir de lui, et lui montrer par des manifestations sonores et gestuelles combien c’est bon, c’est s’assurer qu’il restera. C’est créer un lien, un attachement, une relation de confiance, et un plaisir partagé : la femelle qui jouit et le mâle qui jouit de voir l’effet qu’il lui fait…

Bref, pour un homme, jouir de son propre plaisir n’est qu’une partie du plaisir de l’acte sexuel. Jouir de voir jouir sa partenaire, avoir la satisfaction de la voir manifester bruyamment son plaisir, est son complément. Alors, pour un homme, il me semble que voir jouir son compagnon est bien en-dessous du plaisir qu’une femme a à faire et voir jouir une autre femme. Même si, dans les deux cas, l’autre est un miroir de soi, avec le même corps et la même jouissance, il me semble que deux femmes jouissant ensemble, avec ou sans accessoires, cela doit être un long et beau spectacle, bien plus beau à voir et à entendre que celui de deux hommes ensemble ! 😉

En conclusion, si le plaisir d’un homme est la somme du plaisir des deux partenaires, la meilleure formule pour optimiser cette somme, c’est : 1 homme + 1 femme !
CQFD.

Publicités

6 Réponses to “Homosexualité”

  1. miaasublime Says:

    Je suppose que votre avis sur la question est très lié au fait que vous ne vous imaginez pas en train de « subir » une sodomie, ce que je conçois facilement (j’ai longtemps refusé cette pratique). Mais je pense qu’un avis d’un mâle éclairé sur une pratique de lui bien connue serait éclairant.
    Quand à l’homosexualité feminine, elle est, paraît-il première au palmarès des fantasmes masculins (sans que je comprenne bien pourquoi!).
    Concernant le plaisir masculin, que vous jugez par trop éphémère, il arrive parfois que la montée vers l’orgasme soit aussi long (et là, je ne parle pas de retard à l’allumage mais bien de plaisir ressenti) et relativement bruyant.
    Bref, tout est question de contexte émotionnel (attentes, transgressions que l’on s’autorise ou pas…), fort variable d’un individu à l’autre et au cours de la vie. Ce qui permet de relativiser votre conclusion toute personnelle : ce n’est pas parce qu’on ne peut s’imaginer le plaisir liée à une pratique différente qu’il faut écarter celle-ci (sinon, cela reviendrait à interdire de ne pas aimer les glaces à la fraise, et moi, j’aime pas les glaces à la fraise, allez comprendre! Impensable, non? 😉

  2. trex58 Says:

    Oui, il s’agit bien d’une conclusion toute personnelle, venant d’un hétérosexuel, mais quand même basée à la fois sur une longue pratique personnelle du coït et sur des livres basés sur des études sérieuses (du genre chercheurs se passant eux-mêmes au scanner/IRM pendant qu’ils font l’amour dans la machine…).

    Alors, soit je ne jouis pas très bien et pas assez longtemps… mais je pense plutôt que c’est une caractéristique commune des mâles, pour beaucoup d’espèces de mammifères, dont la nôtre, proche des chimpanzés et des bonobos. Un auteur (P. Picq) parle même de « promiscuité » et de « guerre du sperme » chez nos ancêtres primates : bref, il fallait faire vite, et pas trop le temps de jouir ! Un autre auteur parle de l’orgasme féminin comme moyen d’attachement entre l’homme et la femme : cette preuve d' »amour » qui ne vient que grâce à la force d’un lien intime et partagé entre les deux partenaires pousse le mâle à ne pas (trop) aller vers d’autres conquêtes.

    Je n’ai pas de « fantasme » de l’homosexualité féminine. Simplement, comme j’adore les manifestations du plaisir féminin, j’imagine que deux lesbiennes aiment ça aussi : donner à l’autre du plaisir et voir/entendre combien l’autre jouit du plaisir reçu (il faudra que je demande son avis à ma voisine…).

    Quant aux glaces à la fraise, ça me rappelle la BD « Fraise et chocolat »… Sans rire, loin de moi l’idée de vouloir INTERDIRE aux autres des pratiques sexuelles que je ne pratique pas et qui me semblent diverger de ce qu’il me semble (avec mon manque critique d’expérience…) être l’optimum du plaisir. Je ne fais qu’exprimer le point de vue (forcément limité) d’un homosexuel (bizarre quand même d’avoir écrit le contraire de ce que je suis (censé) être… C’est Nadège que ça amuserait !) hétérosexuel mâle de 50 ans (et des poussières), à la pensée certainement limitée par son éducation athée judéo-chrétienne malgré tous ses efforts pour s’en libérer et voir le monde autrement. Mais, franchement, la sodomie, ça ne me dit rien… l’idée ne me fait pas bander, du tout. D’ailleurs, ça me rappelle un passage du livre d’un urgentiste bien connu (dont j’ai oublié le nom) et qui parlait de tous les cas médicaux qui lui arrivaient en urgence à cause de petits jeux sodomites qui avaient mal tournés… C’est que cette ouverture-là dans notre corps est fragile !

    Quant aux glaces à la fraise encore, ils y mettent souvent des parfums industriels, c’est pour ça que vous n’aimez pas ! 😉

  3. prinsessan Fluflu Says:

    Je ne fais qu’exprimer le point de vue (forcément limité) d’un homosexuel mâle de 50 ans (et des poussières),

     » homosexuel ??  »
    N´y a-t-il pas une erreur , ou c´est moi qui ne comprends pas !?

    • trex58 Says:

      Une erreur. Lapsus scriptae ? Hummmmm Mon inconscient voudrait-il me faire passer un message subliminal ? Non, la vue d’un mec, quelque soit son allure, ne me fait pas bander… mais les filles, oui. C’était juste une erreur. Bizarre, quand même ! 😉

  4. Une femme libre Says:

    Cher cher cher Tony, si une si grande part du plaisir de l’homme lui vient de voir jouir bruyamment sa partenaire, pas surprenant que tant de femmes fassent semblant! Quelques cris et soupirs bien placés et volà un homme heureux.

    Pour ce qui est de la sodomie que vous considérez comme une caractéristique inhérente à l’homosexualité masculine, seuls 60% des gays la pratiqueraient, ce qui est aussi le cas de 30% des hétéros. Mes statistiques me viennent de sites internets sérieux, vous pouvez revérifier. Un de mes amis gays avec lequel je suis assez intime pour parler ouvertement de notre sexualité a déjà essayé la sodomie, n’a pas aimé et trouve son plaisir surtout par la fellation, mais pas uniquement. Vous dites que la montée du plaisir est plus bref et moins puissant que celui des femmes, est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire autrement? Un homme qui n’est plus en train de chercher à faire jouir absolument une femme, à provoquer ces fameux cris qu’il recherche, un homme qui est certain que son partenaire masculin va jouir de toutes façons, ne peut-il pas se laisser aller plus facilement au plaisir? Bon, j’extrapole et ce sont des gays qui devraient venir vous répondre.

    « Jouir se conjugue surtout au féminin! » mais c’est quoi cette histoire-là? En fait, mon cher ami Tony, cet anus qui vous semble si peu intéressant, peut amener chez l’homme des plaisirs immenses et vous devriez voir jouir un homme dont on stimule la prostate tout en lui suçant le pénis en même temps. C’est un spectacle grandiose. Les femmes aussi aiment voir un homme jouir par leur oeuvre.

  5. Tony Says:

    Ceux qui se laissent rouler par quelques cris et soupir bien placés n’ont que ce qu’ils méritent.

    Oui, je savais bien sûr que tout les homosexuels hommes ne pratiquent pas la sodomie et que beaucoup (mais je ne pensais pas autant) d’hétéros le pratiquent aussi.

    Mes déclarations ci-dessus ne sont que … de principe. Et, comme vous le dites, il y a des hommes qui raffolent de la sodomie et d’autres qui n’aiment pas. Mais, ceux-là ont essayé… pas moi. Pourquoi n’ai-je pas essayé ? Je n’aime pas l’idée de toucher un autre homme et qu’il me touche, sexuellement parlant. Quant à utiliser un « ustensile », l’idée me fait froid dans le dos. Disons aussi que deux opérations à cet endroit-là m’ont ramené à un réalisme froid et distant : c’est fragile et, quand c’est abimé, c’est très douloureux !!

    Alors, les hommes peuvent-ils jouir puissament et longuement ? Je pense que oui, mais je crains qu’il n’y faille tout un entraînement, une éducation… Certains sociétés passées, qui avaient le culte (religieux ou pas) du plaisir, faisaient prendre des cours aux hommes et aux femmes, afin de jouir et de faire jouir le mieux possible leur partenaire. Mais les bonnes traditions se perdent et ne sont pas encore à la mode dans nos contrées… Et, avec l’âge, il devient plus difficile d’apprendre ! Sans rire, comme pour l’orgasme de la femme, pour un homme jouir de zone a priori non faites pour cela demande un entraînement et une pratique commencée jeune, pour que les circuit nerveux du plaisir se mettent en place.

    Ce « de toute façon » pour faire jouir un homme est bien triste… Et oui, les hommes qui ne jouissaient (et n’éjaculaient donc pas non plus dans la majorité des cas) n’ont pas transmis leurs gènes… Donc, avec un peu de bonne volonté et s’il n’y a pas de maladie (psychique ou physique), tous les hommes jouissent. Ce côté « automatique » me gène un peu… Alors que, pour faire jouir une femme, il faut de l’attention, se retenir, prendre son temps, être attentionné, etc… Bref, c’est un art, premier.

    Ma prostate ? Elle se cache un peu trop profondément, à mon goût… Dommage…

    Hummm Tout ceci est très compliqué, entre le potentiel que nous avons et ce que nous pouvons faire ou acceptons de faire.
    Allez, je vais reprendre la lecture du livre « Le secret des femmes », qui parle de l’orgasme féminin, qui m’intéresse plus que celui des hommes !
    Bon, je ne suis pas catholique, mais quand même encore bien judéo-chrétin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :