Fête des Mères, suite

J’ai une relation ambigüe avec ma mère.
D’abord, malgré sa profonde bêtise (qui s’accentue), je l’aime bien…
Elle a un problème au genou qui la handicape. Deux ans que je lui dis de voir un médecin. Si elle se soignait, je suis sûr que, avec le caractère qu’elle a…, elle pourra aller jusqu’à 100 ans sans trop de soucis. Sauf que je me dis aussi que je ne suis pas sûr de pouvoir supporter ses coups de fils tous les deux jours, à me répéter toujours les mêmes bêtises…, voire deux fois pendant le même appel…, pendant encore 14 ans.
Alors, j’hésite entre la pousser à aller voir un médecin ou aller la voir pour la pousser dans l’escalier… J’hésite…

(c’est de l’humour !!!!)

Publicités

4 Réponses to “Fête des Mères, suite”

  1. Une femme libre Says:

    Hum…. heureusement que vous avez précisé que c’était de l’humour!

  2. trex58 Says:

    Oui. C’est de l’humour ! Je ne raconterai pas ici sa vie ni la mienne. Mais, en deux mots, elle a pas mal souffert et s’est protégée en n’ayant pratiquement aucune relation avec sa famille, ni grand monde d’autre d’ailleurs… Bref, je vais bien devoir m’en occuper (puisqu’elle ne veut plus voir sa fille ni la fille de sa fille…) jusqu’au bout. Mais 300km, c’est pas bien pratique…

  3. Une femme libre Says:

    Tiens, une autre mère qui devient une corvée… Prions en coeur pour ne jamais être un boulet pour nos enfants! Arrrangons-nous pour. C’est possible. Suffit de prévoir un peu.

  4. trex58 Says:

    Une corvée ? Hummm
    1) elle vit à 3h de route ; 2) elle ne fait que ce qu’elle veut ; 3) elle a de plus en plus de mal à marcher ; 4) elle dit et fait plein de bêtises, y compris refuser d’aller voir un médecin.

    Bref, elle n’est pas une sinécure… et nie la réalité, c’est-à-dire sa mort qui approche. Mais, finalement, son repli sur soi et son déni de la mort lui réussissent assez bien pour tenir, seule, sans voir grand monde. L’habitude aussi…

    Mais son refus de se faire soigner risque de l’emporter. Il va me falloir essayer de lui imposer des choses, sinon ce sera de la « non-assistance à personne en danger ».
    Quant à « prévoir »… c’est plus facile à dire qu’à faire.

    Et, quant à savoir le vide dans ma vie qu’entraînera sa mort, inéluctable, je me pose des questions. On existe lorsqu’on a des relations avec les autres et le monde. Lorsqu’on s’est enfermée pendant tant d’années, refusant le contact, refusant de voir ses petits-enfants…, existe-t-elle encore, si absente de ma vie pendant si longtemps, absente de sa propre vie également ?
    Qu’est-ce que « vivre » ? Que faut-il faire de sa vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :