La chasse est ouverte

Avec les femmes, la chasse est toujours ouverte.

Quelle chasse ?

La chasse aux poils ! bien sûr !

Mais je ne comprends pas pourquoi… Oui, je ne comprends pas cette phobie, voir une haine, qu’ont les femmes envers les poils. Pour LEURS poils, en fait. Car les poils des hommes, sur le torse, sur les jambes, voire même sur les épaules, et sur le visage bien sûr, elles aiment bien je crois. Cela doit leur rappeler le temps où nous étions primates et que le mâle dominant, pour pouvoir diriger un harem de femelles, se devait d’être poilu comme un gorille argenté… mais c’était il y a bien longtemps… Et puis, elles ne haïssent pas TOUS leurs poils ! Elles aiment leurs … cheveux, longs si possible (les mâles aiment paraît-il). Non, elle ne haïssent que : les poils sous les aisselles, les poils sur les bras, et les poils sur les cuisses et les jambes, et … et elles vont même jusqu’à raser notre animal favori : la chatte, qui – alors – ne mérite plus son petit nom… à moins qu’il ne s’agisse d’un sphynx. Mais, bon, moi, j’aime bien les poils… Alors, je ne comprends pas… Les poils sont-ils dangereux ? Non, puisque j’en ai. Les poils sont-ils sales ? Non, elles se lavent partout et tous les jours. Les poils sont-ils moches ? ? ? Hummm Là est peut-être l’origine de l’ostracisme des femmes pour leur capillarité… Bon, si on a le poil noir et épais, et dru, et long, je comprends : pouvoir se faire des tresses sur les avant-bras, ce n’est pas vraiment folichon… Et trop de poils, ça fait viril… Mais, lorsqu’on est blonde ou châtain clair, et que le poil est fin, court et doux, presqu’invisible, pourquoi passer tant de temps à le chasser ? à la pince à épiler, à la tondeuse, à la crème épilatoire, à la cire, voire au laser ! Quel mal ont-ils donc fait ? Certes, si l’Homme est nu alors que nos cousins les grands singes sont velus, il y a bien une raison… une attirance de l’homme pour les chairs sans poils. Et c’est bien normal : chez les singes, il n’y a que les parties génitales qui sont sans poils et qui s’exposent ! comme les mamelles également. Mais, chez l’Homme, c’est le contraire : à force d’aimer les chairs à nu, l’Homme est devenu nu … sauf aux aisselles et sur le pubis, où le poil est revenu, genre cache-sexe. Et j’aime le charme d’une douce toison en triangle au bas du ventre et cachant … ce qui ne saurait être montré ! Un peu de mystère, que diable ! Et puis, pubère signifie : qui a des poils au pubis ! Alors, une femme qui se rase le pubis veut-elle ressembler à une gamine ? ou bien à une mémé ? Je ne sais pas… Non, je ne comprends pas bien. Prenons le duvet qui pousse sur les jambes : il est doux et, si l’on passe doucement la main en le caressant sans toucher la peau, cela met en jeu des nerfs sensitifs qui envoient des messages délicats et délicieux au cerveau : douce caresse. Mais, si vous rasez, épilez, arrachez, jour après jour, mois après mois, le délicat paysage du duvet se transforme en un champ de mines où de pauvres poils survivants et désespérés essayent avec bravoure de survivre, poussant miraculeusement et dans tous les sens au fond de son trou… Effectivement, de loin : rien ne dépasse, la peau est lisse… Mais, quand on regarde de près, la douce plaine duveteuse s’est transformée en un champ après la bataille. En plus, les hommes ne demandent rien ! Peut-être bien que, finalement, ils préféreraient que leur femme passe moins de temps à « se faire belle ». Bon, la vraie raison vient sans doute du temps où l’Homme est passé du statut de voyageur au statut de sédentaire : lorsqu’on change chaque nuit ou presque de lit de feuilles, peu importent les poils, car les parasites (qui pondent dans le nid) n’ont pas le temps de se reproduire. Mais, lorsque l’Homme est devenu chasseur et s’est réfugié dans les cavernes, les puces et autres bestioles s’en sont donné à coeur-joie ! Alors, ceux qui avaient moins de poils se grattaient peut-être moins que les autres, sans doute ! Une femelle qui se gratte jusqu’au sang, cela ne devait pas être très attirant… D’ailleurs, c’est à cette époque que le pou humain s’est scindé en deux espèces : le pou de tête et le pou du pubis. Alors, mesdames, si vous vous rasez le pubis par crainte du retour du pou masqué, n’ayez pas peur ! il est éradiqué. Non, je ne comprends pas cette haine du poil, cette guerre perpétuelle contre la repousse du poil. En plus, c’est aller contre la Nature, contre la sélection naturelle, c’est tricher ! En effet, si les hommes ont été attirés par les femmes les moins poilues qui soient, cela a accéléré la transmission des gènes de femmes peu poilues. Mais si les femmes utilisent des artifices comme l’épilation, alors la Sélection Naturelle est trahie, et les gènes des poils vont revenir !

Sauvons les poils !

Poil au pubis…

P.S. : Mon but n’est pas de blesser qui que ce soit qui se sentirait attaquée par ces mots. J’expose une vision plus naturaliste de la position de l’Homme vis-à-vis de ses poils. Bref, quand il y en a trop : on en enlève. Quand en enlever à certains endroits attire le regard de l’homme : on en enlève. Mais il y a un moment où la femme (et l’homme de plus en plus) est entraînée par une mode ; et, si elle ne la suit pas, elle se sent « différente » et mal-à-l’aise. D’ailleurs, comment ne pas l’être lorsqu’on est agressée toute la journée pas des publicités ou des revues « féminines » qui incitent à une certaine apparence. Certes, il est normal de se mettre en valeur, pour séduire. Mais il y a peut-être un moment où il faut arrêter… Ainsi, il paraît qu’au Brésil beaucoup de gens (friqués) se font opérer à tire-larigot pour sembler plus jeune… Alors, le but de ce billet n’était que d’essayer de rire d’un phénomène qui se développe et dont chacun ne mesure pas forcément toutes les implications. Mais, bon, il y a plus grave !!

Publicités

14 Réponses to “La chasse est ouverte”

  1. prinsessan Fluflu Says:

    Je vous imagine , au coin d´une rue, en train de faire signer aux passants une pétition portant le titre :
     » Sauvons les poils ! »
    ahaha.. il faut vraiment y croire ;))
    Pour moi, c´est simple, chacun fait ce qu´il veut avec ses poils !
    Mais nous sommes tous , plus ou moins manipulés par la  » mode »….
    Dans mon pays d´adoption, beaucoup hommes jeunes s´épilent … de plus en plus …. et souvent … tout !!
    Ce n´est donc plus un phénomène exclusivement féminin.
    Il ne me viendrait pas à l´idée de juger quelqu´un sur sa pilosité, ni d´essayer de l´influencer dans un sens comme dans l´autre .

  2. trex58 Says:

    C’est une mode … et un marché ! C’est, encore une fois, un besoin qu’on nous crée, pour nous prendre du fric.

    Bien sûr, chacun fait comme il veut… Mais, entre un pubis rasé et un pubis libre et heureux comme à ses débuts, je préfère le second, pour des raisons esthétiques (et probablement un marquage sexuel psychologique : dans les « Lui » et « Play-Boy » que je « lisais » dans ma jeunesse, les femmes n’étaient pas épilées !). Sans rire, le volume des poils du pubis est beau pour moi. Cela donne du mystère. Cela donne envie d’y passer la main et de sentir comme c’est doux. C’est une dimension supplémentaire, quelque chose de fondamental dans le sexe.

    Et j’ai oublié de parler du rôle des poils comme diffuseurs des phérormones ! Zut. Vous savez ?! ces molécules qui donnent envie (ou pas) à l’autre de vous aimer. Sans diffuseur, l’autre risque d’être moins attiré…

    Oui, bien sûr, chacun fait ce qu’il veut avec ses poils… Mais, faire disparaître ses poils, c’est aussi enlever encore un lien d’avec la Nature, d’avec les mammifères. Bref, c’est nier notre animalité.

    Où est le problème de poils pubiens dépassant d’un maillot de bain ? Je ne comprends pas, je ne comprendrai jamais.

    Alors, qu’épilez-vous ? 😉

  3. Air fou Says:

    Fantasme de pédophilie ou d’éphébofilie. Pas pour moi. Je les aime les miens, puisqu’une personne adulte, c’est la vie ça, elle est poilue.

    Vive la santé quand on peut l’avoir, c’est ÇA l’important.

    Zed ¦)

    • trex58 Says:

      Oui, la santé, c’est le plus important… Hélas, souvent on ne commence à s’en soucier que lorsqu’elle commence à foutre le camp…

      Poil au menton !

  4. prinsessan Fluflu Says:

    « Alors, qu’épilez-vous ?  »
    Vous êtes bien curieux ? 😉
    Moi qui habituellement n´en fait qu´à ma tête, je suis dans le cas des poils une victime de la société dans laquelle je vis !
    Le travail de  » dépoilage » ( je ne crois pas que le mot existe, mais j´aime en inventer 😉 ) est un travail simple puisque je n´ai qu´une petite pilosité.
    Les aisselles, les jambes, comme une grande majorité de femmes….
    Pour le reste, gardons un peu de mystère, monsieur Jveutousavoir ;)) !!

  5. Narf Says:

    Étonnant un homme qui s’intéresse aux poils des femmes, à leur tendance à les éliminer !
    Merci Tony ( c’est comme ça qu’il faut vous appeler?) de rappeler le rôle des poils… et d’essayer de les sauver.
    Étant une femme, j’avoue que ce n’est pas facile de passer outre la tendance générale et d’oser affirmer son côté naturel.

    Je pense à ces belles jeunes allemandes rencontrées il y a quelques étés, très bien foutues, habillées de façon sexy, en minijupe et tee-shirt échancré, qui m’ont choquée, je l’avoue, quand j’ai vu leurs jambes poilues. C’était tellement original, presque contre-nature! Je les ai admirées en me disant que les jeunes générations allaient enfin nous amener à plus d’honnêteté, de simplicité, de vérité, nous amener à une autre philosophie… c’était il y a 20 ans ! Je n’en ai pas revu depuis, et notre jeunesse française semble de plus en plus victime d’une apparence polissée, policée… ma fille de 20 ans, d’ailleurs, s’épile même les sourcils !
    J’ai aimé Frida Khalo quand elle raconte que le duvet noir au dessus de la lèvre supérieure des mexicaines était un signe de noblesse. Son amant lui interdisait de s’épiler cette noble moustache. Et ses sourcils presque joints au dessus du nez sont célèbre. J’assume personnellement mes sourcils fournis et en suis très heureuse, au grand dam de ma fille qui trouve que cela fait négligé.
    Je suis brune, avec un système pileux assez fort. Hier, les beaux jours venants, je me suis épilée, pour ne pas paraître sauvage aux inconnus que j’aborde. Par politesse, respect, discrétion. J’espère que cela ne durera pas. C’est juste le temps de faire connaissance. Après je me préoccuperai de bien d’autres choses.
    Je crains aussi que les hommes succombent peu à peu à cette pratique. Un de nos nouveaux chefs de service, s’épile les sourcils, se rase le crâne….De plus en plus de déodorants, de crème pour le visage, d’opérations de chirurgie, sont adoptés par les hommes. L’apparence extérieure a de nos jours une sacré importance apparemment !
    Enfin mon système pileux, quand j’avais un amant qui m’aimait, était bien le dernier de mes soucis. Notre rencontre, nos partages, nos projets, ne tenaient pas à ça ! J’avoue que me sentir moi-même, telle que je suis, face à l’autre, m’est en vérité beaucoup plus important !
    L’Homme est un animal naturel, mais il n’est pas que ça ! Les coiffures, les parures, les bijoux, les parfums, toutes les constructions artistiques, les mise-en-scène, cultivent une recherche de transcendance, d’élévation, pour ne pas rester de simples animaux.
    Cette société de l’image, de l’apparence, cherche peut être à taire notre nature sauvage, animale, plus encline à agir, qu’à s’auto-observer ou paraître. Une image, ça ne bouge pas, c’est bien sage !
    Respectons les poils, les animaux, les plantes, les arbres, les forêts, la planète…
    Bon allez, j’arrête de couper les cheveux en quatre! J’vais bouger!

  6. Narf Says:

    Au fait, j’ai oublié, vous vous rasez tous les matins? Cela doit être un sacré rite j’imagine!

    • trex58 Says:

      Oui, je me rase la barbe… sinon, c’est du barbelé… et ni les femmes ni mes chemises n’aiment. Pourtant, j’aime bien porter la barbe (en la rasant à la tondeuse tous les 3-4 jours), car je gagne presque 10 minutes chaque matin ! Mais, maintenant poivre-et-sel, je trouve qu’elle me vieillit… Donc, moi aussi j’essaye de paraître plus jeune ! Et la façon la plus efficace, je crois, est de se protéger efficacement du soleil, qui assèche et vieillit la peau et fait venir les rides plus rapidement. Mais, bon, de toute façon, ce n’est reculer que pour mieux sauter ! à la fin…
      Tony

  7. trex58 Says:

    @ prinsessan Fluflu: Gardez votre mystère ! Bien sûr ! Chacun ne dit que ce qu’il veut bien dire.

    Quant à moi, je l’avoue, j’ai joué la provocation car … je m’épile, moi aussi ! Quoi donc ? Les oreilles… J’ai horreur des poils noirs sortant de mes oreilles ou envahissant leur lobe. J’aurais pu choisir plus facile… car, essayez donc !, il n’est guère facile de s’arracher à la pince-à-épiler le poil contrariant dont la racine plonge là où aucun miroir ne permet de l’apercevoir… Mais, en cela, je ne suis aucune mode… sinon le désir de garder cette partie intime telle qu’elle fut à mes 20 ans. Quant au reste… ça s’éclaircit en haut pour repousser sur le thorax ! 😉

  8. trex58 Says:

    @ Narf : Il y a des épilations qui ont un sens. Dans je ne sais plus quel livre que j’ai lu, des études ont montré que les femmes portant les sourcils loin des yeux sont plus attirantes pour les hommes. Alors que les femmes préfèrent des hommes aux sourcils plus bas. Bref, nous avons hérité d’instincts. En trichant un peu (épiler par ci, mettre un coup de crayon noir par là, porter des cheveux libres, …), les femmes peuvent attirer les regards et faire des conquêtes.

    Quant à la pilosité, l’acceptation varie en fonction des cultures et … en fonction de la pilosité moyenne des hommes et des femmes ! En Asie, certains hommes n’ont pratiquement pas de poils sur les joues. Et, arrivés à un âge canonique, certains étaient fiers d’arborer une petite barbichette blanche.

    Et les hommes aussi s’y mettent ! Car l’enjeu consiste à paraître jeune encore… ou à être tendance, à la mode.

    Alors, pour une femme, éliminer le poil du visage, c’est clairement un moyen pour être plus féminine, à l’opposé du mâle poilu et barbu. Mais pourquoi ailleurs ? Ne vaut-il pas mieux éclaircir un léger duvet sur les jambes que transformer la jambe en un miroir dépoilé mais constellé de cratères au fond desquels quelques valeureux poils résistent encore et toujours à la tondeuse ?

    Sans rire, j’aime mes poils ! Surtout l’été, lorsque le moustique méchant cherche à se poser et, troublant l’ordonnancement parfait de mes poils, qu’il se prend au piège dans ma jungle, envoyant à mon cerveau le message : moustique sur l’avant-bras droit : claque !!

    Nos poils nous rappellent un peu trop que nous sommes des animaux… Certain(e)s n’aiment pas. Pourtant, ils/elles ne vont pas jusqu’à se raser le crâne ! Car la chevelure a un rôle important dans la séduction.

    Mais, pour revenir aux poils du pubis et pour répondre @ Air Fou : l’acomoclitisme (http://fr.wikipedia.org/wiki/Acomoclitisme) me semble dangereux. Les poils pubiens indiquent qu’une personne est pubère (mature sexuellement). Donc une personne sans poils pubiens ressemble soit à une enfant soit à une vieille personne. Il me semble qu’aimer les femmes ayant le pubis rasé et épilé est une tendance à : soit aimer les jeunes filles dans une tendance pédophile ou liée à la virginité, soit aimer les femmes obéissantes comme une enfant et donc une sorte d’objet sexuel. Il faudrait une étude pour savoir si les peuples où les femmes pratiquent le rasage complet du pubis sont aussi des peuples où l’homme oppresse les femme…

  9. Air fou Says:

    Ton dernier commentaire : douterais-tu des « vertus » de la virginité et du contrôle des femmes? Ta réponse est dans ta question. Y a-t-il réellement bien des sociétés qui ne sont pas patriarcales, actuellement? Je prépare mes valises, à condition qu’elles ne soient pas non plus matriarcales.

    Billet au poil.

    Zed ¦D

    • trex58 Says:

      De tous temps, les hommes ont essayé de contrôler le ventre des femmes… Et je doute bien sûr des vertus de la virginité ! J’ai fait l’amour une seule fois avec une jeune femme vierge : un moment émouvant, où il faut avoir beaucoup de patience et de douceur…
      Mais, dans la virginité et le niqab, les hommes recherchent l’assurance que leurs enfants sont bien à eux ! Ils ont tort ! Les femmes épousent des mecs ternes mais qui travaillent et rapportent des sous, mais elles aiment des aventures avec des mecs beaux et forts mais pas pro-mariage et qui leur feront de beaux et forts enfants !!

      Il y a des peuples en Afrique où l’organisation de la société n’est pas dominé par les hommes. Et, en Chine, il y a le peuple Naxi (j’ai écrit un billet dessus) où les mots « mariage » et « père » n’existent pas…
      Je pense que les femmes y sont plus heureuses, mais elles ont renoncé au Prince Charmant et à l’Amour. Juste l’amour d’une nuit !

      « Les Naxi du nord (région de Yongning 永宁) sont connus pour avoir une société matriarcale (voir bibliographie). Les femmes vivent avec leurs frères, et n’ont pas de maris stables. Les hommes rendent visite aux femmes chez elles, la nuit, et les relations sont libres. Les enfants ne connaissent donc que rarement leurs pères, ce qui fait de leur système familial un système matrilinéaire.  »

      https://trex58.wordpress.com/2009/09/02/un-peuple-sans-mariage-ni-amour/

  10. Air fou Says:

    non PLUS matriarcales

    Désolée.

  11. miaasublime Says:

    Je trouve que les poils débordants des vêtements ne sont pas esthétiques, mais je me sentirai bien nue si je n’en conservais pas un peu.
    Toutefois, je ne voudrai pas que mon partenaire se retrouve avec un « cheveu » sur la langue lors de certaine caresse, ce qui impose un débroussaillage minimum…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :