Accro à la programmation…

Je suis accro à la programmation…
Pour ceux qui programment, c’est une évidence. Pour les autres, c’est … incompréhensible. Pourtant…
Comment ça marche ? Simple. Programmer, cela consiste à avoir une charpente de programme, qui fonctionne, et vouloir rajouter un morceau. En plus, vous rajoutez la tension liée à la fin du projet qui approche et le fait que, dans certains langages comme le C on peut passer des heures ou des jours à chercher la cause d’un problème qui fait planter le programme : bonjour l’angoisse et la peur de perdre des jours à revenir à un état stable… Par contre, lorsque la modification fonctionne, on est rassuré et récompensé : on voit marcher le bout de code : satisfaction ! Bref, programmer, cela consiste à : réfléchir, coder, tester et angoisser, voir que ça marche et être rassuré et récompensé. Peur, punition possible, récompense : Pavlov est de retour ! Bref, quand on passe toute une journée à ça, on lie les centres de l’analyse et de la réflexion aux centres de la peur et de la récompense. Et, à force, en y passant des jours, à force… on ne peut plus s’en passer. On rentre chez soi et, au lieu de penser à autre chose, on ressasse les lignes de code qu’on a ajoutées. Pourquoi ? Parce que cela procure du plaisir ! Parce que la vision mentale de la fonctionnalité ajoutée par ces lignes de code rafraîchit la connexion avec le centre du plaisir. Bref, comme le chien de Pavlov, quand je pense à mon code, je bave de plaisir ! Tant que je n’aboie pas…. Waf Waf !! Mais, si je reviens si facilement à ces « idées », à cette architecture logicielle que j’améliore et étends, c’est aussi parce que le chemin pour revenir à ces pensées est profondément creusé dans mes neurones … m’y entraînant, comme un galet roulé entraîné par la pente… Et puis, l’interruption d’une soirée ou d’un week-end accentue le désir (idiot…) de continuer ce qui n’est pas fini et de retrouver cette délicieuse (mais morbide) alternance de peur et de plaisir. Serais-je SM sans le savoir ? 😉

Bon, comment je fais pour me soigner ? Le vin rouge : j’ai essayé, mais ça ne marche qu’un temps… Et ce Blog cela me fait un peu le même effet… J’y suis : une balade en montagne ! Mais il fait un temps dégueu dehors… Allez, il reste un peu de vin rouge et j’ai un épisode de NCIS à regarder. Bon, NCIS, c’est un peu pareil : retrouver des personnages qui font un peu partie d’un monde intérieur sympa… Fait chier !

Publicités

2 Réponses to “Accro à la programmation…”

  1. Nait Says:

    J’ai la même sensation que toi. Sauf que ça m’arrive que lorsque je bosse sur des codes qui me motivent.
    Sinon, sur des codes merdiques (mal écrits, sans abstractions … etc) j’ai tendance à penser à d’autres codes (persos par exemple).

    • trex58 Says:

      Hummmm J’avais écrit ce billet à une époque où je devais construire, avec un collègue, une architecture compliquée, mélangeant du Java et du C, par JNI, mélangeant des threads en Java, des événements remontant de C, des mutex C pris depuis Java, et tout un bazar qui marche très bien, mais qui m’a fait trembler longtemps, de peur qu’il y ait un bug caché dans mon multi-threading. Mais, depuis, je n’ai pas écrit grand chose. Tant mieux, c’est plus cool. Tant pis, car j’ai régressé. Mais, bon, la vie, c’est pas qu’écrire des programmes, mêmes beaux et possiblement brevettables, c’est aussi plein d’autres choses !!!!!!!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :