Jamait : Dimanche

Le vois-tu venir mon amour
Ce dimanche avec sa gueule moche
Ce cancrelat qui tourne autour
De ce jour triste comme un son d’cloche
Oh temps suspends mes heures de vol
Et couvre mon coeur de patine
Quand la déprime me racole
Que ses maux de passe me chagrinent
Entends-tu la marche funèbre
De cette semaine qui crève
À cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres

Caresse-moi Caresse-moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse-moi Caresse-moi
Caresse-moi Caresse-moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi Caresse-moi

C’est un dimanche comme tant d’autres
Qui déjà me vide le coeur
Une petite bête noire se vautre
Impunément sur mes humeurs
J’ai la déprime à fleur de peau
Et l’automne dans les entrailles
Pas une bière placebo
Ne peut soigner ce qui m’entaille
Et toujours la marche funèbre
De cette semaine qui crève
À cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres

Caresse-moi Caresse-moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse-moi Caresse-moi
Caresse-moi Caresse-moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi Caresse-moi

Et toujours la marche funèbre
De cette semaine qui crève
À cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres

Caresse-moi Caresse-moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse-moi Caresse-moi
Caresse-moi Caresse-moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi Caresse-moi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :