L’instinct maternel

Il y a une polémique, récemment relancée par Elisabeth Badinter, concernant l' »instinct maternel ». Elle dit qu’il n’existe pas.

Dans un article intéressant du Nouvel Obs, Sarah Blaffer Hardy réfute cette idée.

Pour moi il y a, d’un côté l’intellectuelle française, et de l’autre la scientifique américaine. L’une analyse sans réelle base scientifique, l’autre construit à partir de faits et de théories prouvées. L’une oublie que notre personnalité dépend de notre corps, l’autre constate les interactions entre notre corps, notre cerveau et notre personnalité.
Bref, la philosophie sans la Science, ce n’est que du bavardage…

Pour moi, à une époque où l’on pense que l’homme tout autant que la femme peut s’occuper d’un bébé, il est intéressant de comprendre que, même si un homme est chimiquement transformé parce qu’il s’occupe en continue d’un bébé, il ne peut pas l’être autant qu’une femme. Mais il l’est bien plus qu’on ne le pense.

Cette empathie entre les parents, et la co-parentèle, est indispensable à l’enfant.

Publicités

2 Réponses to “L’instinct maternel”

  1. Xix Says:

    La politique amène à nier n’importe quoi pourvu que ça serve nos intérêts. Il est de bon ton de croire que les différences physiologiques entre hommes et femmes (difficiles à nier mais pas impossible : on va y arriver) n’entraînent aucune différence quant aux dispositions et aux affinités. C’est bien le seul domaine où l’on tolère que des causes différentes n’entraînent pas d’effets différents.
    http://unoeil.wordpress.com/2010/02/03/detachement-supplementaire-feminin/

  2. trex58 Says:

    Pourquoi la politique ?
    La politique (comme la religion) est une croyance : on ne réfléchit pas vraiment au bien fondé de ses croyances… On préfère le goût agréable de certitude qu’elles procurent. Comment vivre si on doute de tout à tout instant ? 🙂 On devient philosophe !

    Le problème, à partir de la constatation que les hommes et les femmes sont physiquement différents, est de savoir où s’arrête la frontière naturelle (non liée à la culture et à l’éducation) de ce que chacun peut faire dans le champ des possibles de l’autre. Ou, plutôt, il y a une bataille entre les hommes et les femmes… Les premiers essayant de conserver le dessus pour avoir les femmes à leur disposition (sexuelle et domestique).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :