Avatar +

Quelques mots de plus sur le film Avatar.

Le budget (237M$ pour le film et 150M$ pour la publicité) n’est pas énorme (le film le plus cher jamais réalisé fut « Guerre et Paix » en 1967 : 700M$ actuels). Apparemment, les expériences précédentes de Cameron lui ont permis d’expérimenter les techniques nécessaires et de faire Avatar avec des solutions techniques au point, dont sa caméra 3D, qui a coûté 14M$ à concevoir, mais qui lui rapportera beaucoup plus.
Ce qui est surprenant, c’est que le film sorte d’abord en France, le 16/12, puis aux USA, le 18/12, sur 2500 écrans 3D. Mais, apparemment, il n’y aura pas de vraie concurrence pour ce film cette semaine-là, et les étudiants seront en vacances.
Bref, côté financier, le film devrait être bénéficiaire. Déjà, moi je pense aller le revoir une ou deux fois…

Côté scénario. Le titre « Avatar » ne correspond pas vraiment à la réalité du film. Le héros, Jake Sully, ne s’incarne pas en son Avatar, puisqu’il a déjà un corps. Simplement, il contrôle à distance son Avatar. D’ailleurs, rien n’est dit sur cette mystérieuse technologie… Que, dans le labo, l’humain puisse prendre contrôle de son avatar, on peut l’imaginer. Mais, à grande distance, comment cela opère-t-il ? Mystère. C’est pas bien grave, juste un détail.
Jake n’est pas un Dieu. Il est même un sous-homme aux yeux des autres, puisqu’il est handicapé, jambes mortes. Mais, justement, son handicap est le moteur du film. Retrouver l’usage de ses jambes, même à travers un avatar, lui procure une joie immense. Se trouver adopté par un peuple, faire partie d’un groupe, être accepté et reconnu par les autres, pour sa valeur et son courage, et pour sa tendresse, le transforme. Il n’était plus grand chose dans son monde terrien, malgré son courage et sa volonté ; là, sur Pandora, il peut commencer une nouvelle vie, dans un corps neuf.

Pandora : pourquoi ce nom ? Parce que, Pandore ayant laissé échapper de la jarre : « la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie et la Passion », il ne restait plus dans la jarre refermée que : l’Espérance ? C’est l’espoir que les Humains ont trouvé sur cette planète ? L’espoir de résoudre leurs problèmes d’énergie sur Terre ? Bon, là non plus, le film ne dit rien sur le voyage, la distance Terre-Pandora.
Mais, d’après Wikipedia, ce qui reste dans la jarre, c’est : « ἐλπίς / e̍lpís, qui se définit comme l’attente de quelque chose, l’anticipation, voire la crainte irraisonnée ; ainsi les Elpides sont les divinités des craintes. Grâce à la fermeture opportune de la jarre par Pandore, l’humanité ne souffrira que des maux, et non pas de l’attente de ces maux, qui est probablement le pire de tous. » Donc, Pandore avait bien fait de refermer la jarre, et il ne faut pas la rouvrir. La Mort n’est rien si l’on ne songe pas à elle à tout instant dans l’attente de sa survenue.

Le peuple humanoïde de Pandora s’appelle les Na’vi. Un peuple de chine, mais non chinois, s’appelle les Na’xi. Et son mode de vie est unique, puisqu’il n’y a ni mariage ni paternité. Coïncidence ?

Religion et croyance. Ici, la Religion des Na’vi se base sur une réalité qu’ils touchent et vérifient chaque jour : ils communiquent avec une entité mémorielle répartie sur la surface de la planète. On peut véritablement imaginer qu’un seul organisme vit sur Pandora, mais éclaté en multiples avatars. On peut aussi se dire que chaque « individu » n’a pas son entière liberté. Mais l’idée que la personnalité des morts soit intégrée dans la mémoire de la planète n’est pas nouvelle. D’autres livres de SF ont imaginé cela, en plus complexe : les personnalités des morts vivent encore après, mais se fondent peu à peu dans l’ensemble, la perte du corps entraînant un flétrissement de l’individu.
Bref, dans Avatar, la Religion ne se base pas sur des idées, des rêves, la folie, mais sur une réalité tangible. Ce n’est donc ni une Religion ni une croyance, mais leur vie même. Ceci pour désarmer ceux qui voudraient faire le parallèle avec notre Terre : nous n’avons pas d’appendice sortant de notre cerveau pour nous connecter avec d’autres animaux ou pour communier avec nos semblables et la mémoire de l’être unique qu’est l’éco-système de Pandora ! Bref, Avatar ne montre pas une Religion parfaite et idéale, il montre une réalité organique autre où nos rêves sont possibles mais où les habitants ne rêvent pas, car ils communiquent, tous ! et pas seulement des « élus », avec l’être central.

Et le Sexe ?! Mais où donc est le sexe dans ce film ? À part quelques chastes bisous, même pas de caresses, pas de déshabillage ! Sans rire, l’apparence des Na’vi est bien proche de la nôtre… Mêmes seins, camouflés sous des décorations et des lanières utilitaires, pour faire plaisir à la morale débile du cinéma américain ? qui refuse de montrer les pointes des seins ?
Bon, on aurait aimé, même de loin et dans le noir, entendre les râles de plaisir de Neytiri ! 🙂 Et puis, on aurait aimé savoir si la verge des Na’vi ressemble plus à celle des Gorilles ou à celle des humains ! Histoire de savoir quel est le mode de structuration de la société Na’vi. Mais, apparemment, ils vont par couple, où chacun choisit l’autre. Ah la la, encore un avatar de la morale judéo-chrétienne où l’idéal sexuel et relationnel est le couple, pour la vie. L’homme et la femme semblent égaux. Pourtant, la taille supérieur des mâles (le dimorphisme sexuel) semble montrer une compétition entre mâles pour conquérir les femelles !
Et puis, on ne sait même pas si les Na’vi sont ovipares, ovovivipares, vivipare ? Avoir des seins pour donner le lait n’entraîne pas forcément de donner naissance à un enfant vivant ! Enfin, ils semblent être mammifères, mais ces seins féminins sont là peut-être juste pour le rôle sexuel ?!
Quant à la queue, qui ponctue l’humeur de son propriétaire, elle ne semble pas assez solide pour contribuer à l’escalade des arbres. Mais c’est très décoratif !
Quant aux yeux, j’adore ce jaune reptilien sur cette magnifique peau bleue.
Enfin, où sont les instruments de musique ? Comment peut-on être humanoïde sans taper sur un tronc ou faire vibrer une corde ?

Un livre a été édité pour résumer le film.

10 janvier 2010 : Christophe Gans décrypte Avatar (17mn), avec des extraits.

Le Livre

Voir le premier billet sur Avatar.

Publicités

2 Réponses to “Avatar +”

  1. Avatar !! « Tony's Blog Says:

    […] la suite dans Avatar + […]

  2. Avatar : et de trois ! « Tony's Blog Says:

    […] Voir mes précédents billets. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :