Archive for 23 août 2009

Stratégies pour Meetic

2009/08/23

Avec Meetic, pour obtenir des rencontres, il y a deux stratégies :
– écrire à chaque femme/profile l’une après l’autre,
– écrire à et discuter avec autant de femmes/profiles que possible, en parallèle.
La première demande de la patience… car il faut écrire à plusieurs à la suite avant d’avoir une réponse. S’ensuit une discussion par messages et, bien souvent, ça n’aboutit à rien. On recommence. Bref, il faut bien 2 à 3 mois pour obtenir une rencontre. Comme le temps passe vite, c’est pas bien efficace, et c’est frustrant.
La deuxième demande une grande énergie et … une dose de comportement non-judéo-chrétien. En effet, qui irait faire la cour à plusieurs femmes à la fois ? Par contre, c’est efficace. D’autant plus que Meetic, voyant un afflux de messages et de femmes venant visiter votre profile, vous met en tête de liste pour les « Recherches » : donc, plus vous cherchez, plus on vous voit.

Pour revenir à « discuter avec plusieurs femmes à la fois » : rappelez-vous vos années de lycée puis de FAC ! Autour de vous, il y avait un bruissement de voix de filles, émoustillantes, dans votre classe ou dans d’autres. On discute avec l’une, avec l’autre, sans penser à (trop) mal… Ca marche avec l’une, un temps, puis on revient vers une autre, etc. jusqu’à ce qu’on tombe sur une qu’on ne veut pas lâcher. Si, en plus, c’est réciproque, c’est bien parti pour une relation longue, voire un mariage. Mais, avant cela, il aura fallu parler, draguer, embrasser, et …, de nombreuses autres filles, avant d’être à l’aise avec la gent féminine, de les comprendre un peu, et aussi de comprendre celles qui nous plaise, pour l’embrasser (et plus si affinité) mais aussi pour faire une ballade, et surtout de ne plus être timide. Bien sûr, il y en a qui, trop timides, gardent la première qui accepte, et réciproquement.
Alors, entre 40 et 50 ans, c’en est fini des préaux de lycée, des réunions à la FAC, des activités sportives communes, etc. qui favorisaient le contact (naturel) entre de nombreux filles et garçons. En plus, on savait assez facilement laquelle était avec lequel, ce qui clarifiait les choses. Tandis que, adultes, divorcés, séparés, veufs, où voulez-vous trouver un lieu où chacun affiche son célibat et dise clairement (par le regard, les attitudes) : « je suis libre, tu me plais ! on s’embrasse, on s’essaye, et on verra bien. » Nulle part, hélas… Ou alors, dans quelques clubs sportifs, et donc avec un choix limité.
Alors, des deux stratégies évoquées au début, la deuxième est plus proche de ce qu’on a vécu jeune. Il suffit que chacun soit d’accord sur le fait que chacun cherche : soit une amitié, soit une passade, soit l’amour. Et, avec un peu de réalisme, on sait que le 3ème but n’aime pas la réalité virtuelle… Donc, pas la peine de rêver. Mieux vaut avoir les idées claires, et faire des rencontres, tranquilles, autour d’un verre à la terrasse d’un café. Au moins, on a le plaisir de discuter et de mieux comprendre comment fonctionne une femme de plus de 40 ans. Justement, c’est l’été ! Alors, tout peut arriver !

Et, pour revenir à la femme de plus de 40 ans, j’ai l’impression qu’elles n’ont pas toutes réalisé qu’elles n’ont plus 20 ans…
À 20 ans, on rêve du Prince Charmant, pour se marier, pour avoir des enfants. C’est naturel : l’instinct nous pousse à cela, pour construire un « nid » qui favorisera l’éducation des enfants.
Mais, après 40 ans, plus question d’enfants. Pourquoi, alors, partager le même nid ? Les hommes le sentent bien, je crois. Pas forcément les femmes… Vive chacun chez soi et se voir, chez l’un ou chez l’autre, c’est à la fois titiller le désir de chacun, mais pas toujours pratique et plus coûteux. Mais, se mettre ensemble, sans le liant des enfants, c’est risqué… Surtout au début. Et je ne parle pas des hommes qui ont envie de papillonner et de ne plus s’attacher… alors que les femmes de plus de 40 ans semblent encore vouloir prioritairement trouvé leur alter-ego, pour la vie.

Quel est le but d’une rencontre entre un homme et une femme ?
Faire connaissance, voir si le courant passe. Repartir indifférents, ou devenir amis, voire plus. Il faut plusieurs rencontres, afin de permettre à la timidité, à l’angoisse, de disparaître, afin que chacun paraisse tel qu’il est est. Ensuite, on peut être amis, ou amants, ou amoureux. Les femmes recherchent essentiellement l’amour… mais l’amour ne se recherche pas. Et elles semblent fuir la sexualité, fustigeant les hommes qui la recherchent, pour qui la sexualité est un besoin en général beaucoup plus fort que pour elles. Les désirs et les besoins sont un peu différents… Pourtant, pour l’un comme pour l’autre, partager des moments simples (cinéma, restaurant, ballades) ou intimes avec une personne de l’autre sexe est bien le meilleur moyen pour se défaire de tensions et de désirs inassouvis qui polluent leur vie et les empêchent d’être heureux. Or, le vrai amour frappe ceux qui déjà sont libres et heureux. Ceux qui souffrent et s’accrochent au premier qui passe ne sont pas vraiment amoureux, même s’ils en ressentent tous les symptômes. Une fois la souffrance calmée, leur amour s’évaporera. Mais, au moins aura-t-il servi à les rasséréner. Et les préparer à un nouvel amour, plus vrai peut-être. Mais, pour l’homme comme pour la femme, il faut un minimum d’attirance et de tendresse pour l’autre pour devenir intimes, avec le respect de l’autre. Il n’y a pas de mal à se faire du bien… entre adultes consentants.

Publicités

Copain et Copine

2009/08/23

En fouinant hier à la FNAC, je suis tombé sur un dictionnaire d’expressions et donnant l’origine de certains mots. Un dico coquin.
En effet, pour le mot « copain », on apprend que le mot vient du Latin « cum panem » qui signifie : ceux qui partagent le pain.
Alors, lorsqu’un garçon a une co-pine, que partagent-ils ?

La Belle au Bois Dormant

2009/08/23

Que signifie le conte de « La Belle au Bois Dormant » ?
Simplement, vous êtes une femme, alors vous devez attendre qu’un homme passe, vous embrasse, et vous êtes à lui, pour toute la vie.
Ce qui sous-entend que, avant lui, RIEN ! Pas de baisers, ni de baise, bien sûr.
Mais, comme tous les adultes le savent, les « Princes Charmants » n’existent pas… il faudrait donc expliquer aux jeunes filles que TOUS les hommes ont des défauts. Alors, autant en choisir un avec le moins de défauts possibles, ou des défauts compatibles ou acceptables… Mais, quand l’amour passe, il rend aveugle.
En plus, au début du conte, la fille de la Reine ne doit absolument pas toucher à un fuseau, sinon elle en mourra… Que représente donc ce fuseau, d’après vous ?
Ah, ces contes…